Le gouvernement peut-il prendre des décisions plus judicieuses grâce aux données spatiales?

June 21, 2017

L’un des principaux rôles de tout ordre de gouvernement consiste à prendre des décisions qui profitent à la majorité de ses citoyens. Un important pourcentage des décisions gouvernementales comporte un aspect géographique, et ces décisions sont trop souvent prises sans analyser une quantité suffisante de renseignements ou de faits avérés. Lisez ce billet de blogue pour découvrir comment les décideurs gouvernementaux peuvent utiliser les SIG web pour améliorer la prise de décisions.

J’ai récemment participé à l’édition 2017 de la conférence annuelle de la Fédération canadienne des municipalités, qui a souligné de façon intéressante les problèmes importants qu’éprouvent les divers ordres de gouvernement canadiens et plus particulièrement les administrations municipales. Le premier ministre Trudeau a prononcé un discours d’ouverture sur les problèmes nationaux, comme la croissance économique, les infrastructures, les réseaux de transport et les initiatives écologiques. Du côté des administrations municipales, les préoccupations portent sur les habitations sociales, les réseaux des eaux usées, les transports en commun et même les passages réservés à la faune.

Le premier ministre Trudeau était la tête d’affiche de la cérémonie d’ouverture de la conférence annuelle de la Fédération canadienne des municipalités, qui s’est déroulée du 1er au 4 juin 2017 à Ottawa.

Il est reconnu depuis un certain temps que les données et les analyses géospatiales sont essentielles à la gestion et au fonctionnement efficaces des villes et des administrations municipales. Malgré l’importance accordée à ces données et à ces analyses, leur utilisation à l’appui du processus décisionnel des gouvernements fédéral et provinciaux ne connaît pas la même croissance qu’auprès des administrations municipales. Pourquoi? Pourquoi les ordres de gouvernement supérieurs ne réalisent-ils pas qu’ils doivent prendre exemple sur les administrations municipales et investir davantage pour accroître l’emploi des données géospatiales dans leur processus décisionnel?

De nombreuses villes comme Toronto, Ottawa et Calgary disposent de fonctionnalités SIG importantes qu’elles ne cessent de perfectionner. De manière générale, les gouvernements fédéral et provinciaux n’améliorent pas autant leurs fonctionnalités SIG. Ils vont parfois même jusqu’à les réduire. Cette approche manque particulièrement de vision, et voici pourquoi.

Une partie importante de la planification et des décisions gouvernementales repose sur des éléments géographiques. Où devons-nous construire la prochaine ligne de transport en commun? Quelle part du financement réservé aux infrastructures a été accordée à cette province ou à cette ville? Quelles industries et villes utilisent l’eau de cette rivière? Pourquoi la circulation ralentit-elle toujours à cette intersection?

Tous ces exemples sont des questions importantes et légitimes. Si l’administration n’utilise pas judicieusement son système géospatial pour régler ces questions, quel type de réponses obtiendra-t-elle? Quelles décisions prendra-t-elle? Les réponses reposeront-elles sur des ouï-dire plutôt que sur des preuves géospatiales fiables? Alors que le monde se complexifie, des données spatiales précises et fournies en temps réel deviennent rapidement nécessaires à la prise de décisions judicieuses.

Par le passé, on considérait les systèmes spatiaux de soutien à la prise de décisions comme une perte de temps plus qu’un atout en raison de leur caractère unique, de la difficulté à garder les données à jour et des problèmes d’utilisation. Aujourd’hui, la plupart des organisations stockent déjà leurs données spatiales les plus récentes sur le web et permettent à des utilisateurs accrédités d’y accéder facilement. Pour transformer les fonctionnalités existantes en un système de soutien à la prise de décision, il faudrait simplement offrir quelques applications web que les décideurs pourraient employer partout et sur n’importe quel appareil.

La technologie et le développement des systèmes spatiaux à l’appui de la prise de décisions ne permettent pas encore aux décideurs de régler un problème spatial en posant une question. Ce type de systèmes nécessiterait des capacités d’intelligence artificielle, qui ne sont pas assez avancées pour représenter une option viable de soutien à la prise de décisions.

