Pourquoi concevoir votre prochaine carte web à partir de feuillets vectoriels?

September 13, 2016

Esri a récemment lancé une version bêta d’une technologie de feuillets vectoriels afin d’offrir une solution de rechange au cache de feuillets matriciels traditionnel qui nous a fait à la fois sourire et rager au fil des années. Pourtant, des milliards des cartes web ont été conçues à partir de caches de cartes matricielles. Quels sont donc les avantages d’opter pour les caches de feuillets vectoriels? Lisez ce blogue pour découvrir en quoi consiste un feuillet vectoriel et pourquoi il s’agit d’une amélioration par rapport au système traditionnel de feuillets matriciels.

En tant que spécialiste des SIG, vous savez peut-être ce qu’est un vecteur SIG et à quoi il sert dans un SIG. Je suis certain que vous vous rappelez avoir étudié les vecteurs dans un cours d’algèbre au secondaire. À la base, un vecteur représente une quantité qui possède à la fois une amplitude et une direction. Dans le domaine des SIG, la définition de vecteur est semblable, en ce sens qu’il y a un point de départ et un point d’arrivée, et que ces points représentent habituellement une position sur Terre. Un vecteur peut représenter une simple ligne. Il est également possible d’en combiner les points pour former une ligne courbe. De plus, les vecteurs peuvent se rejoindre en un point de départ ou un point d’arrivée commun. Le cas échéant, ils forment donc un polygone ou une zone fermée.

Les vecteurs sont couramment utilisés dans le domaine des SIG. Ils servent généralement de modèles de données de base aux fins de stockage, de recherche et de manipulation de données SIG. De leur côté, les données matricielles consistent en un modèle de données spatiales qui définit l’espace comme une matrice formée de cellules de taille égale disposées en rangées et en colonnes, et composée d’une seule ou de plusieurs bandes. Contrairement au système vectoriel, où les coordonnées sont stockées de manière explicite, les coordonnées du modèle matriciel sont stockées dans les séquences x-y des cellules de la matrice.

Mais alors, qu’est-ce qu’un cache de carte matricielle? Chaque couche d’une carte web matricielle est composée de centaines de petites images appelées feuillets, qui sont stockées individuellement dans le dépôt de la carte web. C’est ce dépôt qui constitue le cache de feuillets. Ces feuillets consistent en des images de 256 pixels sur 256 pixels dont les rendus sont générés au préalable, puis stockés dans le cache. Lorsqu’un utilisateur souhaite observer une partie de la Terre, ces feuillets s’affichent. Si l’utilisateur fait un zoom sur la carte ou la déplace, de nouveaux feuillets sont sollicités et s’affichent sur l’appareil de l’utilisateur.

Quand les premières cartes web ont été créées, elles étaient incroyables. Les utilisateurs pouvaient voir n’importe quelle partie du monde, de près ou de loin. Les cartes offraient une très bonne performance. C’est d’ailleurs toujours le cas parce que la majeure partie du travail de création est déjà fait : le rendu du fond de carte est préalablement généré, puis stocké sur le serveur. La création d’un cache pour une carte mondiale multiéchelle peut prendre énormément de temps, et une grande puissance de traitement est nécessaire pour mener à bien le travail dans un délai raisonnable. Il y a de nombreuses années, nous avons été en mesure de mettre en cache tous les feuillets de carte du Canada en une semaine à l’aide de deux ordinateurs dédiés. Je me rappelle encore l’enthousiasme que j’ai ressenti à ce moment.

Fond de carte à feuillets vectoriels d’Halifax, en Nouvelle-Écosse, dans ArcGIS Online. Remarquez les annotations impeccables, les différents styles de rues, ainsi que les ombrages et les reliefs créés à partir de feuillets matriciels superposés.

Quel est donc le problème avec les feuillets matriciels? Pourquoi développe-t-on un système de feuillets vectoriels? Tout d’abord, un système de feuillets vectoriels est similaire à celui qui utilise des feuillets matriciels : les rendus des feuillets sont générés préalablement à toutes les échelles cartographiques nécessaires. Ils sont ensuite découpés en petits fichiers de taille gérable, puis stockés dans un cache de carte web de façon à ce que les utilisateurs puissent y accéder rapidement. C’est ici que s’arrête la similitude.

Les feuillets matriciels sont fixes et, outre la visualisation, ils offrent très peu de possibilités de manipulation. En revanche, il est possible de styliser à la volée les feuillets vectoriels (modification de la largeur ou de la couleur des lignes, etc.) et d’en modifier l’orientation de façon à ce que les zones d’intérêts s’affichent à un angle différent. Les caches vectoriels sont compressés de façon à réduire l’espace de stockage et les temps de transmission des données. Ils exigent relativement plus de puissance de traitement de la part du client ou de l’utilisateur, ce qui les rend très réactifs et rapides. Un autre avantage est que les feuillets vectoriels fonctionnent très bien sur n’importe quel appareil, qu’il s’agisse d’un ordinateur de bureau, d’une tablette ou d’un téléphone cellulaire. Découvrez les quatre principales raisons d’utiliser des feuillets vectoriels.

Vous pouvez même créer vos propres feuillets vectoriels à l’aide d’ArcGIS Pro.

Êtes-vous prêt à essayer la technologie de cache de feuillets vectoriels? Outre un navigateur moderne, vous n’avez besoin de rien pour visualiser des feuillets vectoriels. Essayez une version bêta dès aujourd’hui.

Article précédent
Lectures intéressantes concernant les IDS  – septembre 2016
Lectures intéressantes concernant les IDS  – septembre 2016

Quelles sont les nouveautés du fond de carte World Imagery? Quelles modifications ont été apportées aux fon...

Article suivant
Pleins feux sur les infrastructures de données spatiales – août 2016
Pleins feux sur les infrastructures de données spatiales – août 2016

Quelle organisation de la Colombie-Britannique a lancé la plus importante prospection aéromagnétique de l’h...