Des enseignants de géographie utilisent ArcGIS pour l’apprentissage de leurs élèves à la maison

June 11, 2020

ArcGIS comporte des outils qui peuvent servir à explorer, analyser et présenter des données de manière efficace à un public élargi. Deux enseignants de l’Ontario nous ont parlé de ce qu’ils font avec leurs élèves confinés à la maison pour enrichir leurs connaissances sur la COVID-19 et leurs notions de géographie physique au moyen d’ArcGIS.

Le mois dernier, deux enseignants de l’Ontario nous ont parlé du travail qu’ils ont accompli pour inciter leurs élèves à s’informer à distance de sujets d’actualité mondiale en géographie physique de 9e année à l’aide d’ArcGIS.

Le billet de blogue qui suit portera sur le travail de Cory Munro, enseignant de géographie, de droit et d’éducation civique à l’école secondaire du district de Saugeen à Port Elgin, en Ontario, et de Christine Butler, enseignante de géographie et de sciences à l’école secondaire Pierre Elliott Trudeau à Markham, en Ontario.

Susciter l’intérêt des élèves par des activités de cartographie ludiques

Cory Munro
Commission scolaire de district Bluewater

Le groupe Milieu scolaire d’Esri Canada accompagne Cory depuis dix ans. Nous avons eu l’occasion de le rencontrer à de nombreuses reprises et, tout récemment, il a été invité à présenter son travail sur ArcGIS à la Conférence des SIG dans l’éducation et la recherche, en mars de cette année.

J’ai demandé à Cory de nous expliquer ce qu’il faisait avec ses élèves depuis le mois de mars.

Cory prépare les activités de ses élèves à son bureau à domicile.

Pouvez-vous me parler de certaines des activités réalisées par les élèves depuis la fermeture de l’école?

Avant l’interruption au mois de mars, mes élèves de géographie de 9e année s’intéressaient beaucoup au suivi de la propagation spatiale du coronavirus et des statistiques qui y sont associées. Nous avons eu des discussions quotidiennes à ce sujet en classe à l’aide du tableau de bord de l’Université John Hopkins et de l’outil de suivi de l’épidémie de COVID-19 en sol canadien. Quand l’enseignement est devenu virtuel, il était naturel de continuer dans la même lignée; les élèves avaient des connaissances de base et s’intéressaient beaucoup à la matière.

Une fois de retour à l’école, mais à la maison, les élèves avaient la possibilité de réaliser des activités cartographiques s’ils le souhaitaient. La plupart des élèves ont voulu faire des travaux liés aux SIG. Ils ont suivi le tutoriel d’Esri Canada sur la création d’un tableau de bord de la COVID-19 qui leur a permis d’étudier les données canadiennes. Les élèves ont été impressionnés de voir les données en temps réel et certains d’entre eux ont montré leur tableau de bord final à leur famille et à leurs amis.

Au cours de leur apprentissage de la géographie physique, les élèves ont créé une application web à balayage dans ArcGIS Online qui compare les régions physiographiques et climatiques du Canada. Les élèves ont pu ajouter sans difficulté les couches préfaites à une carte, puis créer une application afin de comparer les deux couches. Les élèves ont cherché des points communs et des différences dans la configuration spatiale des deux couches.

Application à balayage montrant les régions physiques et le climat au Canada.

« J’ai découvert que la carte balayable pouvait me faire voir les points communs et les différences entre les régions climatiques et physiques plus facilement que je n’aurais pu le faire autrement. J’ai aimé la façon de visualiser les données, et il était plus facile de voir les tendances d’une carte à l’autre. » – Grace, élève de 9e année

Comme les élèves s’intéressaient à la COVID-19 et voulaient acquérir des compétences plus techniques, j’ai créé une activité pour laquelle ils devaient télécharger des données ouvertes sur la COVID-19 et explorer les données dans ArcGIS Online.

Pendant les cours en ligne, je leur ai expliqué étape par étape l’activité avec des tutoriels vidéo que j’ai créés pour eux. Ils ont ainsi eu une bonne idée de ce qu’ils allaient faire avant de réaliser seuls leur devoir à la maison.

Je pense qu’il est important de leur offrir une certaine flexibilité et un certain choix pour l’apprentissage en ligne. Ils pouvaient donc écrire un reportage, créer une émission d’information en groupe ou créer une carte récit. L’objectif était d’amener les élèves à explorer les données sans trop de restrictions ni d’instructions concernant la forme que devaient prendre les résultats.

Carte des personnes de moins de 20 ans atteintes de la COVID-19 en Ontario incluse dans cette carte récit créée par un élève.