Votre organisme a-t-il besoin d’accéder à des données et à des analyses pour rapidement prendre des décisions éclairées et pratiques au sujet du territoire, de lieux ou d’événements? Si oui, quelles sont ses options à l’heure actuelle?

L’une d’entre elles consiste simplement à fournir un accès aux données et aux outils pertinents pour analyser et améliorer l’information spatiale requise. Les décideurs pourraient ainsi effectuer une évaluation éthique, éclairée et intelligente.

Les représentants gouvernementaux doivent régulièrement prendre des décisions importantes sur diverses questions, comme les transports, les infrastructures, l’eau et la sécurité publique.

L’ensemble d’utilitaires d’analyse de données sur le web Insights for ArcGIS est une autre option intéressante. Les utilisateurs peuvent explorer des données spatiales et non spatiales, poser des questions, saisir des données et obtenir rapidement des résultats utiles. Il ne faut pas oublier les fonctionnalités d’analyse spatiale déjà offertes par ArcGIS Online. Grâce à ces outils, vous pouvez :

  1. établir le sommaire des données – regrouper des points, joindre des entités ainsi que créer un résumé de proximité et un autre à l’intérieur d’une zone;
  2. trouver des emplacements – trouver de nouveaux emplacements ou des emplacements similaires, choisir les meilleures installations, créer des champs de vision et des bassins-versants ainsi que tracer des chemins en aval;
  3. enrichir les données – utiliser des données démographiques détaillées sur les gens, les lieux et les entreprises qui se trouvent dans une zone précise ou dans un rayon par rapport à un emplacement;
  4. analyser des tendances – calculer la densité, trouver des points chauds et aberrants ainsi qu’interpoler des points;
  5. utiliser des analyses de proximité – mesurer les temps de déplacement, créer des zones tampons et des secteurs de proximité, trouver les lieux les plus près et planifier des trajets;
  6. gérer des données – fusionner des entités, extraire des données, combiner et superposer des couches.

Carte du réseau et des installations ferroviaires de Moose Jaw, en Saskatchewan, qui présente les fonctions d’analyse offertes par ArcGIS Online

La solution consiste à mettre en place la technologie et à former les gestionnaires et les décideurs gouvernementaux afin qu’ils soient en mesure de réaliser leurs propres analyses et de prendre des décisions plus judicieuses. Un accès libre-service à des outils d’analyse représente un atout pour bien des décideurs : le chef de police détermine rapidement l’emplacement des points chauds actuels en ce qui concerne les crimes, le gestionnaire des services d’ingénierie de la Ville repère facilement les zones les plus vulnérables aux inondations et le gestionnaire des installations vérifie le zonage et les données démographiques dans les environs d’une installation actuelle ou prévue. Les questions, les décisions et les utilisations sont nombreuses. Il est tout à fait possible aujourd’hui d’offrir rapidement et facilement des fonctionnalités à l’appui de la prise de décisions.

Avec les progrès de la technologie et particulièrement de l’analyse de données spatiales, il n’est pas exagéré de croire que les applications web accessibles sur ordinateurs portables, tablettes et téléphones mobiles pourraient se transformer en des conseillers de confiance pour les fonctionnaires. On remarquerait alors une amélioration de l’efficacité du processus décisionnel, ce qui aurait une incidence positive sur l’évolution des communautés, des provinces et des nations.

Ce billet a été écrit en anglais par Gordon Plunkett et peut être consulté ici.

Article précédent
Pleins feux sur les infrastructures de données spatiales – juin 2017
Pleins feux sur les infrastructures de données spatiales – juin 2017

L’infrastructure de données spatiales est désormais censée fournir des connaissances, pas juste des renseig...

Article suivant
Pleins feux sur les infrastructures de données spatiales – mai 2017
Pleins feux sur les infrastructures de données spatiales – mai 2017

Comment une carte web sur les inondations peut-elle tenir le public informé? Quelle ville canadienne a lanc...