Atlas en ligne, savoirs anciens sur l’utilisation des terres, Inuits de Kitikmeot, Arctique, Canada

June 29, 2018

Cambridge Bay (Nunavut), le 20 juin 2018. – Un atlas web convivial détaillant les utilisations traditionnelles et actuelles du territoire inuit dans l’Arctique canadien a été lancé aujourd’hui. Offert gratuitement sur le web, l’Atlas du projet sur les savoirs traditionnels Naonaiyaotit est un important outil de sensibilisation et d’éducation qui permet de partager les connaissances approfondies et l’histoire des Inuits de Kitikmeot dans le centre de l’Arctique canadien.

Ce projet collaboratif a été élaboré par le Programme d’affaires maritimes de l’Université Dalhousie et l’Association inuite de Kitikmeot (KIA), avec la participation et l’assistance technique d’Esri Canada, ainsi que le soutien financier de la société à responsabilité limitée Dominion Diamond Mines.

L’atlas contient une sélection de matériaux obtenus grâce à des centaines d’entrevues, de photographies et de séances de cartographie menées dans le cadre du projet sur les savoirs traditionnels Naonaiyaotit (NTKP). Le projet NTKP a été lancé en 1996 lors de l’évaluation environnementale du projet de mine de diamants Ekati, dans le cadre d’un partenariat entre les organisations inuites de Kitikmeot et BHP Billiton (BHPB), qui a fourni l’essentiel du soutien financier. La société Dominion Diamond Mines, actuel propriétaire et exploitant de la mine Ekati, continue de financer le projet.

« Cet atlas permet de présenter l’étendue de l’utilisation et de la complexité des connaissances des Inuits sur les espaces terrestres et maritimes où ils vivent. Il montre aussi comment les nouvelles technologies des systèmes d’information géographique peuvent être utilisées pour documenter des traditions orales bien établies », explique Claudio Aporta, directeur du Programme d’affaires maritimes et du laboratoire MAP VisLab à l’Université Dalhousie, et chercheur principal de ce projet.

Stanley Anablak, président de l’Association inuite de Kitikmeot, ajoute que « le projet NTKP rassemble une collection pertinente de savoirs traditionnels de nos aînés sur l’utilisation des terres, sur la faune et sur les modes de vie. Ces informations ont été transmises oralement de génération en génération selon la tradition. Grâce aux nouvelles technologies, nous sommes en mesure de présenter et de partager ces précieuses informations dans un nouveau format qui peut être utilisé à des fins éducatives, pour les programmes culturels et la préservation du patrimoine. Ces savoirs traditionnels peuvent aussi servir à atténuer les impacts de l’aménagement dans la région de Kitikmeot. »

Propulsé par la technologie ArcGIS Online d’Esri, l’atlas présente une sélection de savoirs traditionnels inuits (ST) de la région de Kitikmeot au moyen de cartes interactives, d’images intéressantes et de textes narratifs. Les utilisateurs peuvent naviguer dans l’atlas grâce à de nombreux onglets qui leur permettent d’explorer un large éventail de savoirs traditionnels (noms de lieux et sentiers traditionnels, connaissances et interactions avec les mammifères terrestres et marins, les poissons et les oiseaux). Il montre aussi la complexité et l’exhaustivité des savoirs inuits de Kitikmeot, ainsi que l’étendue de l’utilisation systématique de l’ensemble du territoire (zones maritimes et terrestres) depuis des siècles.

Selon Brent Hall, docteur en géographie et directeur de Milieu scolaire et recherche à Esri Canada, « l’utilisation de la technologie SIG sur Internet constitue un moyen efficace de partager les savoirs inuits de Kitikmeot avec un grand public. L’interface utilisateur personnalisée “ carte récit ” d’Esri qui a été conçue pour l’atlas permet aux utilisateurs d’apprendre, à travers les activités et les mots des Inuits de Kitikmeot, une histoire visuelle riche et fascinante de la sagesse et de la vie des Inuits dans l’environnement le plus éloigné du Canada. »

Explorez l’atlas à l’adresse ntkp.ca.

