Vos données routières et adresses sont-elles prêtes pour l’avenir?

November 10, 2017

Les données routières et les adresses servent de plus en plus dans toutes sortes d’applications qui jouent un rôle important dans la création de villes et de voitures intelligentes. C’est pourquoi, en novembre, le blogue sur l’infrastructure de données spatiales (IDS) traite de la façon dont sont collectées et utilisées ces données de nos jours, et examine en outre les conditions futures qui vous assureront un retour sur investissement le plus profitable possible.

Le ministre des Transports du Canada a récemment assisté au Congrès mondial sur les Systèmes de transport intelligents (STI) à Montréal pour discuter des diverses technologies de pointe mises au point un peu partout dans le monde et qui visent à améliorer le transport. Le ministre a indiqué que la clef pour atteindre la cible que s’est fixée le gouvernement pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et lutter contre les changements climatiques réside dans l’innovation dans les transports, et que celle-ci assurera sécurité, efficacité et croissance économique.

Pensez-y, la congestion routière, le prix de l’essence, la diminution de la qualité de l’air et les dépenses en infrastructures — ce ne sont que quelques-uns des nombreux enjeux liés au transport qui affectent directement les Canadiens jour après jour, d’un bout à l’autre du pays. Plusieurs visionnaires voient là une occasion en or de mettre la technologie numérique au profit du réseau de transport. Ainsi, certaines entreprises investissent massivement pour mettre au point un système de transport plus intelligent grâce à des véhicules autonomes connectés. Mais alors que nous nous empressons de numériser et d’électrifier le système de transport, comment ferons-nous pour gérer les données routières et les adresses recueillies, plus particulièrement, comment fera-t-on pour communiquer celles-ci? La question se pose. Examinons la situation.

La congestion routière constitue une entrave majeure à la productivité économique et au bien-être des gens. Des données routières et des adresses exactes et à jour sont essentielles au bon fonctionnement d’applications visant à améliorer le transport routier.

La localisation basée sur des données routières et des adresses est l’application la plus populaire et qui évite bien des maux de tête aux utilisateurs. Elle vous est utile à tout moment — que vous souhaitiez savoir où vous êtes à un moment précis ou où se situe une entreprise ou une attraction, ou que vous désiriez explorer un quartier, limiter les zones sujettes aux accidents, trouver l’emplacement et l’horaire du transport en commun, ou simplement communiquer votre emplacement actuel et vos activités sur les réseaux sociaux. 

Les itinéraires et outils de navigation sont une autre utilisation importante des données cartographiques. De nos jours, les GPS et les technologies de la communication donnent accès facilement à diverses applications de transport. Celles-ci permettent à l’utilisateur de se rendre à destination en toute sécurité grâce au trajet trouvé et de profiter en plus de directives de navigation. De telles applications nécessitent des données géospatiales exactes et à jour. Dans un système de navigation embarquée, par exemple, les données routières et les adresses doivent constamment être mises à jour pour éviter toute erreur de parcours ou de destination et des trajets plus longs que nécessaire. Beaucoup de personnes utilisent leur téléphone intelligent pour s’assurer d’avoir les données d’itinéraire les plus à jour possible. Bien qu’ils profitent ainsi d’une solution de parcours en temps presque réel, il leur en coûte toutefois une bonne quantité de données mobiles.

La congestion routière est un sujet inévitable lorsque l’on aborde celui du transport. Quelle que soit son origine, elle est l’un des principaux obstacles à l’itinéraire parfait du point A au point B. Certaines applications permettent à leurs utilisateurs de signaler ces congestions afin que les autres conducteurs évitent les bouchons. Un des grands joueurs dans le monde des déplacements basés sur les rapports de circulation générés par les utilisateurs est Waze, la plus importante application communautaire sur la circulation et la navigation. Waze permet aux conducteurs de communiquer automatiquement et en temps réel de l’information sur les routes et la circulation pour éviter la congestion et économiser temps et essence.

D’où proviennent les données routières et les adresses utilisées par ces applications? Certaines entreprises collectent elles-mêmes ces données, tandis que d’autres utilisent celles de fournisseurs de données spatiales commerciales ou d’autres sources disponibles. Les gouvernements, par exemple, collectent de l’information routière et des adresses afin de fournir des services efficaces à l’ensemble des citoyens. Ils rendent d’ailleurs souvent ces données disponibles à tous sous forme de données ouvertes.

