Application du mois de mai : Carte de potentiel solaire de la Ville de Calgary

May 1, 2018

L’application du mois de mai est la carte de potentiel solaire de la Ville de Calgary. Voyez comment on y a utilisé la technologie SIG (système d’information géographique) pour aider les résidents à explorer la viabilité de l’énergie solaire comme source d’énergie pour leurs maisons et leurs bâtiments.

Parce qu’elles aspirent à la durabilité, plusieurs villes ont commencé à se tourner vers des sources d’énergie de rechange pour répondre aux besoins de leur population. L’énergie solaire constitue l’une de ces sources. La Ville de Calgary impose une exigence voulant que tous les nouveaux immeubles occupés qui lui appartiennent et que toutes les rénovations majeures doivent satisfaire à la certification LEED pertinente (Leadership in Energy and Environmental Design). C’est ce qu’elle appelle la politique du bâtiment durable. Pour appuyer cette initiative, la Ville a choisi d’installer des systèmes d’énergie solaire sur certains des bâtiments dont elle est propriétaire.

La Ville a commencé son évaluation du potentiel solaire des bâtiments lui appartenant au milieu de l’année 2016. Elle a utilisé la technologie LiDAR (Light Detection and Ranging) pour compiler des ensembles de données 3D portant sur la municipalité entière. Elle a ensuite décidé de traiter ces données pour les mettre à la disposition de tous les Calgariens sous la forme d’une carte récit en ligne. La Ville a effectué une analyse SIG en utilisant des outils de rayonnement solaire et des analyses d’ombrage, en vue d’offrir au public la meilleure présentation possible de l’information. En collaboration avec des experts en infrastructures durables et en communications, elle a collecté les renseignements et préparé des messages clés à intégrer dans la carte récit.

La carte de potentiel solaire qui a résulté de ces travaux a été testée sur le web et en charge, et elle a été soumise à un contrôle de la qualité avant d’être rendue publique en novembre 2016. En mettant cette carte récit à la disposition de ses résidents, la Ville espère permettre aux Calgariens d’explorer le potentiel que présente l’utilisation de l’énergie solaire pour leurs maisons et leurs bâtiments.

La carte récit de la Ville de Calgary sert de point de départ pour les Calgariens qui sont curieux de connaître le potentiel de l’énergie solaire comme source d’énergie pour leur maison ou leur bâtiment.

À la phase de création de la carte récit, l’équipe de la Ville affectée aux infrastructures durables a demandé à la division des solutions opérationnelles géospatiales (GBS) de fournir des données sur le potentiel solaire d’environ 10 installations désignées de la Ville qui faisaient l’objet d’une évaluation de viabilité en ce qui concerne l’énergie solaire. En plus de l’évaluation de ces emplacements, la division a également fourni une évaluation approfondie, qui comprenait des évaluations structurelles, la viabilité financière, des évaluations détaillées de l’exposition au soleil et des sources de financement sûres. GBS a également aidé l’équipe responsable des données ouvertes de la Ville à procurer des données sur l’ensemble de la municipalité, en veillant à ce que celles-ci soient dans un format convenable aux fins de téléchargement par l’intermédiaire du portail de données ouvertes de Calgary.

Dans le cadre du programme d’imagerie de la Ville qui est en cours, la technologie LiDAR a servi à saisir des données altimétriques de haute précision. À l’aide d’un logiciel spécialisé, les données sur l’exposition au soleil ont été extraites et présentées sous forme de carte. La précision de LiDAR s’est avérée essentielle pour capturer la latitude géographique, l’ombre des bâtiments et de la végétation, ainsi que la position quotidienne du soleil tout au long de l’année. Résultat : une estimation généralisée de l’exposition d’un toit au soleil. Le logiciel ArcGIS Online d’Esri, y compris l’outil de rayonnement solaire, a ensuite pris la haute qualité de cet ensemble de données 3D et l’a appliqué à la carte de potentiel solaire. ArcGIS Online comprend également les cartes récits d’Esri, qui proposent plusieurs modèles faciles à utiliser permettant de combiner des cartes avec de la narration, des photos et du contenu multimédia. Pour sa carte récit, Calgary a utilisé le modèle de journal cartographique.

« Le fait d’avoir à notre portée la technologie ArcGIS et sa suite d’outils nous a permis de tirer le meilleur parti des données exhaustives et détaillées de LiDAR et nous a donné l’occasion de partager ces données de façon pertinente et compréhensible avec nos citoyens », explique Liz Findlay, directrice des solutions opérationnelles géospatiales.

Après le lancement de la carte de potentiel solaire sur le site web de la Ville de Calgary, l’application a attiré l’attention sur l’intranet des employés municipaux. Elle a également suscité l’intérêt du public sur Facebook, avec près de 200 000 visites et plus de 700 personnes qui ont partagé le lien vers la carte récit. Ce succès a également retenti ailleurs, étant donné qu’il a donné lieu à plus de 10 000 impressions sur Twitter. La Ville a aussi reçu de nombreuses demandes de la part des médias à propos de sa carte récit; le billet de blogue portant sur cette dernière a dépassé 36 000 visites.

Liz s’attend à ce que la carte récit soit utilisée par les gestionnaires d’installations municipales et les propriétaires de maisons et d’entreprises. « En cherchant une adresse de Calgary dans la carte de potentiel solaire, les Calgariens peuvent faire le premier pas pour déterminer si leur toit reçoit la bonne quantité d’exposition solaire. Ils ont alors ce qu’il faut pour juger de la viabilité de l’installation de panneaux solaires », fait-elle remarquer.

La carte de potentiel solaire vient en appui des évaluations préliminaires ayant été effectuées sur place pour les bâtiments situés à l’intérieur des limites de la Ville de Calgary. Il s’agit également d’un outil éducatif pour la municipalité. La rétroaction au sujet de l’application a été excellente. Certains disent que la carte les a amenés à acheter des panneaux solaires. La possibilité de rechercher une adresse précise sur l’application a été particulièrement bien accueillie. La carte récit a accumulé 20 000 visites au cours des trois premiers mois qui ont suivi son lancement, et elle a reçu plus de 8 600 visites en 2017, sans bénéficier d’aucune promotion. La Ville de Calgary prévoit de mettre à jour l’application cet automne avec les données de 2017 et de la rendre disponible par l’intermédiaire de son portail de données ouvertes. La Ville espère ainsi consolider sa position de chef de file pour ce qui est de l’adoption et de l’utilisation de l’énergie solaire dans les installations municipales.

Explorez la carte de potentiel solaire de Calgary et laissez vos commentaires ci-dessous.

Avez-vous créé une application ou une carte à l’aide d’ArcGIS dont vous êtes particulièrement fier? Participez à nos concours 2019 du calendrier de cartes et d’applications du mois pour courir la chance de voir votre travail exceptionnel figurer dans notre calendrier imprimé ou dans notre blogue. Ces concours se terminent le 8 juin.

Ce billet a été écrit en anglais par Marvin Latortue et peut être consulté ici.

Article précédent
Que pensent les directeurs des systèmes d’information du secteur public et de quoi parlent-ils?
Que pensent les directeurs des systèmes d’information du secteur public et de quoi parlent-ils?

Le rôle des directeurs des systèmes d’information du secteur public change. Voici quelques réflexions, stra...

Article suivant
Favoriser la résilience : tirer parti de la technologie d’Esri pour la gestion des urgences
Favoriser la résilience : tirer parti de la technologie d’Esri pour la gestion des urgences

La technologie d’Esri permet de mieux comprendre les situations d’urgence et de gagner du temps à l’aide de...