« J’ai aimé parce que c’était assez simple et il y avait beaucoup d’informations à regarder et c’était intéressant. J’aime la cartographie parce qu’on a une foule d’informations devant les yeux et on apprend constamment de nouvelles choses. » – Sara, élève de 9e année

Carte web qui montre les cas confirmés de COVID-19 en Ontario, tirée de la carte récit de Clara, une élève.

« J’ai aimé ce type d’activité parce que j’ai eu la chance d’en apprendre beaucoup sur ce qui se passe dans notre pays, notre région et nos villes par rapport à la COVID-19. J’ai pu mieux comprendre ce qui se passe dans notre monde aujourd’hui. J’ai aimé faire des cartes et appliquer des filtres pour découvrir de nouvelles informations sur la COVID-19. » – Jenna, élève de 9e année

Quels concepts de pensée géographique/spatiale vos enfants ont-ils appris/utilisés dans cette activité?

En utilisant les SIG et les technologies spatiales, les élèves ont été appelés à faire preuve d’esprit critique. Il a été important de laisser les élèves orienter leur apprentissage et de leur permettre d’explorer les données disponibles (couches du Living Atlas sur les volcans, les tremblements de terre, les informations météorologiques en temps réel, etc.). Les élèves de 9e année ont parfois été réticents et n’étaient souvent pas certains de faire les choses correctement ou de suivre les étapes comme il faut. Il est important d’essayer d’instaurer une culture qui favorise l’exploration à l’aide d’outils donnés. Je suis toujours étonné de ce que les élèves peuvent produire avec peu d’encadrement. Certains élèves ont besoin qu’on leur dise quoi faire étape par étape pour réussir, mais j’ai essayé de faire des activités assez génériques qui exigent un peu de réflexion. Dans une salle de classe ou un laboratoire, il peut être plus facile de progresser sur plus d’un front, mais avec un peu de liberté et quelques idées ou suggestions, les élèves savent se débrouiller. Souvent, les élèves ne se rendent pas compte qu’ils acquièrent beaucoup de compétences qui ne sont pas nécessairement visibles.

Grâce à certaines de ces activités, les élèves ont appris à explorer les données, à les trier, à les filtrer, à créer de nouvelles couches de données, à télécharger les dernières statistiques et à connaître les formats de fichiers spatiaux (.csv, geojson, .shp, etc.). Les élèves ont appris à comparer les couches à la recherche des tendances spatiales et à réfléchir à ce qui pouvait causer ces tendances.

Quel est le prochain projet prévu?

Souvent, mes activités sont planifiées en fonction de ce qui se passe dans le monde. Nous allons probablement reparler de la COVID-19 en utilisant d’autres sources de données. Nous pourrions peut-être étudier la propagation dans le monde et ses effets sur les pays. Dans les semaines à venir, les élèves auront également la possibilité de créer leurs propres cartes pour la collecte de données en utilisant Collector for ArcGIS.

Pour certaines de ces activités, le contenu n’importe pas autant que les compétences acquises. Lorsque le temps sera plus clément, je sais que beaucoup d’élèves aimeront pouvoir aller faire des travaux pratiques dehors. S’ils peuvent s’approprier leur propre travail et jouir d’une certaine flexibilité dans la collecte de leurs propres données, je pense que certains d’entre eux garderont la motivation.

À l’automne, j’ai un projet pour ma classe de géomatique pour lequel nous utiliserons Collector for ArcGIS à des points de collecte pour recueillir des données spatiales comme le niveau d’eau du lac Huron. Nous avons acheté trois récepteurs l’automne dernier, mais nous n’avons pas pu les utiliser cette année.

Susciter l’intérêt des élèves pour l’apprentissage de la géographie physique par des cartes récits

Christine Butler
Commission scolaire de district de la région de York

J’ai récemment « rencontré » Christine lorsqu’elle nous a envoyé par courriel une question d’assistance technique. J’ai eu le plaisir de découvrir ce qu’elle faisait pour agrémenter son enseignement de la géographie en 9e année à l’aide d’ArcGIS.

Dites-nous comment vous avez eu l’idée d’utiliser des cartes récits dans votre enseignement.

Quelques semaines après l’annonce de la quarantaine, j’ai vu un gazouillis de @GIS4Teachers qui a piqué ma curiosité. Brian Beard, un enseignant d’Ottawa, avait partagé une superbe carte récit sur l’érosion qu’il avait créée. Il y avait rassemblé du très bon contenu et avait même prévu une activité que ses élèves devaient réaliser en utilisant Survey 123. J’ai trouvé que c’était une très bonne façon de présenter le contenu et de se rapprocher des élèves. J’ai donc voulu créer mes propres cartes récits.

