Pleins feux sur les infrastructures de données spatiales – janvier 2016

January 26, 2016

Quelle organisation a récemment reçu un financement important de la part de RNCan? Quelle ville de l’Alberta a lancé un nouveau catalogue de données ouvertes? Quels progrès ont été réalisés sur le plan de l’accessibilité aux données ouvertes? Découvrez les réponses à ces questions et à d’autres encore dans ce numéro de Pleins feux sur les infrastructures de données spatiales.

Voici un survol de ce qui se passe avec les infrastructures de données spatiales (IDS) au Canada et dans le monde. Dans ce billet de janvier 2016, vous trouverez une compilation des nouvelles, des produits, des données et des ressources les plus récents et les plus importants à propos des IDS.

Nouvelles

Ressources naturelles Canada finance GéoAlliance Canada pour la promotion de l’utilisation des données et des outils géospatiaux au pays

La communauté géospatiale canadienne a reçu un appui de taille aujourd’hui grâce à la signature d’un accord de financement d’un an et demi avec Ressources naturelles Canada (RNCan). GéoAlliance Canada, une organisation-cadre nationale sans but lucratif, s’est vue octroyer ce financement visant à soutenir son mandat : assurer un leadership essentiel au sein des secteurs de la géomatique, de la géographie et géospatial. Grâce à la participation de groupes et d’organismes de premier plan, GéoAlliance Canada a commencé à dégager les avantages des données et des outils géospatiaux dans la prise de décisions efficaces et à promouvoir ces avantages auprès de dirigeants d’entreprises, de gouvernements et d’établissements d’enseignement.

Un cartographe de la vallée d’Annapolis conçoit une carte touristique de la Nouvelle-Écosse

Paul Illsley, un cartographe originaire de Lawrencetown, en Nouvelle-Écosse, a pris l’initiative de créer une ressource unique destinée aux touristes afin qu’ֹils puissent découvrir les merveilles de son coin de pays. Il a récemment lancé explorens.ca, une carte en ligne exhaustive qu’il a créée à l’aide de la technologie d’Esri après avoir recueilli des renseignements sur 650 lieux de la Nouvelle-Écosse. Il a vérifié les coordonnées GPS et les renseignements généraux de chaque lieu, puis il a étiqueté plages, phares, parcs provinciaux, sentiers de randonnée et musées sur la carte interactive. Paul Illsley a démarré ce projet en juillet 2015, et c’est en y consacrant tout son temps libre qu’il a achevé la carte en seulement cinq mois.

TerraSAR-X et RADARSAT-2 : une surveillance améliorée de la région canadienne nordique

L’Agence spatiale canadienne (ASC) a annoncé le financement de deux grands projets de recherche dans les domaines de l’intervention en cas d’urgence et de la sécurité des activités. Dans le cadre du premier projet, on étudiera, à l’aide de données satellites SAR multifréquences, les changements induits par l’homme sur le paysage terrestre. Les méthodes élaborées tout au long de ce projet permettront de surveiller les répercussions de ces changements sur l’environnement, qu’elles soient engendrées, entre autres, par les chantiers de construction, les routes, l’aménagement forestier et les mouvements de surface attribuables aux activités industrielles comme l’exploitation minière. Le second projet portera sur l’utilisation synergétique des données SAR en bande X et en bande C dans la planification stratégique des itinéraires maritimes afin de surveiller les glaces de mer le long des routes maritimes dans le nord.

La Ville de Kingston présente un journal cartographique de ses terrains industriels

La Ville de Kingston, en Ontario, a publié un journal cartographique illustrant les terrains industriels de la Ville, également appelés zones d’emploi, qui jouent un rôle essentiel dans le développement économique local et la création d’emplois. La Ville veille à ce que des terrains industriels soient prêts pour un développement immédiat et réserve des terrains en vue de la croissance future. Le journal cartographique présente un aperçu de tous les terrains industriels disponibles et décrit en détail les caractéristiques de chaque parc industriel.

