Skip to main content

« Le temps est venu de collaborer à l’aide d’ArcGIS » — Question et réponse du webinaire

Laissez-nous répondre à vos questions face à la collaboration partenariale ou distribuée pour vos comptes ArcGIS Online ou ArcGIS Enterprise.

Merci à tous ceux et celles qui ont pris le temps de participer à notre webinaire « Le temps est venu de collaborer à l’aide d’ArcGIS » le 20 avril 2022. Mike Gregotski, Audrey Beaudoin-Arcand et moi avons eu le plaisir de vous montrer les différentes méthodes de partages par l’utilisation de groupe dans une collaboration.

Vous pouvez accéder à l’enregistrement du webinaire ici.

Lors du webinaire, nous avons reçu plusieurs questions de notre audience enthousiaste sur les vastes possibilités de configuration et de paramétrage en lien avec la collaboration dans ArcGIS Online et ArcGIS Enterprise. Nous n’avions malheureusement pas répondu à toutes les questions, mais nous avons effectué nos recherches et voici nos réponses à vos questions.

Q :  Dans le cadre d'ArcGIS Online, est-ce que les collaborations partenariales et distribuées consomment des crédits?

R : Réponse courte, non. Ni la collaboration distribuée ni la collaboration partenariale ne consomme des crédits.

Dans la collaboration partenariale, le lien URL du service web demeure au sein de l’organisation propriétaire qui a partagé le service avec le groupe et donc l’organisation propriétaire consomme des crédits pour l’hébergement du service. Cependant, si le compte non propriétaire de la couche fait du géotraitement ou du géocodage sur cette même couche, le compte non propriétaire consommera des crédits pour les traitements effectués.

Dans la collaboration distribuée, si le contenu est partagé en tant que référence, c’est le propriétaire du contenu qui héberge la donnée, et donc seul le géotraitement du contenu par un compte ArcGIS Online consomme des crédits.

Cependant, si le contenu est partagé en tant que copie, le compte ArcGIS Online doit prendre en considération le volume de données dans l’espace de travail. Vu que les données seront répliquées dans le compte, alors une consommation de crédit aura lieu pour l’hébergement des données.

Pour plus d’information sur la consommation de crédit, voir ce lien .

Q :  Pour les organisations invitées, quelles sont les possibilités en termes de modification, lecture de données sur une carte?

R : Réponse courte, ça dépend du paramétrage configuré par l’hôte (on fait référence à la collaboration distribuée).

D’abord, il faut s’assurer que l’organisation hôte ait configuré l’espace de travail de façon approprié, précisant l’importance d’une bonne communication entre les organisations afin d’implémenter une collaboration distribuée. L’organisation hôte choisie 1) si le partage sera fait en tant que copie ou en tant que référence, 2) si les mises à jour bidirectionnelles seront permises (à partir de ArcGIS Enterprise 10.9) et, 3) le mode d’accès au contenu. Si l’espace de travail est configuré afin d’envoyer et recevoir ou simplement recevoir du contenu, l’invité pourra accéder au contenu partagé par l’hôte.

Les paramètres nécessaires dans l’espace de travail afin de permettre des modifications pour les organisations invitées.

Par la suite, il faut configurer les paramètres du contenu. Il faut d’abord s’assurer que l’activation de la mise à jour est permise et ainsi permettre la synchronisation des modifications telle que dans la démo.

Les paramètres nécessaires pour la modification de contenu par une organisation invitée lors de la collaboration distribuée.

Dans la démo, nous avons partagé notre contenu en tant que copie. Ce mode de partage permet au propriétaire de la couche d’origine et le propriétaire de la couche copiée de faire les modifications désirées vu que les données sont hébergées dans chacune des deux organisations. Le partage en tant que référence est un peu plus complexe, car le propriétaire du contenu doit accorder l’accès à l’organisation destinataire d’accéder à la donnée hébergée dans l’organisation propriétaire. Voir l’article « Gérer les collaborations en tant qu’invité » afin d’avoir plus de renseignements sur le processus.

Q : Faut-il toujours avoir une étape d’acceptation des changements entre le propriétaire de la donnée et le destinataire dans une collaboration distribuée partagée en tant que copie?

R : Dans la démo, les utilisateurs du compte ArcGIS Online de la ville de Geojdo modifiaient les entités d’une couche ponctuelle selon l’état de l’édifice à la suite d’un feu dévastateur. Par la suite, l’administratrice du compte ArcGIS Enterprise de la ville acceptait les modifications apportées et on remarquait une modification de la symbologie à la suite de l’acceptation.

Le processus d’acceptation des modifications apportées par l’équipe de terrain entre le compte ArcGIS Enterprise et ArcGIS Online.
   

Le processus d’acceptation n’était pas nécessaire, c’était une illustration afin de démontrer comment faire une collaboration en temps réel. Un contrôle des mises à jour par champ a été ajouté dans le compte ArcGIS Online afin de limiter les champs modifiables.

Q : Hôte : ArcGIS Online ou Enterprise? Invité : seulement ArcGIS Enterprise?

