Application du mois de novembre : Carte récit de la Ville de Guelph célébrant les 100 ans du poème « In Flanders Fields »

November 1, 2016

En 2015, la Ville de Guelph, en collaboration avec l’organisme Guelph Museums, lançait une carte récit célébrant le 100e anniversaire du fameux poème de John McCrae, In Flanders Fields (Au champ d’honneur). Un an plus tard, revisitons la manière dont cette carte récit a contribué à commémorer la vie du célèbre soldat et poète canadien.

Mai 2015 marquait le 100e anniversaire du poème de John McCrae’s, « In Flanders Fields » (Au champ d’honneur), et la Ville de Guelph voulait s’assurer d’être prête à commémorer la vie du célèbre soldat, poète et médecin canadien. Un effort coordonné du personnel de l’organisme Guelph Museums, des analystes SIG et des spécialistes de l’informatique a donné lieu à la création de cette carte récit fascinante qui retrace l’histoire de John McCrae et relate les événements qui ont inspiré le poème.

Cette carte récit a été créée à l’aide du modèle Story Map Journal, idéal pour combiner des narrations à des images et à d’autres contenus multimédias intégrés. Ce modèle convenait parfaitement à la Ville de Guelph, qui voulait faire vivre une aventure spatiale et multimédia à son auditoire.

La carte récit 100 Years of In Flanders Field (100 ans au champ d’honneur) a été vue plus de 15 000 fois depuis son lancement en 2015.

En naviguant dans les différentes sections de cette carte récit, on constate immédiatement toute la planification qu’a exigée son contenu ainsi que le souci du détail dont la Ville a fait preuve pour offrir un résultat convaincant.

Bien que de nombreuses cartes récits soient accessibles sur ArcGIS Online, elles ne sont pas toutes égales. Une carte récit efficace comporte certaines caractéristiques clés que l’on retrouve dans cette initiative de la Ville de Guelph. Voyons de plus près ce qui en fait une carte récit bien réussie.

Ajout d’hyperliens

En furetant entre les différentes sections, on remarque que la carte récit comprend un nombre idéal d’hyperliens qui permettent de visualiser du contenu supplémentaire. Les liens hypertextes s’avèrent très utiles pour fournir des renseignements pertinents au public cible ailleurs que sur l’application. Si les sections de la carte récit sont surchargées de texte, les lecteurs risquent de perdre intérêt et de passer à côté du message que vous tentez de transmettre. Ajouter des liens vers des sources externes permet de ramener le contenu à l’essentiel, en plus d’offrir aux destinataires une mine d’informations à portée de clic et de maintenir leur intérêt.

Un conseil : assurez-vous que les hyperliens ne sont pas trop nombreux. Un ou deux par section suffit. S’il y en a trop, les lecteurs risquent de se concentrer davantage sur l’information supplémentaire que sur votre contenu.

Image de marque et style

Un certain nombre de modèles de carte récit, dont ceux du journal cartographique, portent le logo d’Esri et pointent vers le site web d’Esri. Comme la ville est l’auteure de la carte récit, substituer le logo du Guelph Museums à celui d’Esri et proposer un lien vers le site web du musée aide à promouvoir l’établissement, en plus d’accroître la notoriété de la marque et de donner de l’importance au journal cartographique.

Sur le volet latéral, les différentes polices de caractères enjolivent la carte récit. Par exemple, l’utilisation d’une taille de police plus petite et de caractères en italique permet de distinguer les citations du texte suivi. En outre, le style blanc de la police contraste joliment avec l’arrière-plan noir et facilite la lecture.

Utilisation du multimédia

Le modèle de journal cartographique permet aux utilisateurs de créer des récits sur des applications et de les enrichir de contenu multimédia. En intégrant toutes sortes de cartes historiques, de photos et de films documentaires de haute qualité provenant de l’Office national du film du Canada, la carte récit a grandement tiré profit de cet avantage. Elle comporte également des articles et des croquis originaux archivés de John McCrae.

Actions sur la scène principale

À mesure que vous découvrez le contenu narratif situé sur le volet latéral, vous remarquerez que bien des choses ont lieu sur la « scène principale » de la carte récit. Celles-ci (appelées « actions ») sont configurées dans le volet latéral et interagissent avec la carte qui s’y trouve. Les actions permettent entre autres d’afficher une carte, une image, une page web ou même une autre application ou une autre carte récit. Grâce à elles, les lecteurs peuvent davantage interagir avec la carte et accéder à plus de renseignements à même la carte récit. Par exemple, on a configuré la scène principale de la deuxième section de façon à afficher une image aérienne de la ville de Guelph qui montre le lieu de naissance de John McCrae.

Cartes simples et fenêtres contextuelles configurées

Un des aspects de cette carte récit que je préfère, c’est sa simplicité. Puisque les cartes servent à ajouter un contexte géographique au contenu narratif, il faut éviter de lui donner prédominance sur les renseignements importants présentés. La complexité de vos cartes dépendra des éléments auxquels vous souhaitez que les lecteurs portent attention. Si vous souhaitez qu’ils se concentrent davantage sur votre contenu narratif, utilisez des cartes simples. À l’inverse, si vous préférez qu’ils portent attention aux cartes avant tout, gardez votre volet latéral simple et concis.

Les fenêtres contextuelles, de leur côté, permettent aux lecteurs d’obtenir rapidement de l’information pendant leur exploration. Il est important de les associer aux données que vous souhaitez afficher, puisqu’elles servent à mettre votre carte en contexte. Les fenêtres contextuelles qui ne sont pas correctement configurées afficheront une diversité d’attributs possiblement difficiles à comprendre.

***

Je me souviens d’avoir étudié Au champ d’honneur à l’école primaire, et j’ai toujours aimé réciter ce poème durant nos commémorations du jour du Souvenir. Cette carte récit va un pas plus loin en nous donnant la chance de mieux comprendre l’homme derrière ce fameux poème. Je vous encourage à explorer cette carte récit : elle vous inspirera à créer vos propres histoires captivantes.

Article précédent
Le Canada a-t-il besoin de nouvelles normes d’adressage?
Le Canada a-t-il besoin de nouvelles normes d’adressage?

Une nouvelle technologie pourrait transformer l’adressage au Canada. Gordon Plunkett, directeur des IDS à E...

Magazine en ligne suivant
Armez-vous de la puissance des SIG pour le gouvernement
Armez-vous de la puissance des SIG pour le gouvernement

Esri dessert des milliers d’administrations publiques de tous ordres. Celles-ci redéfinissent leur façon de...