Pleins feux sur les infrastructures de données spatiales – février 2016

February 25, 2016

Quel impact économique ont les données ouvertes? Pour quelle raison Gartner prévoit-il l’extinction des politiques de TI sans infonuagique? Dans quelle partie du Canada y aura-t-il un point de service (une « région ») Amazon Web Services? Voilà autant de questions auxquelles répond le billet de février 2016 de Pleins feux sur les IDS.

Voici un survol de ce qui se passe en matière d’infrastructures de données spatiales (IDS) au Canada et ailleurs dans le monde. Dans le présent billet de février 2016, vous trouverez une compilation des nouvelles, des données, des ressources et des produits les plus récents et les plus importants à propos des IDS.

Nouvelles

Que savons-nous de l’impact économique des données ouvertes?

Les données ouvertes contribuent à la croissance économique. Beaucoup le pensent, mais veulent en avoir la preuve. C’est précisément ce qu’apporte une étude récente réalisée par Nesta et l’Open Data Institute. D’après leur analyse des effets de la méthode Open Data Challenge Series (illustrée ci-dessus), ils prévoient que le programme donnera un rendement dix fois supérieur à l’investissement sur une période de trois ans, ce qui se traduit par l’injection de millions de livres sterling dans l’économie britannique.

Gartner prévoit l’extinction des politiques de TI sans infonuagique

Il n’y a qu’à penser à la multitude de choses que les entreprises n’ont plus à faire grâce aux progrès technologiques. La création de votre bordereau de paye, par exemple, ou encore les services d’assistance-annuaire. Gartner affirme que, bientôt, les solutions en milieu de travail qui ne font pas appel aux applications dans le nuage seront jugées comme étant rétrogrades, au mieux folkloriques. Leurs spécialistes de l’informatique en nuage estiment qu’en entreprise, d’ici 2020, les politiques de TI sans infonuagique deviendront aussi rares que les politiques actuelles sans Internet.

Le budget américain 2016 propose une hausse de 150 millions de dollars du budget accordé à l’USGS

Le budget 2016 du président Obama prévoit une allocation totale de 1,2 milliard de dollars à l’organisme US Geological Survey (USGS), en hausse de 150 millions de dollars par rapport à l’exercice précédent. Ce nouveau budget reflète la contribution primordiale de l’USGS en matière d’innovation et de recherche scientifique, deux des domaines sur lesquels reposent les engagements présidentiels : solidifier l’économie, assurer une croissance durable, mieux gérer les ressources naturelles et faciliter le recours à la science dans la prise de décisions répondent en effet aux besoins essentiels de la société américaine. Ainsi, le budget 2016 cherche-t-il à consolider la position de chef de file de l’USGS, à la fine pointe de la recherche en sciences de la terre.

À venir : une région AWS au Canada

Amazon Web Services (AWS) a annoncé récemment qu’elle mettrait en œuvre, dans l’année qui vient, une région AWS (un point de service) à Montréal. L’installation sera carboneutre et alimentée presque exclusivement par de l’hydroélectricité, une énergie propre et renouvelable. Cette nouvelle région à Montréal permettra aux partenaires et aux clients AWS d’exécuter leurs services et de stocker leurs données localement au Canada. AWS dispose actuellement de quatre régions en Amérique du Nord et prévoit en mettre une cinquième en service en Ohio, dès cette année.

Données

Des données Landsat du Canada offertes en téléchargement

Le programme Landsat est le premier programme spatial d’acquisition d’images satellitaires de la Terre. Un nouveau satellite Landsat (Landsat 8) a récemment été mis en orbite afin d’enrichir la collecte d’images qui serviront notamment à l’agriculture, à la foresterie, à la recherche, à l’enseignement et à la géomatique. Landsat 7 et Landsat 8 fournissent tous deux des images du spectre visible ainsi que des bandes de l’infrarouge proche, l’infrarouge moyen et l’infrarouge thermique. Il est possible de télécharger sans frais les données Landsat du Canada à partir du visualiseur Landsat.