Vidéo : La directive INSPIRE  

En établissant une infrastructure d’information géographique dans la Communauté européenne (INSPIRE), l’Union européenne a créé des normes communes visant à faciliter l’échange de données aux échelles locale, régionale, nationale, européenne et mondiale. Elle permet ainsi d’harmoniser l’application des politiques à tous les paliers du gouvernement. Par la mise en œuvre d’INSPIRE, les états membres, la Commission et l’Agence européenne pour l’environnement adoptent des pratiques de gestion des données novatrices et interopérables qui améliorent grandement la cohérence, la disponibilité et la réutilisation de l’information spatiale. L’infrastructure améliorera la prise de décisions à l’appui de politiques environnementales et de politiques qui ont une incidence sur l’environnement. Regardez cette vidéo afin de mieux comprendre à quel besoin répond une IDS en Europe, ainsi que pour obtenir un aperçu des données spatiales contenues dans INSPIRE.

Données

Information sur les terres de l’Ontario publie un rapport de mise à jour de ses données géospatiales

En décembre 2015, Information sur les terres de l’Ontario (ITO) a publié un rapport où figurent des données géospatiales à jour ainsi que de nouvelles données. Plusieurs ministères du gouvernement de l’Ontario utilisent l’outil de gestion des métadonnées d’ITO afin de distribuer leurs données géospatiales conformément à la licence du gouvernement ouvert. Les données sont révisées chaque mois et mises à jour lorsque des données plus récentes existent. Les données d’ITO peuvent être téléchargées à partir du dépôt par l’intermédiaire d’un lien de téléchargement. Les utilisateurs peuvent sélectionner les données au format de fichier SHP ou de géodatabase fichier. Ils peuvent également télécharger les couches de données ouvertes à partir de l’entrepôt de données d’ITO sous la forme de quatre paquets : terres humides, contours, Réseau de données hydrographiques de l’Ontario et couches supplémentaires.

La Ville de Lethbridge, en Alberta, annonce la publication de son catalogue public de données ouvertes

Contrairement à d’autres données municipales auparavant disponibles, les données ouvertes sont structurées, lisibles par machine, faciles d’accès, simples à réutiliser et accessibles gratuitement aux fins d’utilisation et de republication sans restriction. Par exemple, il est possible de créer des applications mobiles à l’aide des données, les sites Web peuvent exploiter les données de nouvelles façons, et les utilisateurs peuvent mener des analyses de données personnalisées. Les jeux de données disponibles dans cette publication initiale comprennent des renseignements sur les installations de la Ville, les résultats d’élection et de recensement, les parcs et les installations récréatives, le réseau routier, l’utilisation du sol et le transport en commun. Toutes les données sont soigneusement vérifiées afin d’assurer qu’aucun renseignement confidentiel sur les citoyens n’est publié.

Le gouvernement australien rend officiel son engagement à l’égard des données publiques ouvertes

Le gouvernement australien a récemment publié une déclaration de politique sur les données publiques, qui officialise l’engagement du gouvernement à l’égard des données ouvertes et de l’innovation fondée sur les données. La consultation et l’utilisation des données recueillies par des entités du gouvernement du Commonwealth, appelées « données publiques », ont le potentiel de stimuler l’innovation et de contribuer à la croissance de l’économie, ainsi que d’améliorer la prestation des services et la prise de décisions en matière de planification et de développement de politiques. Notre capacité à demeurer concurrentiel dans l’économie numérique mondiale dépend de la façon dont nous pouvons exploiter la valeur des données publiques. La déclaration de politique mentionne que le gouvernement australien a fait de la gestion efficace des données l’une de ses principales priorités. Elle formule également un mandat clair à l’intention des entités gouvernementales du Commonwealth quant à une utilisation et à une réutilisation optimales des données publiques.

Lancement du Portail européen de données

À l’occasion de l’European Data Forum (forum européen de données), la Commission européenne a lancé une version préliminaire soumise à un contrôle de qualité du Portail européen de données, lequel regroupe plus de 240 000 jeux de données. Un consortium international mené par Capgemini et composé entre autres de l’organisation con terra en assure la mise en œuvre. Le Portail européen de données permet de rechercher rapidement et facilement des données ouvertes provenant de 34 pays européens, en plus de prendre en charge une éventuelle utilisation systématique.

Quels progrès ont été réalisés sur le plan de l’accessibilité des données géospatiales?

