Concevoir des solutions complètes de gestion de la maintenance à l’aide des applications ArcGIS

July 17, 2020

Il ne faut pas simplement utiliser une tablette sur le terrain pour transformer un processus papier de gestion de la maintenance en un flux de travaux numérique. Le cycle complet d’une tâche sur le terrain comprend aussi la planification, l’examen et la production d’un rapport. Il s’agit là d’activités de bureau qui doivent être harmonieusement intégrées à la tâche à effectuer sur le terrain afin que la transformation numérique soit réussie. En plus de présenter les applications ArcGIS qui gèrent ces aspects administratifs, cet article explique comment les regrouper afin de créer une expérience continue pour l’utilisateur final.

Dans le cadre de son forfait de services Workforce Starter Solution, l’équipe chargée des solutions pour les travaux publics d’Esri Canada aide des organisations à mettre en œuvre des solutions de gestion de la maintenance à l’aide de la suite d’applications ArcGIS. Les applications mobiles d’Esri sont toujours au cœur des solutions créées, peu importe les activités concernées (inspections de bâtiments, patrouilles routières ou réparations d’urgence à effectuer sur le système d’eau). Les aspects administratifs avant et après les tâches à réaliser sur le terrain sont toutefois des composants essentiels de ces flux de travaux.

Transformation numérique d’un flux de travaux papier

Un flux de travaux d’inspection papier ressemble fort probablement au diagramme ci-dessous :

Planification et répartition : Au bureau, le travail sur le terrain est planifié, classé en ordre de priorité, programmé, puis réparti. Ces tâches peuvent nécessiter une combinaison de formulaires papier, de feuilles de calcul, de courriels et d’appels téléphoniques.

Inspection : Sur le terrain, les travailleurs inspectent l’actif et effectuent les activités de maintenance ou les réparations nécessaires. Ils consignent aussi leurs observations et leurs activités sur des formulaires papier.

Examen : Au bureau, ces formulaires sont remis au superviseur concerné aux fins d’examen, de suivi et d’approbation.

Classement et production de rapports : Les fichiers papier (qui sont les documents officiels) sont classés et peut-être numérisés afin d’être stockés sur un disque local ou dans un système de gestion des documents. Ces dossiers serviront à produire des rapports qui démontreront le respect des normes et des obligations juridiques.

Il est possible de procéder à la transformation numérique de ce flux de travaux complet grâce aux applications ArcGIS que vous possédez déjà. Comme nous l’avons mentionné, les applications mobiles ArcGIS, comme ArcGIS Collector et Survey123, vous permettront en grande partie de réaliser le travail sur le terrain. Cependant, dans le cadre de cet article, nous nous concentrerons sur les applications relatives aux tâches de bureau, puis nous verrons comment les regrouper.

ArcGIS Workforce est sans aucun doute la meilleure application pour établir l’ordre de priorité du travail, le planifier et le répartir. Le répartiteur et le planificateur peuvent notamment voir l’emplacement du personnel sur le terrain ainsi que l’état des affectations en temps quasi réel. Pour la phase d’examen, mes deux solutions préférées sont le modèle d’application Crowdsource Manager et ArcGIS Dashboards. Elles ont toutes deux leurs avantages. Dans Crowdsource Manager, les utilisateurs peuvent facilement examiner les inspections entrantes et en mettre à jour plusieurs à la fois. De son côté, ArcGIS Dashboards permet d’examiner ces inspections entrantes au moyen de listes, de cartes et de graphiques flexibles et interactifs ainsi que de mettre à jour les inspections directement dans le tableau de bord. Quant à l’étape du classement et de la production de rapports, ArcGIS Dashboards est encore une fois l’application la mieux adaptée. Très populaire auprès de nos utilisateurs, ArcGIS Dashboards remplit deux fonctions : 1) permettre l’accès aux dossiers archivés en cherchant et en filtrant les cartes, les listes et les graphiques de façon interactive; 2) fournir une vue d’ensemble d’une situation donnée en affichant les mesures importantes, les indicateurs clés de rendement et les renseignements sur les actifs. Ces fonctions vous permettront d’augmenter la qualité de vos rapports. Fini les documents enfouis dans des classeurs et les feuilles de calcul obscures. Vos documents seront transparents, et vous pourrez les interroger et les analyser de façon interactive, en plus de les partager facilement au sein de votre organisation.

Mais comment pouvons-nous regrouper toutes ces applications? Il est inacceptable que les utilisateurs finaux aient à accéder à des applications distinctes à chacune des étapes. Le nombre d’applications indépendantes risquerait d’ailleurs d’être très élevé, car il se peut que chaque équipe de l’organisation possède plusieurs flux de travaux.

Regrouper toutes les applications

C’est là qu’ArcGIS Hub et qu’ArcGIS Experience Builder entrent en jeu. Avec ArcGIS Hub (ou ArcGIS Enterprise Sites), nous pouvons regrouper l’ensemble du contenu sur un site web central, qui constitue le point d’accès unique pour les groupes et utilisateurs. Chaque groupe (routes, services d’eau, parcs, etc.) peut y avoir sa propre section ou page, comme le montre le diagramme ci-dessous. C’est à cet endroit que les membres du groupe accèdent à leurs flux de travaux, qui forment une seule expérience dans Experience Builder.

Avec ArcGIS Hub, vous offrez à tous les utilisateurs un point d’accès central et vous pouvez décider de partager uniquement un type de contenu avec certains groupes. En se basant sur le diagramme ci-dessus, imaginons qu’un membre de l’équipe des services publics ait accès uniquement au contenu du groupe 1 (qui contient les programmes d’inspection des trous d’homme et de rinçage des égouts). De son côté, un membre de l’équipe des installations ne voit que le contenu du groupe 2 (avec les flux de travaux d’inspection des bâtiments et des systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation). Nous pourrions alors ajouter un onglet « principal », lequel comprendrait les renseignements pertinents pour tous les utilisateurs, comme un visualiseur des actifs ou un tableau de bord des projets d’immobilisations.

Dans ArcGIS Hub, chaque flux de travaux de gestion de la maintenance forme une expérience Experience Builder. On y retrouve les différentes phases administratives du flux de travaux, telles que la répartition, l’examen et le suivi d’une tâche au moyen d’un tableau de bord interactif. L’utilisateur final est donc accompagné tout au long du flux de travaux.

La vidéo ci-dessous présente un flux de travaux d’inspection de bornes d’incendie et explique le rôle d’ArcGIS Hub et d’ArcGIS Experience Builder dans la mise en place de solutions de gestion de la maintenance complètes et de bout en bout, comme nous en avons discuté dans cet article.

Ce billet a été écrit en anglais par Chaim Schwartz et peut être consulté ici.


Communiquez avec nous ou votre responsable de compte Esri Canada pour planifier une démonstration et discuter de la façon dont nous pouvons automatiser vos programmes de gestion de la maintenance.

 

Article précédent
L’ambassadeur des SIG du mois de juillet : Jonathan Fletcher
L’ambassadeur des SIG du mois de juillet : Jonathan Fletcher

Découvrez comment Jonathan Fletcher, un enseignant de Port Colborne, en Ontario, encourage des élèves du pr...

Article suivant
Webinaire « Trucs et astuces : la formule du formulaire gagnant avec Survey123 for ArcGIS » — Q&R
Webinaire « Trucs et astuces : la formule du formulaire gagnant avec Survey123 for ArcGIS » — Q&R

Obtenez les réponses à toutes vos questions sur Survey123 for ArcGIS.