Actuellement, en raison de décennies de travail non collaboratif, les données produites et rendues disponibles par les gouvernements fédéraux, provinciaux, municipaux et autres, présentent parfois une faible précision spatiale et comportent des écarts géométriques. L’image ci-dessous démontre les disparités spatiales dans un même réseau routier d’une ville canadienne.

Fond de carte d’imagerie d’Esri d’une ville canadienne sur laquelle sont présentées les données sur le réseau routier du gouvernement fédéral (rouge), du gouvernement provincial (vert), de la ville (bleu) et d’OpenStreetMap (blanc). Vous remarquerez que les données sont relativement exactes, mais que chaque ensemble de données du réseau routier diffère légèrement l’un de l’autre.

Plusieurs applications gouvernementales importantes utilisent ces données routières et ces adresses au quotidien. Elles sont entre autres nécessaires au travail des policiers, des pompiers et des ambulanciers, et pour l’urbanisme, les évaluations environnementales, la démographie, les travaux publics, les transports en commun, les parcours cyclables et les contraventions. Bien qu’on sache fort bien que les données collectées et utilisées par le gouvernement ne sont pas parfaites, elles sont tout de même assez précises pour les applications auxquelles elles se destinent (données adaptées à leur usage prévu).L’expérience a démontré qu’il est possible de regrouper des données sur le transport de chacun des niveaux du gouvernement dans le but de créer une source unique de données sur le réseau routier grâce à la technologie, comme GeoFoundation Exchange (GFX), et qu’une telle entreprise serait de plus efficace. Il n’est peut-être pas réaliste de vouloir créer une base de données géospatiales de routes et d’adresses parfaite, mais il est possible de bâtir une base de données très précises et à jour. La base de données Réseau routier du Nouveau-Brunswick en est d’ailleurs un bon exemple. La province utilise GFX pour tenir à jour son réseau routier numérique et crée ainsi un modèle à suivre à travers tout le pays et dans diverses couches de données. Apprenez-en davantage dans le numéro d’automne 2017 d’ArcNorth News.

Les applications de données routières et d’adresses intégrées dans les véhicules permettent aux utilisateurs d’économiser temps et argent, et les meilleures d’entre elles leur donnent accès à des données exactes et fiables. Nous avons maintenant besoin d’une base de données routières et d’adresses unique, à jour, précise et complète pour tout le pays.

Bien qu’ils soient toujours en développement, les véhicules autonomes et connectés ont besoin de données cartographiques leur permettant de trouver le meilleur trajet pour passer du point A au point B et demeurer sur la route. Le degré de précision des données spatiales que requièrent ces véhicules est toutefois plus élevé que ce qu’offrent les systèmes de navigation sur le marché ou que ce qu’exige le gouvernement. Tout comme l’application Waze, ces véhicules communiquent des données cartographiques et sur la circulation en temps réel grâce à des liaisons, sans compter que la majorité des données de leurs capteurs sont aussi géocodées. Les cartes haute définition de ces véhicules seront très précises et pourront s’autorétablir afin de permettre une conduite autonome sécuritaire et efficace.

Pour passer sans heurt à cette nouvelle ère de véhicules autonomes et connectés, nous devons nous poser la question suivante : nos données routières et adresses sont-elles assez précises, fiables et efficaces pour instaurer de façon sécuritaire la conduite informatisée? La solution est de s’assurer de toujours collecter et communiquer l’information sur les routes et les adresses à tous les véhicules (incluant le vôtre) en temps presque réel, par exemple lorsque de nouvelles routes sont construites, que des voies sont fermées, que la circulation est entravée ou qu’un nouveau pont est ouvert.

Ce billet a été écrit en anglais par Gordon Plunkett et peut être consulté ici.

Article précédent
Lectures intéressantes sur les IDS – novembre 2017
Lectures intéressantes sur les IDS – novembre 2017

La portée des SIG s’étend au Canada et ailleurs dans le monde grâce à un large éventail d’applications et d...

Article suivant
Pleins feux sur les infrastructures de données spatiales – octobre 2017
Pleins feux sur les infrastructures de données spatiales – octobre 2017

Au menu de Pleins feux sur les infrastructures de données spatiales ce mois-ci : nouvelles cartes interacti...