R : Dans la collaboration distribuée, si toutes les organisations de la collaboration sont des comptes ArcGIS Enterprise, un compte ArcGIS Enterprise peut être l’hôte et un autre compte ArcGIS Enterprise peut être l’invité. Aussitôt qu’un compte ArcGIS Online est impliqué dans la collaboration, ce compte sera nécessairement l’hôte de la collaboration et les comptes ArcGIS Enterprise seront les invités. Il peut seulement y avoir un compte ArcGIS Online dans la collaboration, et il sera toujours l’hôte. Un compte ArcGIS Online ne peut pas être un invité dans une collaboration distribuée.

Q : Je croyais qu’il y avait une lecture plus directe de ArcGIS Enterprise à partir de ArcGIS Online. Je constate que non puisqu’il doit y avoir un partage de synchronisation?

R : La collaboration distribuée a initialement été développée afin de faciliter le partage de contenu entre comptes ArcGIS Online et ArcGIS Enterprise. L’exemple dans la démo démontre une stratégie géospatiale assez commune chez certaines organisations. Le compte ArcGIS Enterprise est strictement utilisé à l’interne pour le développement et l’hébergement de données. L’environnement Enterprise est typiquement hautement sécurisé afin de maintenir des informations confidentielles. Le compte ArcGIS Online est donc utilisé pour transitionner d’un environnement de préproduction vers la production et l’accessibilité pour le public ou la collecte de donnée terrain.

Cependant, certains autres outils pourraient être utilisés afin de migrer le contenu entre ces deux environnements. D’abord, le ArcGIS Online Assistant est un outil qui permet à une communication entre un compte ArcGIS Online et ArcGIS Enterprise (version bêta ici). Pour plus d’information, visitez ce guide d’utilisation.

Il y a aussi l’API ArcGIS Python accessible dans ArcGIS Enterprise, ArcGIS Online et ArcGIS Pro qui permet d’automatiser des processus tels que la migration de contenu entre comptes ArcGIS Online, ArcGIS Enterprise, ou une combinaison des deux. Voir cette source d’information afin d’apprendre comment faire.

Q : Quel niveau de permission de ArcGIS Online doit-on avoir afin de devenir coordinateur de collaboration?

R : Dans la collaboration partenariale, il faut posséder le rôle de modérateur ou administrateur et avoir la visibilité du profil définie sur « Tout le monde (public) » ou sur « Organisation ».

Q : Peut-on utiliser un groupe déjà existant pour la collaboration?

R : Oui, c’est possible d’utiliser un groupe déjà existant pour la collaboration distribuée et partenariale. Cependant, pour la collaboration partenariale, il faut s’assurer que l’appartenance au groupe est spécifiée en tant que « Membres de la collaboration partenariale et de mon organisation uniquement ».

Paramètre « Membres de la collaboration partenariale et de mon organisation uniquement » nécessaire afin de permettre à une collaboration partenariale.

Q: Combien de coordinateurs de collaboration est-ce que je peux avoir dans mon organisation?

R : Dans la collaboration partenariale, tout administrateur et modérateur peuvent être coordinateur de collaboration, mais une organisation peut seulement être en collaboration partenariale avec 10 organisations externes dans un même temps.

Q : Peut-on détecter un conflit lors de la mise à jour bidirectionnelle dans une collaboration distribuée?

R : Non, malheureusement le compte qui fait la dernière modification avant la synchronisation gagne! C'est donc une excellente raison afin de bien planifier la collaboration distribuée avant d’envoyer les invitations. Le propriétaire de la couche peut aussi mettre des restrictions sur la modification d’entités en utilisant des règles attributaires de contrainte et des domaines.   

Q : Est-ce que je peux sélectionner les couches auxquels je veux permettre la synchronisation bidirectionnelle?  

R : Réponse courte, à moins d’empêcher toute mise à jour à une couche, il n’y a pas moyen de sélectionner les couches auxquels on veut permettre une synchronisation bidirectionnelle dans l’espace de travail.

Cependant, il peut y avoir plusieurs espaces de travail au sein d’une seule collaboration distribuée. Il faudrait donc créer un espace de travail permettant la synchronisation bidirectionnelle avec les couches désirées et un second espace de travail pour la synchronisation unidirectionnelle.

Si vous avez encore des questions face à a la collaboration dans ArcGIS, vous n’êtes pas les seules. Utiliser les ressources disponibles pour la collaboration distribuée et la collaboration partenariale.

Merci encore d’avoir visionné notre webinaire et on espère vous revoir très bientôt. Visitez ce lien afin de voir les dates pour les prochains webinaires à venir.

Ce billet a été traduit à l’anglais et peut être consulté ici.

À propos de l’auteur(e)

Tristan Gingras-Hill is a Technical Solution Specialist at Esri Canada. He provides technical support on the latest Esri technologies. Tristan's passion for all things geospatial began with a career in the environmental sciences, where he realized the power of cartography and spatial visualization on assessing and mitigating environmental impacts. A graduate of Fleming College's post-graduate GIS program, Tristan has worked and resided across Canada, including the Northwest Territories, where he mapped permafrost thaw.

Profile Photo of Tristan Gingras-Hill