Christine Butler crée des ressources pour l’apprentissage de ses élèves à la maison.

Parlez-nous des cartes récits que vous avez créées.

Au moment où les cours sont devenus en ligne, nous venions de commencer l’unité sur les interactions dans l’environnement physique pour la géographie de 9e année. L’un des objectifs généraux de l’unité est de faire comprendre les interactions entre les processus naturels et les activités humaines. Les élèves de notre école avaient montré un intérêt pour la question des plastiques/microplastiques dans l’environnement. Nous avons décidé de nous servir de ce filon pour les cours en ligne. 

La première semaine, j’ai fait découvrir aux élèves le processus d’érosion par la carte récit de Brian Beard. J’ai ensuite créé les cartes récits suivantes pour que les élèves puissent les utiliser au cours des semaines suivantes.

Carte récit de l’eau et des bassins versants pour l’unité sur les interactions dans l’environnement physique du programme de géographie de 9e année de l’Ontario.

Le projet de cette unité visait à faire faire des recherches sur les microplastiques dans le lac Ontario et à relier ces derniers aux activités humaines dans notre propre bassin versant qui se jette dans le lac Ontario.

Quels concepts de pensée géographique/spatiale vos élèves ont-ils appris dans cette activité?

Pour la leçon sur les bassins versants, l’objectif était de faire comprendre aux élèves que les plus petits cours d’eau de leur milieu de vie sont reliés aux rivières qui se jettent dans le lac Ontario et éventuellement aux océans. En même temps, nous nous sommes également penchés sur les relations entre les processus naturels comme les bassins versants et l’érosion et les activités humaines comme les déchets plastiques mal gérés, qui sont responsables des microplastiques dans le lac Ontario.

Et pour la suite?

Nous sommes maintenant dans l’unité sur les communautés vivables, où nous réfléchissons sur l’occasion que crée la quarantaine causée par la COVID-19 pour les villes de mieux intégrer les principes du développement durable. Deux autres enseignants de mon département ont également créé des cartes récits comme mode d’enseignement en ligne à nos élèves.


Merci à Cory et à Christine de nous avoir présenté leur travail. Nous espérons qu’ils inciteront d’autres éducateurs à se lancer ou à poursuivre leur voyage avec ArcGIS. N’hésitez pas à utiliser dans vos classes les ressources créées par d’autres enseignants. Suivez-les sur Twitter pour être au courant de leurs projets.

En êtes-vous à vos premiers pas dans ArcGIS Online?

Les enseignants peuvent demander l’accès à un compte pour eux-mêmes et leurs élèves à l’adresse suivante : k12.esri.ca/#access. Les parents peuvent demander des comptes pour leurs enfants à l’aide du même lien. 

  • Apprentissage à domicile pendant et après la crise de COVID-19
    Découvrez comment accéder à ArcGIS Online afin que les élèves du primaire et du secondaire puissent continuer de poser des questions, d’effectuer des analyses et de tirer des leçons de leur apprentissage à la maison.
  • Tutoriel Découvrir ArcGIS Online
    Apprenez les bases d’ArcGIS Online grâce à ce court tutoriel.
  • Guide de démarrage pour les enseignants
    Suivez ce parcours de niveau débutant pour vous mettre en confiance avec les outils de cartographie en ligne.
  • Activité Six fois six (choisissez votre région)
    Six activités que vous pouvez réaliser en six minutes chacune (à l’intention des utilisateurs débutants d’ArcGIS Online).
  • Familiarisation avec le nouvel ArcGIS StoryMaps
    Essayez le nouveau concepteur d’ArcGIS StoryMaps.

Bonne expérience de cartographie!

Ce billet a été écrit en anglais par Angela Alexander et peut être consulté ici.

Article précédent
L’ambassadeur des SIG du mois de juin : Paul Hackl
L’ambassadeur des SIG du mois de juin : Paul Hackl

Voici Paul Hackl, l’ambassadeur honoraire des SIG du mois. Découvrez comment cet enseignant de Toronto a in...

Article suivant
Des fonds de carte fascinants pour votre prochaine carte web dans ArcGIS Online
Des fonds de carte fascinants pour votre prochaine carte web dans ArcGIS Online

Les fonds de carte vous permettent de contextualiser vos cartes. Dans ArcGIS Online, nous avons rassemblé p...

×

Restez à l’affut des dernières nouvelles dans le blogue d’Esri Canada.

Prénom
Nom
Langue préférée
Milieu scolaire et recherche
Bulletins techniques
Nouvelles et mises à jour
J’accepte de recevoir des courriels pertinents d’Esri Canada.
Merci.
Error - something went wrong!