Application du mois de novembre : Mapcentre

November 1, 2017

Le fait d’offrir aux résidents un accès rapide à des données géospatiales prêtes à l’emploi de façon interactive leur procure de nombreux avantages, tout comme aux employés municipaux. Lisez ce billet de blogue et découvrez comment la ville de St. John’s, à Terre-Neuve-et-Labrador, accroît la transparence en donnant un accès public aux renseignements municipaux par l’entremise d’une carte interactive. 

Les cartes peuvent nous fournir une énorme quantité de renseignements. Les mordus de géographie connaissent déjà les avantages que procurent les cartes et les données géospatiales. Cependant, de simples citoyens pourraient avoir besoin d’informations supplémentaires sur la façon d’exploiter la puissance des systèmes d’information géographique (SIG). Il peut être avantageux pour les gouvernements municipaux de fournir à leurs résidents des données géospatiales de façon interactive, avec notamment des applications web, pour leur permettre de se renseigner sur des sujets sur lesquels ils veulent en savoir davantage. Un bon exemple est notre application du mois, Mapcentre, utilisée dans la Ville de St. John’s. 

Mapcentre est un guichet unique de données géospatiales en ligne à la disposition des résidents de St. John’s. Grâce à cette application de cartographie web interactive, ils sont en mesure de consulter des données cartographiques ainsi que des images topographiques et aériennes, d’obtenir de l’information sur les propriétés et de lancer des requêtes ou des analyses à propos des données. 

Le concept de l’application est né du besoin de gérer les requêtes fréquentes du public concernant l’information sur les propriétés, le zonage, l’imagerie et les autres données spatiales.

« Nous voulions offrir une ressource qui permettrait aux résidents d’accéder facilement aux données géospatiales sans avoir à suivre un long processus de demande de données, affirme Greg Keating, gestionnaire des services d’information sur les données géographiques pour la Ville de St. John’s. La Ville est également déterminée à être réactive et progressive, c’est pourquoi elle a adopté une nouvelle approche souple à l’égard des données. »

L’application est dotée de beaucoup de fonctionnalités développées de façon intuitive pour quiconque s’en sert. Par exemple, elle permet aux utilisateurs de remplacer le fond de carte pour un fond de carte topographique, ou de choisir à partir d’une variété d’ortho-images. Il est également possible de comparer deux fonds de carte dans le sélecteur de fonds de carte. C’est une excellente façon pour les résidents de voir les changements dans leur région au fil du temps et de découvrir à quoi ressemblait le paysage auparavant.

Les résidents de la Ville de St. John’s peuvent accéder à différentes ortho-images afin de comparer l’évolution du paysage de la municipalité.

L’outil de profil, qui permet aux utilisateurs de créer des profils d’altitude, est l’un de mes préférés dans cette application. Il vous suffit d’ajouter un point de départ et un point d’extrémité pour que l’application génère rapidement un profil d’altitude. Je m’imagine tout à fait me servir de cette fonction en hiver pour explorer les parcs de la région où on peut faire de la luge afin d’évaluer quelle colline est la plus escarpée, et procure donc le plus de plaisir en glissant.

Les résidents de St. John’s ont non seulement accès aux données fournies par l’application de la Ville, mais également aux outils pour effectuer leur propre analyse.

Cette application offre plusieurs utilisations. Par exemple, un résident de la Ville pourrait s’en servir pour voir la circonscription où il habite, déterminer la zone de planification pour une parcelle de terrain, ou bien consulter les limites d’un terrain ou la valeur estimée de sa propriété.

« Mapcentre est profitable pour le public, car elle lui fournit un accès à différentes sources de données ainsi que des capacités analytiques, ce qui était auparavant impossible, poursuit Greg. Les résidents peuvent désormais consulter des renseignements de planification, comparer des images aériennes, créer un profil ou voir des parcelles sans avoir à communiquer avec les employés municipaux. En outre, les propriétaires d’entreprise, les propriétaires fonciers ou les développeurs de la Ville peuvent obtenir de l’information spatiale avant ou pendant le processus de création de l’application. »

Greg a mentionné que l’application fait aussi gagner du temps aux résidents et aux propriétaires d’entreprise grâce à un lien rapide menant vers une grande quantité de données géospatiales, ce qui était un processus beaucoup plus complexe et plus long avant. Dans le passé, ils devaient communiquer avec les employés municipaux, qui acheminaient leur demande de données au bon service, lequel procédait ensuite à la recherche et à la compilation des données demandées. Celles-ci étaient généralement transmises dans un délai de 48 heures. Chaque propriétaire d’entreprise ou citoyen recevait les données géospatiales de façon individuelle. Dorénavant, ce processus est instantané pour la plupart des demandes.

Cette application n’est pas avantageuse que pour les citoyens; elle l’est également pour les employés municipaux. En effet, ces derniers s’en servent régulièrement pour afficher et chercher des propriétés, trouver de l’information sur des propriétés ou y lier des images Street View. Ils utilisent aussi l’application pour fournir aux propriétaires fonciers et aux propriétaires d’entreprise une vue rapide de la topologie actuelle, des renseignements sur les parcelles, des profils et de l’information sur la planification. Elle a donc créé des flux de travaux efficaces pour les employés.

Greg tient à souligner les efforts qu’a déployé Rafael Fernandez, ancien employé, pour développer l’application. Il est d’ailleurs prévu que des améliorations continuent d’être apportées à celle-ci. Actuellement, les fonctionnalités sont en train d’être transférées aux gadgets dans Web AppBuilder for ArcGIS pour que les employés municipaux puissent réutiliser facilement chacun des gadgets dans d’autres applications internes et externes. On prévoit également d’intégrer les données que le public consulte dans Mapcentre au portail de données ouvertes.

Faites une visite virtuelle de St. John’s en explorant cette application et faites-moi part de ce que vous en pensez en laissant vos commentaires ci-dessous.

Ce billet a été écrit en anglais par Jasmine Sohal et peut être consulté ici.

Article précédent
C’est dans le temps des migrations : trois grands projets à prendre en considération cette saison
C’est dans le temps des migrations : trois grands projets à prendre en considération cette saison

Les cours offerts par Esri Canada, notamment sur la migration entre ArcMap et ArcGIS Pro et sur les stratég...

Article suivant
La recette par excellence pour mieux gérer le temps et uniformiser les flux de travaux des équipes
La recette par excellence pour mieux gérer le temps et uniformiser les flux de travaux des équipes

Connaissez-vous la fonction Tasks (tâches) dans ArcGIS Pro? Elle uniformise les flux de travaux et aide à g...