La Ville de Los Angeles annonce une plateforme novatrice exploitant les données ouvertes

Eric Garcetti, maire de Los Angeles, et Jack Dangermond, président d’Esri, ont dévoilé récemment le nouveau GeoHub de la Ville de Los Angeles, l’une des collections les plus exhaustives de données cartographiques urbaines. GeoHub est issu de la troisième des directives du maire qui ont mené à la création du premier portail de données ouvertes de la ville. En offrant au grand public plus de 500 types de données cartographiques, GeoHub aide les résidents, l’administration publique et les entreprises privées à mieux comprendre leurs communautés. De plus, il facilite la coordination entre services municipaux dans le cadre de projets de construction, de travaux d’asphaltage et d’activités touchant la sécurité publique.

Sept méthodes créatives utilisées par les municipalités pour cartographier les données

Les organismes municipaux ont de plus en plus recours aux cartes pour créer des applications utiles. Des villes et villages de toutes tailles explorent de nouvelles façons d’utiliser la cartographie. Beaucoup plus rapide qu’auparavant, la technologie leur permet de créer notamment des applications cartographiques interactives et en ligne qui présentent de l’information en temps réel ou quasi réel. L’essor des données ouvertes alimente également cette tendance. En effet, l’élargissement des collectes de données par le gouvernement et la diffusion générale de ces données favorisent la transmission de plus en plus courante d’information sous la forme de cartes.

Préparez-vous à la révolution IdO

On prévoit que la quantité de données provenant d’appareils connectés à Internet atteindra 1,6 zettaoctet d’ici 2020. L’Internet des Objets (IdO) ouvre la voie à un déluge de données que les entreprises doivent gérer aux fins d’applications variées, comme la gestion intelligente de la circulation et l’entretien d’usine. L’analyse de ces données révèle leur extraordinaire valeur quand il s’agit de mieux comprendre un événement ou de prendre plus rapidement des décisions éclairées. Comme ce fut le cas de l’analyse des mégadonnées (Big Data), de l’apprentissage-machine, de l’analyse prédictive et des données en temps réel, l’IdO se présente comme une nouvelle révolution.

Produits

Cinq questions pour Sterling Cripps à propos de l’opération sécuritaire de drones

Le Globe and Mail publiait récemment un article à propos d’un jeune de Calgary accusé d’avoir opéré un drone trop près d’un aéroport. On assiste depuis peu à une explosion du recours aux aéronefs téléguidés dans les secteurs de l’immobilier, des mines, du pétrole, de l’agriculture, de l’environnement et des routes. Le phénomène pousse les autorités à délimiter un espace aérien consacré aux drones, dont le vol n’est pas repérable. L’article en question répond à cinq questions à propos de l’opération sécuritaire de drones.

La plus importante application géospatiale est-elle passée à l’ère des espaces publics?

L’industrie des technologies géospatiales repose sur un certain nombre d’applications sectorielles et dépend de la fluctuation des investissements. Dans le passé, l’essor du domaine est venu par vagues successives issues de percées technologiques, d’un accroissement des dépenses fédérales, de l’émergence d’un nouveau marché ou d’une combinaison de ces facteurs. On a assisté à un déplacement des secteurs visés dans un ordre arbitraire, de la foresterie aux services publics, en passant par la gouvernance municipale, le renseignement et la sécurité publique, de même que les infrastructures. Aujourd’hui, plusieurs indicateurs de tendance suggèrent que les espaces publics constitueront le prochain grand secteur visé par les investissements et l’innovation géospatiale.

ArcGIS Earth 1.0

Esri a lancé récemment ArcGIS Earth, un visualiseur de globe interactif qui permet d’explorer les différentes parties du monde à l’aide de données cartographiques en 3D et en 2D, qu’elles proviennent de fichiers KML ou SHP, ou encore de services RESTful. L’utilisateur peut afficher ces données sur un globe et y insérer des repères, mesurer des distances et des superficies ou ajouter des annotations en vue de simplifier la compréhension des données spatiales.

Article précédent
Résumé des événements liés aux IDS – février 2016
Résumé des événements liés aux IDS – février 2016

Le résumé de ce mois-ci vous permettra d’en apprendre davantage sur les événements à venir liés aux infrast...

Article suivant
Les données géospatiales ouvertes au Canada : Qui les utilise et pourquoi?
Les données géospatiales ouvertes au Canada : Qui les utilise et pourquoi?

Où en est la publication de données ouvertes au Canada maintenant que le mouvement est amorcé depuis enviro...