Transformation numérique et engagement public : la région de York recourt aux données ouvertes

July 3, 2019

Dans mes billets de blogue précédents, j’ai parlé de la façon dont la publication de données ouvertes peut aider les municipalités à contribuer à la transformation numérique. J’ai aussi parlé de la façon dont Ottawa et le comté de Parkland ont créé leurs portails de données ouvertes. Dans le présent billet de blogue, j’aimerais vous parler de la plateforme de données ouvertes de la région de York, qui a reçu le prix Open Data for Innovation (données ouvertes pour l’innovation) au Sommet canadien sur les données ouvertes (SCDO18) en novembre 2018. C’est probablement l’une des réalisations les plus intéressantes présentées au SCDO18, car cette plateforme nous donne un aperçu de la façon dont une municipalité peut utiliser les données ouvertes de façon créative.

Avec une population toujours croissante d’environ 1,2 million d’habitants, la municipalité régionale de York s’étend de Toronto au lac Simcoe et comprend neuf municipalités, chacune ayant une économie, une géographie et une population différentes. Mais voici la partie étonnante : la municipalité achemine ses données vers les résidents plutôt que d’attendre que ces derniers ne les trouvent par eux-mêmes. Cette approche proactive et inspirante est probablement la principale raison pour laquelle York a gagné.

Les administrations municipales veulent non seulement que leurs collectivités connaissent les projets qu’elles proposent et les décisions stratégiques et les nouvelles initiatives qu’elles prennent, mais elles veulent aussi qu’elles s’y rallient. Pour ce faire, il faut que les communautés participent aux prises de décisions et fournissent des données, des idées et de l’information aux administrations. Un travail conjoint et une harmonisation accrue des ressources et des efforts seront alors possibles.

Utilisation de personas pour faciliter l’accès aux données ouvertes

Plutôt que de se contenter de publier des jeux de données brutes à télécharger, la région de York fait participer son personnel, ses résidents et ses visiteurs au moyen de personas, de partenariats, de médias sociaux et de récits, concrétisant ainsi leur engagement numérique envers les données de la région. Par exemple, le persona « professionnel » aide les gens à naviguer sur le site pour trouver les données dont ils ont besoin pour leurs projets de travail. Le persona « résident » propose des données organisées et prêtes à l’emploi ou une carte aux personnes à la recherche de services de garde ou d’autres besoins résidentiels simples. Le recours aux personas pour aider les gens à trouver ce dont ils ont besoin a entraîné une augmentation importante de l’utilisation des données de la région. 

La région de York a créé sept personas en ligne, chacun représentant un groupe d’utilisateurs intéressés par des renseignements et des produits similaires. Que vous soyez un professionnel ou un étudiant, un agent immobilier ou un enseignant, vous pouvez accéder à des données sécurisées et fiables grâce à la plateforme de données ouvertes de la région de York.

Le recours aux personas, aux partenariats et aux récits est une innovation qui permet à York de tirer parti des outils que les gens utilisent déjà, qui procure aux données de la région une réelle valeur et qui enrichit considérablement l’expérience utilisateur avec les données ouvertes. Mais surtout, cette innovation aide la région à améliorer son site et la disponibilité de ses données et renseignements. Comment a-t-elle fait?

Accéder aux données ouvertes par l’intermédiaire d’applications connues

La région de York a intégré ses données ouvertes à des applications de médias sociaux populaires comme Yelp, que les gens utilisent pour trouver des restaurants locaux. Maintenant, lorsqu’ils cherchent un restaurant dans la région de York, ils peuvent aussi voir les derniers résultats d’inspection sanitaire. Chaque mois, les données officielles de York se trouvent ainsi en moyenne entre les mains de 35 millions d’utilisateurs de l’application Yelp. (Ce chiffre date de mars 2019.) C’est exactement ce que les résidents veulent : des renseignements faciles à comprendre et pertinents, là où ils peuvent les trouver.

Offrir un accès facile et aisé aux données officielles, en permettre la recherche et l’utilisation sans détour ni difficulté technique, les présenter sur le site de données ouvertes d’une municipalité pour que quiconque puisse y accéder et les télécharger; voilà la façon moderne de partager les données ouvertes.

C’est ce que veulent toutes les municipalités, et le service ArcGIS Open Data d’Esri s’adapte facilement à cette nouvelle approche qui consiste à transférer les données vers des applications connues et utilisées quotidiennement.

Voici un autre exemple. L’application Waze offre aux municipalités un service d’échange de données bidirectionnel gratuit, qui inclut les données sur les fermetures de routes, les incidents et autres (par exemple, des informations sur le stationnement, les zones scolaires et les entreprises venant de données ouvertes). Si une municipalité partage ce type de données sur son site de données ouvertes, Waze pourra les publier dans son application pour améliorer l’expérience de navigation de ses utilisateurs. C’est un échange de données bidirectionnel parfait. York héberge déjà les données de Waze et travaille à les intégrer à son centre régional de circulation routière pour faciliter la gestion de la circulation. Plus les données sont échangées, plus l’application s’améliore et plus il est facile pour les conducteurs d’éviter les problèmes en temps réel. 

Les utilisateurs de Waze bénéficient également d’une connexion en temps réel avec le centre des transports de la région, qui intègre des données provenant de centaines de caméras de circulation, de rapports d’incidents et de tous les projets officiels de fermeture de routes et de réduction des voies de la région. En partageant ces données en temps réel avec Waze, la région de York s’assure que ses données contribuent efficacement à réduire les embouteillages et les émissions de gaz à effet de serre, ainsi qu’à faire plus de place sur les routes pour les bicyclettes et le transport en commun.

Les utilisateurs de Google Maps peuvent également obtenir directement de la région les dernières données concernant les routes et les adresses. Vous avez besoin d’indications pour vous rendre à une maison dans un nouveau lotissement? Aucun problème!

Le site de données ouvertes de la région de York est beaucoup plus qu’un site web. Il fait partie intégrante d’une éthique de gérance des données qui favorise l’innovation et apporte de la valeur pour les résidents, les visiteurs et les propriétaires d’entreprises de la région.

Si vous pensez ouvrir vos données à votre communauté, renseignez-vous sur ArcGIS Open Data. Nous vous invitons également à participer à un webinaire qui aura lieu le 30 juillet : Améliorer votre portail de données ouvertes en vue d’augmenter la participation du public.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à m’écrire à mpietryszyn@esri.ca ou à laisser un commentaire ci-dessous.

Ce billet a été écrit en anglais par Matt Pietryszyn et peut être consulté ici.

Article précédent
Comment les SIG et la science citoyenne peuvent-ils lever le voile sur les tornades canadiennes?
Comment les SIG et la science citoyenne peuvent-ils lever le voile sur les tornades canadiennes?

Le Northern Tornadoes Project combine l’utilisation des SIG et de la science citoyenne pour améliorer la dé...

Article suivant
Guide rapide de fédération d’ArcGIS Server
Guide rapide de fédération d’ArcGIS Server

Découvrez comment fédérer ArcGIS Server et Portal for ArcGIS pour déployer ArcGIS Enterprise sur place.