À propos de l’Université Dalhousie
Fondée en 1818, l’Université Dalhousie est l’une des plus anciennes universités canadiennes, attirant plus de 18 800 étudiants du monde entier. Cette université canadienne de la côte Est combine des programmes universitaires transformateurs avec des recherches de pointe. Le programme d’affaires maritimes (Marine Affairs Program, ou MAP) de l’Université Dalhousie offre un environnement d’apprentissage interdisciplinaire stimulant afin de promouvoir l’utilisation durable des divers environnements côtiers et océaniques dans le monde. Le MAP collabore avec d’autres organisations éducatives, gouvernementales, non gouvernementales et privées pour promouvoir et mener des recherches interdisciplinaires pertinentes sur un large éventail de questions liées à l’océan et aux zones côtières.

À propos de l’Association inuite de Kitikmeot
L’Association inuite de Kitikmeot (KIA) a été constituée en 1976 dans le but de représenter et de promouvoir les intérêts des Inuits de la région. La KIA est une société sans but lucratif élue de manière démocratique. L’association a pour mandat de « de gérer les terres et les ressources des Inuits de Kitikmeot et de protéger et de promouvoir le bien-être social, culturel, politique, environnemental et économique des Inuits de Kitikmeot ». La KIA possède une surface de 106 360 km2 de terres inuites dans la région de Kitikmeot, et le projet sur les savoirs traditionnels Naonaiyaotit présente des informations pertinentes en ce qui concerne bon nombre de ces terres.

À propos de la société à responsabilité limitée Dominion Diamond Mines
Dominion Diamond Mines (SRI) est une société canadienne d’extraction de diamants, qui détient des participations dans deux grandes mines de diamants exploitées à environ 200 kilomètres au sud du cercle arctique dans les Territoires du Nord-Ouest du Canada. La société exploite la mine de diamants Ekati (dans laquelle elle détient une participation majoritaire) et détient également 40 % des participations de la mine de diamants Diavik. Elle fournit des diamants bruts sur le marché mondial par l’intermédiaire de ses activités de tri et de vente au Canada, en Belgique et en Inde. Elle est la productrice indépendante de diamants la plus importante au Canada.

À propos d’Esri Canada
Depuis 1984, Esri Canada offre des systèmes d’information géographique (SIG) qui permettent aux entreprises, aux gouvernements et aux établissements d’enseignement de prendre rapidement des décisions éclairées en mobilisant la puissance de la cartographie et des analyses spatiales. Ces systèmes aident les organisations à optimiser la gestion de leurs ressources, à améliorer leur planification et à renforcer la collaboration à l’interne comme à l’externe. Les produits et les services d’Esri Canada contribuent à faire progresser la transformation numérique. L’entreprise, dont le siège social se trouve à Toronto, sert plus de 12 000 organisations à partir de 16 bureaux partout au Canada. En 2015, Esri Canada est devenue lauréate de la « Reconnaissance Or » des entreprises les mieux gérées au Canada; elle a de plus été désignée comme ayant l’une des cultures d’entreprise les plus admirées en 2016. Pour obtenir de plus amples renseignements, consultez le site esri.ca/fr. Suivez Esri Canada sur Twitter, Facebook, YouTube et LinkedIn.

- 30 -

Contact médias :
Esri Canada : Mary Ambrose; press@esri.ca; (647) 921-7027
Dalhousie : Nicole Comeau; nikki.comeau@Dal.Ca;  (902) 223-2446
L’Association inuite de Kitikmeot : Geoff Clark; dirlands@kitia.ca; (867) 982-3310 

Article précédent
La Ville de Brampton et Teranet reçoivent un prix Esri Special Achievement in GIS pour l’année 2018
La Ville de Brampton et Teranet reçoivent un prix Esri Special Achievement in GIS pour l’année 2018

Une administration municipale et une entreprise obtiennent un énorme rendement du capital investi dans la t...

Article suivant
La Ville de Penticton remporte un prix pour sa gestion efficace des réseaux routiers grâce aux SIG
La Ville de Penticton remporte un prix pour sa gestion efficace des réseaux routiers grâce aux SIG

Penticton rehausse l’efficacité de la gestion des routes grâce aux systèmes d’information géographique.