Il fut un temps où l’on rêvait d’une ère où toutes les données seraient gratuites. S’en est suivi la quête des données ouvertes. Finalement, nous avons voulu rendre toutes les données accessibles au moyen d’une offre intégrée « infonuagique et logiciel ». Chacune de ces tendances prévaut toujours. Nous semblons toutefois maintenant nous diriger vers un nouveau paradigme où ce ne sont pas nous qui cherchons les données, mais bien elles qui nous trouvent. Il n’en demeure pas moins que les données insuffisantes (ou erronées) constituent le principal obstacle à l’efficacité et à l’efficience des données SIG. Il ne fait aucun doute que nous avons fait de gros progrès en matière d’accessibilité des données, notamment grâce au nombre croissant de capteurs et de dépôts de données. La convergence de l’Internet des objets, des drones et des fournisseurs de petits satellites changera assurément la donne et nous aidera à passer de l’analyse en temps réel à l’analyse prédictive.

Produits

Jack Dangermond engage Esri sur la voie de l’ouverture

Dans un esprit d’ouverture, Jack a souligné récemment à quel point il est important pour nous, à Esri, de faire d’ArcGIS une plateforme ouverte. Esri s’engage à garantir l’interopérabilité des données et des systèmes des utilisateurs avec d’autres technologies. Le défi est de taille, puisque les organisations qui utilisent notre plateforme ont des approches, des philosophies et des préférences différentes ou uniques en ce qui a trait au fonctionnement de cette interopérabilité. Esri a réagi en adoptant une stratégie à multiples avenues qui a plu à des milliers d’utilisateurs travaillant avec des systèmes complexes.

La version 3.15 de l’interface API d’ArcGIS pour JavaScript prend en charge les feuillets vectoriels

La version 3.15 de l’interface API d’ArcGIS pour JavaScript 3.15 introduit les feuillets vectoriels et propose des cartes bonifiées (grâce aux moteurs de rendu de prédominance), ainsi que des améliorations aux légendes, en plus de parfaire et de corriger l’interface API. En outre, les fonctionnalités GeometryEngine et FeatureTable ne sont plus aux versions bêtas dorénavant. Les feuillets vectoriels fonctionnement d’une façon qui est similaire aux feuillets d’image, sauf qu’ils stockent et mettent en cache une représentation vectorielle des données. Une fois qu’ils sont affichés du côté du client, les couches et les sous-couches de feuillets vectoriels peuvent être adaptées à la carte. Elles constituent un matériau par excellence pour établir une cartographie dynamique et interactive.

Comprendre l’organisation des fichiers de fond de carte vectoriel d’Esri

L’équipe de développement de contenu ArcGIS s’est grandement investie dans la création d’un ensemble exhaustif de fonds de carte qui aidera les utilisateurs d’ArcGIS à présenter leur travail. Cependant, malgré toute sa bonne volonté, il lui est impossible de répondre aux besoins uniques de tout un chacun. Jusqu’à présent, l’équipe s’est affairée à créer des cartes à feuillet matriciel mises en cache, mais elle porte maintenant davantage ses efforts à recréer ces cartes dans le nouvel environnement à feuillets vectoriels. Ce nouveau support de cartographie permettra notamment aux utilisateurs de personnaliser les cartes par eux-mêmes. La mesure dans laquelle ils se prévaudront de cette nouvelle fonctionnalité – de la palette de couleurs à l’apparence au grand complet – sera à leur entière discrétion.

Ressources

L’Association for Geographic Information (AGI) du Royaume-Uni publie son rapport prospectif 2020

Le Foresight Report 2020 (rapport prospectif 2020) de l’AGI traite des enjeux qui devraient avoir une incidence importante sur l’économie, l’environnement et la société au Royaume-Uni au cours des cinq prochaines années. L’objectif est à la fois d’observer et de remettre en question le rôle que joue actuellement l’information géographique (IG) dans le cadre de ces enjeux. Le rapport souligne que la communauté de l’IG peut (et doit) jouer un grand rôle en aidant la communauté à comprendre et à maximiser les avantages qu’elle peut retirer de cinq grands domaines clés : les données ouvertes, les données massives, le BIM et les villes du futur, les technologies innovatrices et les politiques.

Article précédent
Lectures intéressantes concernant les IDS – janvier 2016
Lectures intéressantes concernant les IDS – janvier 2016

Quelles étaient les cartes canadiennes figurant au palmarès des 100 cartes interactives exceptionnelles de ...

Article suivant
Résumé des événements liés aux IDS – Janvier 2016
Résumé des événements liés aux IDS – Janvier 2016

Le résumé de ce mois-ci vous permet d’accéder à des rapports, à des présentations et à des enregistrements ...