La stratégie de GéoAlliance Canada est-elle un pas dans la bonne direction pour le secteur canadien de la géomatique?

April 19, 2016

GéoAlliance Canada a récemment organisé Regard vers le futur 2016, son premier grand événement, à Calgary. L’objectif était de lancer la discussion sur l’avenir de la communauté canadienne de la géomatique. La rencontre a-t-elle permis de favoriser la collaboration, de confirmer le mandat de GéoAlliance Canada et de proposer des projets pilotes? Trouvez les réponses à ces questions dans ce billet de blogue.

J’ai récemment eu la chance d’assister à l’événement que GéoAlliance Canada a organisé à Calgary en mars, Regard vers le futur 2016, avec quelque 70 participants de tout le pays et de divers secteurs de la communauté géospatiale du Canada.

Le maire adjoint de Calgary, Gian-Carlo Carra, inaugure le premier événement de GéoAlliance Canada. Commanditaire de l’événement, Esri Canada guide l’organisation au fil de sa première année d’existence avec les huit autres membres fondateurs. Lisez un résumé de la rencontre. (Source de la photo : AltaLIS)

Bien entendu, l’événement accueillait son lot de conférenciers, d’ateliers et d’activités sociales. Cependant, la plus grande surprise (du moins, à mon avis) a été la déclaration de Prashant Shukle, directeur général à Ressources naturelles Canada : il existerait, au Canada, plus de 60 groupes ou associations qui représentent diverses parties de la communauté de la géomatique.

Selon l’Analyse de la conjoncture du secteur canadien de la géomatique et étude sur la valeur, 2 450 entreprises privées du secteur de la géomatique ont apporté 2,3 milliards de dollars à l’économie canadienne. Difficile de nier qu’il s’agit d’un secteur diversifié et important. Cependant, une question se pose : comment le gouvernement fédéral et les autres organisations peuvent-ils traiter équitablement avec un secteur dont les intérêts variés des membres sont représentés par plus de 60 groupes?

Mais que font ces groupes? Qui représentent-ils? Certains s’intéressent à l’arpentage, à la télédétection, aux systèmes d’information géographique, à la cartographie ou à la géomatique. Il existe aussi des groupes de certification professionnelle, des associations professionnelles, des associations sectorielles, des groupes consacrés au développement de l’innovation ainsi que des groupes régionaux, provinciaux et nationaux. On compte enfin divers groupes issus de la fonction publique. La multiplication des groupes entraîne une forte possibilité de dédoublement, mais plus grave encore est le manque de communication et de coordination entre ceux-ci.

C’est là que GéoAlliance Canada entre en jeu. L’organisation vise notamment à servir d’organisme-cadre qui facilite la coordination des activités entre les groupes et qui leur offre un lieu d’échange. Pour tout vous dire, les intervenants se sont beaucoup parlé lors de l’événement de Calgary. Même si de nombreux groupes et associations étaient représentés, tout le monde a senti qu’il pouvait exprimer librement sa pensée sans avoir peur des répercussions. D’ailleurs, certaines associations se sont clairement prononcées en faveur d’une forme de cadre de collaboration.

Comment fera GéoAlliance Canada pour établir ce cadre collaboratif et coordonner des groupes qui ont leurs propres intérêts et activités et qui, bien souvent, sont séparés par de nombreux fuseaux horaires?

Ce ne sera pas simple, et je crois que GéoAlliance Canada en est consciente.

La rencontre organisée à Calgary était un bon début, mais il reste encore fort à faire. Les groupes et les associations savent qu’elles ont tout à y gagner. De plus, Ressources naturelles Canada offre son aide à l’organisation pour ses débuts et la communauté semble ouverte. GéoAlliance Canada a choisi le bon moment.

Que pouvez-vous faire pour aider l’organisation? Commencez par vous tenir au courant des activités de GéoAlliance Canada. Suivez son blogue, ajoutez votre adresse à sa liste de diffusion, suivez @cangeoalliance sur Twitter et apportez votre contribution par l’entremise de votre groupe ou de votre association préférés. Si nous nous investissons pour offrir un départ prometteur à GéoAlliance Canada, nous constaterons rapidement les avantages qu’offre une communauté de la géomatique unie.

Article précédent
Lectures intéressantes concernant les IDS – avril 2016
Lectures intéressantes concernant les IDS – avril 2016

Pourquoi le gouvernement canadien passe-t-il en revue les contrôles de sécurité du programme FedRAMP? Quels...

Article suivant
Résumé des événements liés aux IDS – mars 2016
Résumé des événements liés aux IDS – mars 2016

Vous en apprendrez davantage sur les événements liés aux infrastructures de données spatiales (IDS), dont l...