Application du mois : Jungle de béton : l’étalement urbain et l’émergence de mégapoles

September 3, 2019

Parce que j’ai grandi dans la banlieue du Grand Toronto, j’ai toujours été émerveillée et curieuse à propos de la vie urbaine. Je considérais Toronto comme une « grande » ville, mais quand j’ai eu la chance de visiter Hong Kong, la ville natale de mes parents, j’ai été étonnée de voir à quel point celle-ci était dense! Les bâtiments élevés étaient pratiquement à un mètre les uns des autres, tous entassés sur une île. Un immeuble résidentiel semblait avoir la même densité de population que l’ensemble du quartier dans lequel je vis! C’est à ce moment que j’ai réalisé que Toronto était une ville, mais que Hong Kong était une mégapole. L’application du mois de septembre, Jungle de béton : l’étalement urbain et l’émergence de mégapoles, une recherche de Spencer Elford, étudiant de l’Université McMaster, explore le sujet des mégapoles et les façons dont l’environnement urbain a façonné notre monde moderne.

Jungle de béton est l’une des cartes récits les plus fascinantes que j’aie observées depuis longtemps, tant par son contenu que par l’expérience interactive qu’elle procure. Elle est basée sur un modèle de journal cartographique qui permet de combiner des éléments multimédias au contenu de la recherche de Spencer. Ce dernier a mis beaucoup d’efforts pour créer, non pas une, mais plusieurs applications web dans sa carte récit, tirant ainsi parti de la capacité d’intégration des classiques cartes récits d’Esri.

Le contenu visuel 3D est un élément important de la carte récit. Spencer a utilisé le modèle de visualisation de données 3D : une interface configurable dans laquelle vous pouvez afficher vos scènes web pour créer de l’animation ainsi qu’un environnement interactif pour les utilisateurs. À l’intérieur du premier contenu visuel 3D, une couche 2D a été ajoutée au globe pour illustrer la densité des populations partout dans le monde. Les utilisateurs peuvent faire un panoramique et un zoom sur le globe comme sur une carte ordinaire et cliquer sur un lieu d’intérêt pour parcourir les fenêtres contextuelles contenant de l’information sur la population totale de personnes employées dans l’industrie agricole entre 1980 et 2010.

À l’aide du modèle de visualisation des données 3D, un globe tournant a été créé pour illustrer la densité de la population mondiale. Ce modèle est disponible sur GitHub, donc si vous êtes à l’aise avec le codage, vous pouvez entièrement personnaliser l’application selon vos préférences.

La prochaine visualisation 3D sur la carte récit est l’une de mes préférées. À l’aide du même modèle d’application, des barres cylindriques 3D ont été disposées sur le globe afin de représenter les villes les plus peuplées du monde. Les barres 3D sont une bien meilleure option que les diagrammes à barres 2D typiques parce que chacune des barres 3D est présentée en fonction de son emplacement. La hauteur de chaque barre illustre le classement et la taille de la population de la ville.

En visualisant les informations sous forme de barres cylindriques 3D sur le globe, il est facile d’observer et de comparer les villes les plus peuplées du monde.

Tout au long de la carte récit, vous pouvez voir l’histoire se dérouler grâce aux actions de récit. Dans une section portant sur la croissance urbaine, Spencer a mis l’accent sur une ville en particulier et a utilisé des actions de récit pour illustrer la croissance rapide de la population en ajoutant des couches et en faisant un zoom arrière de la carte dans la fenêtre principale. L’animation ci-dessous montre la croissance de la population de Tokyo entre 1834 et 2010.

Les actions de récit sont un outil puissant pour rendre vos cartes récits interactives. Elles sont intégrées au texte narratif et sont activées lorsque les utilisateurs lisent le contenu. Considérez-les comme des hyperliens qui, lorsqu’on clique dessus, modifient la fenêtre principale de votre carte récit en fonction de vos paramètres.

Les paramètres des actions de récit permettent :

  1. De modifier l’ensemble du contenu de la fenêtre principale;

  2. D’effectuer un zoom et un panoramique sur un nouvel emplacement sur la carte;

  3. De naviguer vers une autre section de la carte récit.

Jungle de béton fait également bon usage du modèle d’application Spyglass pour créer une expérience interactive. L’imagerie seule donne l’impression que la densité de Tokyo est uniforme. Toutefois, en faisant glisser l’outil Spyglass sur la carte, il est possible de voir le changement de couleur de chaque quartier qui révèle l’emplacement des zones plus denses.

L’application Spyglass permet aux utilisateurs de visualiser la différence entre deux cartes ou, dans ce cas, entre deux jeux de données.

Enfin, je tiens à parler des données utilisées dans cette carte récit. La majorité des jeux de données utilisés provenait du Living Atlas of the World, une source de données géographiques mondiales. Avec le Living Atlas, vous pouvez facilement importer dans votre carte les données que vous avez sélectionnées dans l’Atlas. De nombreux jeux de données du Living Atlas sont mis à jour fréquemment et sont accompagnés de schémas de couleurs personnalisés et de fenêtres contextuelles pour une utilisation immédiate.

Tous les efforts déployés par Spencer pour créer des applications web et ajouter des actions de récit à Jungle de béton ont assurément porté leurs fruits. En tant qu’utilisatrice, j’ai vécu une expérience très positive en parcourant la carte récit.

La tâche peut sembler lourde, mais la majeure partie du travail consiste à planifier soigneusement le contenu de votre récit et à définir l’expérience interactive que vous voulez offrir à vos lecteurs avec vos données. (Pour en savoir plus sur la préparation d’un plan pour votre carte récit, lisez ce billet de blogue écrit par Hannah Wilber.)

Une fois que votre plan est bien établi, trouvez les données et concevez l’application web. Bien qu’il existe de nombreux modèles d’application web parmi lesquels choisir dans ArcGIS Online, chaque modèle est facile à utiliser et ne nécessite pas de compétences en codage.

Spencer a partagé son expérience sur le sujet : « J’ai acquis une expérience précieuse en développement d’applications web en créant cette carte récit. N’étant pas développeur, j’ai beaucoup appris sur les composants des applications web. J’ai également gagné en confiance en développement web SIG, ce qui m’a aidé à progresser dans mes études. »

Si vous cherchez des façons créatives de présenter votre recherche ou vos idées, lisez le billet comment faire une carte récit et parcourez les différents modèles d’ArcGIS Online pour commencer à créer une application web.

Ce billet a été écrit en anglais par Mingsze Ho et peut être consulté ici.

Article précédent
Explore Burlington – Plus qu’une simple carte
Explore Burlington – Plus qu’une simple carte

L’application Explore Burlington combine la puissance d’ArcGIS Online et du programme de cartes communautai...

Article suivant
Jeannine Johnstone : ambassadrice des SIG du mois d’août
Jeannine Johnstone : ambassadrice des SIG du mois d’août

Des élèves utilisent un SIG dans le célèbre parc Stanley, en Colombie-Britannique, pour faire le suivi d’es...