Qu’est-ce que la gouvernance de l’IDS et pourquoi est-elle si souvent négligée?

July 21, 2015

Les infrastructures de données spatiales (IDS) collectives nécessitent la mise en place d’une forme quelconque de gouvernance opérationnelle, qui est tout aussi importante que la technologie mise en œuvre. Il existe plusieurs types de cadres de gouvernance que l’on peut utiliser de différentes façons. Oui, l’établissement et l’opérationnalisation d’un régime de gouvernance comportent leur lot de difficultés, mais si vous omettez d’en tenir compte, ce sera à vos risques et périls, car la gouvernance est une composante essentielle de tout projet d’IDS collectif.

La préparation, la réalisation et l’opérationnalisation d’un projet d’infrastructure de données spatiales (IDS) collectif engendrent de nombreuses difficultés. Il est parfois difficile de surmonter les difficultés techniques, mais il existe des méthodes éprouvées de planification, d’ordonnancement, de gestion et d’exécution de projets d’IDS qui peuvent vous aider à franchir les obstacles.

Il n’est pas non plus toujours facile de mettre en œuvre et d’opérationnaliser une technologie d’IDS auprès d’intervenants diversifiés et parfois sceptiques. Inciter d’autres organisations à agir différemment ou même à agir tout court afin d’appuyer un projet d’IDS nécessite un savoir-faire et des méthodes qui ne s’inscrivent pas dans la gestion technique. L’inertie, l’ego, les émotions, le financement et les priorités de ces organisations entrent parfois en conflit avec le projet d’IDS. La plupart du temps, ces difficultés non techniques sont gérées à l’aide d’un processus appelé « gouvernance ».

Qu’est-ce que la gouvernance de l’IDS?

La Global Spatial Data Infrastructure Association a publié un article universitaire qui définit la gouvernance comme la somme des moyens que prennent les particuliers ou les institutions – publiques et privées – pour gérer leurs affaires communes. Il s’agit du processus continu par lequel on peut s’adapter aux intérêts conflictuels ou diversifiés et entreprendre une action concertée.

Gouvernance interne et gouvernance externe

Il est souvent plus facile de concevoir un projet d’IDS selon deux types de gouvernance. La première est la gouvernance interne, où le groupe qui travaille sur le projet d’IDS ne relève pas de l’organisation responsable du projet, mais partage avec elle des cadres de direction.

Pensons notamment à une administration municipale qui met en œuvre une IDS par l’entremise de son service des SIG. Plusieurs organisations qui doivent entreprendre des activités relatives à l’IDS font partie de l’administration municipale, mais appartiennent à d’autres services tels que l’Environnement, les Travaux publics ou la Planification. Le Service des SIG n’a aucun contrôle ni pouvoir direct sur ces services, mais est dirigé par les mêmes gestionnaires à un niveau supérieur. C’est pourquoi une gouvernance interne est requise.

La gouvernance externe entre en jeu lorsque plusieurs organisations participent à un projet d’IDS, mais n’ont pas de gestionnaires communs. Il peut s’agir, par exemple, d’un projet réalisé par plusieurs municipalités ou gouvernements provinciaux. Une telle situation nécessite un type de gouvernance spécial.

Modèles officiels et modèles officieux

Pour faire avancer un projet d’IDS collectif dont bon nombre d’organisations participantes n’ont pas de contrôle ni de pouvoir les unes sur les autres, il faut que les méthodes de gouvernance soient claires et bien respectées. Les équipes et les ressources disparates du projet et des diverses organisations participantes peuvent être gérées au moyen d’ententes négociées et signées. On obtient ainsi un modèle de gouvernance officiel.

Une gouvernance officieuse est également possible en l’absence d’ententes signées. Par contre, les niveaux de service selon ce modèle peuvent varier par organisation ainsi qu’en fonction de la date et de l’heure des demandes de service.

Le Conseil canadien de géomatique constitue un exemple de modèle officiel de gouvernance fédérale-provinciale-territoriale. À l’échelle provinciale, on retrouve l’Ontario Geospatial Data Exchange et le Saskatchewan Geospatial Imagery Collaborative. De son côté, la municipalité régionale de York possède un cadre officieux de gouvernance interne (YorkMaps), tandis que la Carte communautaire du Canada est un bon exemple de modèle officieux de gouvernance externe.

La Carte communautaire du Canada repose sur un modèle officieux de gouvernance externe. Des centaines d’organisations travaillent ensemble à la création d’un fond de carte Web d’envergure nationale, mais seules quelques-unes d’entre elles ont signé des ententes.

Peu importe le modèle de gouvernance utilisé, il est important de définir le type de service d’IDS demandé. L’entente couvre-t-elle les données, les services, le financement, les normes ou les applications? De quelle manière est structurée la coordination entre les agences? Qui sont les principales personnes-ressources? De quelle façon les changements sont-ils communiqués et coordonnés? Il y a de nombreuses questions à poser.

La gouvernance est une composante cruciale de toute IDS et ne doit pas être négligée. Une fois le type de gouvernance établi, les participants et les intervenants doivent convenir du plan d’action approprié. La gouvernance est non seulement importante, mais essentielle à la réussite d’un projet d’IDS.

Article précédent
Pleins feux sur les infrastructures de données spatiales – juillet 2015
Pleins feux sur les infrastructures de données spatiales – juillet 2015

Que signifie l’Analyse de la conjoncture du secteur canadien de la géomatique et étude sur la valeur pour l...

Article suivant
Pleins feux sur les infrastructures de données spatiales (IDS) – juin 2015
Pleins feux sur les infrastructures de données spatiales (IDS) – juin 2015

Quels étaient les faits saillants de la récente Conférence internationale sur les données ouvertes à Ottawa...