GeoFoundation Exchange : qu’est-ce que c’est?

May 13, 2016

Depuis un certain temps, le partage de données géospatiales entre les organisations canadiennes connaît certaines difficultés, en dépit des investissements en infrastructures traditionnelles de données spatiales partout au pays. En fait, de nombreux obstacles entravent la simplicité, la rapidité et la sécurité de l’échange de ce type d’information. C’est pourquoi Esri Canada a récemment mis en œuvre une infrastructure améliorée facilitant les échanges entre producteurs et agrégateurs de données. Apprenez ce qu’est le programme GeoFoundation Exchange (GFX) dans ce billet de blogue.

S’avère-t-il parfois difficile de partager des données géospatiales avec des municipalités voisines, d’autres provinces ou au sein du gouvernement fédéral? Non seulement ce processus est bien souvent exigeant, mais est également peu économique. Néanmoins, vous suivez les étapes habituelles : vérification des licences de données, entente sur les formats, transformation des modèles, puis création du support ou envoi des fichiers de données. À cela s’ajoutent les innombrables réunions et appels téléphoniques. Et ce n’est pas tout. Vous devez ensuite assurer un suivi, car certaines données doivent être corrigées, tandis que d’autres sont incomplètes. Il ne va pas sans dire que les échanges de données se déroulent rarement comme prévu.

Certes, échanger de l’information géomatique avec la province voisine est souhaitable. Sans partage de données, bien des administrations provinciales ne seraient pas en mesure de réaliser leur cartographie à petite échelle. Selon l’Accord canadien de géomatique, le gouvernement fédéral et les provinces canadiennes souhaitent coordonner au maximum leurs efforts de collecte des données spatiales. Pour ce faire, les administrations doivent partager des données de base.

Dans le modèle cartographique canadien, les municipalités collectent d’abord les données à leur guise et dressent les cartes dont elles ont besoin à l’interne. Par la suite, elles partagent leurs données de fond de carte avec l’organisation géospatiale provinciale, comme GeoBC, Information sur les terres de l’Ontario ou GeoNB . Celle-ci s’occupe de regrouper et d’associer les données, puis d’ajouter toute information géospatiale manquante à la cartographie de la province. À leur tour, les provinces échangent leurs données avec le gouvernement fédéral, qui les regroupe sur un support couvrant l’ensemble du territoire canadien, par exemple, les cartes du Système national de référence cartographique. Bref, il y a beaucoup de données à partager.

De son côté, Esri Canada collecte des données provenant de diverses administrations et les regroupe à de nombreuses échelles cartographiques pour alimenter la carte communautaire du Canada. Cette tâche s’avère de plus en plus ardue, compte tenu de l’augmentation de la quantité d’information et de fournisseurs de données.

Voilà pourquoi Esri Canada a pris l’initiative de mettre au point le programme GeoFoundation Exchange (GFX), une solution de rechange moderne aux méthodes traditionnelles d’échange de données spatiales. GFX consiste en une infrastructure nationale, collective et collaborative d’échange de données ouvertes qui permet d’alimenter en données fiables et précises un fond de carte géographique. Ce programme a pour objectif de simplifier la collecte et l’actualisation de la cartographie canadienne de base. Le programme GFX fait appel à des services infonuagiques novateurs pour coordonner les efforts d’intégration et de mise à jour des créateurs des fonds de carte officiels. L’efficience, l’efficacité et la réactivité des échanges de données de fond de carte s’en trouvent améliorées.

Le programme GFX est une plateforme ouverte d’échange de données géospatiales permettant un partage rapide et simple de données de fond de carte entre producteurs et aux agrégateurs de données. Esri Canada utilise le programme GFX pour dresser la carte communautaire du Canada.

De plus, GFX automatise la mise en commun des données vectorielles (chargement initial et mises à jour) de fournisseurs officiels de divers ordres de gouvernement, et les organise dans un dépôt de données ouvertes. Les producteurs officiels de données de fond de carte peuvent alors les exploiter efficacement, réduire le coût des échanges et améliorer leur offre de produits et services à leur clientèle et à leurs utilisateurs finaux.

Que pouvez-vous en retirer?

Le programme GFX permet la publication ou l’actualisation organisée et rapide de vos données de fond de carte sur la carte communautaire du Canada. De plus, vos données sont automatiquement intégrées à la carte topographique du monde sur ArcGIS Online. Toute instance municipale, provinciale ou fédérale qui regroupe des données de fond de carte provenant d’autres organisations officielles pour son propre usage peut tirer profit de ce système efficace d’échange de données.

Découvrez GeoFoundation Exchange.

Article précédent
Pleins feux sur les infrastructures de données spatiales – mai 2016
Pleins feux sur les infrastructures de données spatiales – mai 2016

Voici les sujets abordés ce mois-ci dans Pleins feux sur les infrastructures de données spatiales.

Article suivant
Résumé des événements liés aux IDS – avril 2016
Résumé des événements liés aux IDS – avril 2016

Dans le résumé de ce mois-ci, nous revenons pour vous sur le 2015 Pan-Canadian SDI Summit et la première ré...