Le titulaire d’une bourse d’études en SIG décroche un emploi de rêve à McGill

August 8, 2017

La plupart des utilisateurs SIG dans les cégeps et les universités sont soit des étudiants qui désirent développer des compétences qui leur serviront dans leur future carrière, soit des chercheurs qui utilisent les SIG pour en apprendre davantage sur leur champ de recherche. Ian Tattersfield, titulaire de l’une des bourses d’études en SIG d’Esri Canada cette année, fait toutefois partie d’une classe à part, celle des planificateurs et administrateurs. Découvrez comment Ian utilise les SIG pour aider le département d’aménagement de l’espace sur le campus de l’Université McGill.

Ian Tattersfield rêve de concevoir des cartes pour des jeux vidéo. Heureusement pour lui, il a décroché son deuxième emploi de rêve; il occupe maintenant le poste d’administrateur de données géospatiales et de créateur de cartes interactives au département d’aménagement de l’espace sur le campus de l’Université McGill. « J’ai la chance de travailler avec des étudiants, des professeurs et une communauté institutionnelle dans un cadre naturel bâti unique en son genre. L’université possède deux campus et trois centres de recherche officiels présentant chacun une topographie et une composition différentes. »

Sa longue liste de responsabilités inclut la rédaction d’un rapport annuel pour le gouvernement provincial du Québec dans lequel doit être précisée l’utilisation de chaque mètre carré d’espace dans les classes, les laboratoires, les bureaux, les salles de réunion, les bibliothèques, etc. Le gouvernement se sert de ce rapport pour établir le montant des subventions d’exploitation et d’investissement qu’il octroie à l’université. En plus de s’assurer de bien noter tous les changements d’attribution d’espace, Ian offre aussi son soutien à d’autres départements du campus pour les aider à décider comment utiliser l’espace disponible.

Les données LiDAR provenant du Portail données ouvertes de la ville de Montréal, combinées aux données CAO, fournissent des renseignements supplémentaires sur l’aménagement du territoire et la topographie du campus.

Ian fait face à un beau défi, car à ce jour, toutes les données sur les installations de McGill et tout le travail de planification ont été conservés en format CAO. Il a été chargé de créer une base de données où sera réunie l’information géospatiale de l’université et d’élaborer une norme concernant les données SIG sur laquelle l’institution devra se fonder pour gérer ses installations, notamment pour l’aménagement du paysage et les services d’entretien. Bien qu’Ian ait utilisé ArcMap jusqu’à maintenant pour la gestion de données pendant la création de la base, il compte se servir d’ArcGIS Server et d’ArcGIS Online pour rendre celle-ci accessible à toute la communauté universitaire. Actuellement, de nombreuses facultés et autres groupes sur le campus créent leur propre carte lorsqu’ils en ont besoin. Il va sans dire que l’uniformité et l’exactitude des renseignements seront grandement améliorées une fois les données et les normes centralisées.

Pendant ses études en géographie, Ian a travaillé comme stagiaire au département d’aménagement de l’espace sur le campus de McGill et a participé à la création de la carte interactive du campus. Une des exigences du client pour le produit final était qu’il ressemble à Google Maps, ce qui excluait l’usage d’ArcGIS Online ou de l’interface API d’ArcGIS pour JavaScript. Ian a toutefois utilisé ArcGIS pour convertir les fichiers CAO en fichiers KML et s’en sert aussi pour mettre la carte à jour. Occupant maintenant un rôle à temps plein, c’est à son tour d’encadrer les stagiaires. L’un d’eux s’affaire à localiser et à numériser les espaces verts et les zones pavées du campus du centre-ville pour les ajouter à la base de données géospatiales de l’université. Une fois regroupées, les données seront analysées pour déterminer l’endroit idéal pour installer des capteurs dans le cadre d’un projet mené par le Dr Raja Sengupta sur l’effet d’îlot thermique urbain.

Un autre stagiaire collabore avec le Bureau de soutien aux étudiants en situation de handicap pour évaluer l’accessibilité au campus. À l’aide de Survey123 for ArcGIS, l’équipe évalue les chemins et l’entrée des bâtiments en leur accordant une note qui servira ensuite à établir un parcours pondéré et un réseau de transport basé sur un nœud sur le campus du centre-ville. Cela permettra aux gens ayant des besoins en matière d’accessibilité de prévoir leur route sur le campus à l’aide d’une carte interactive ou d’instructions sous forme de texte compatible avec un lecteur d’écran.

Lorsqu’il a commencé l’université, Ian ne se doutait pas qu’il se dirigerait vers les SIG. La plupart des cours qu’il a suivis la première année étaient liés à l’économie. Toutefois, c’est au moment de revenir en classe après un arrêt pour des raisons de santé que les SIG, alliant technologie et sciences appliquées, ont suscité son intérêt. « Je fais du codage depuis l’école secondaire et je voulais choisir une majeure qui combinerait technologie et application pratique. Je suis toujours au fait des derniers gadgets technologiques, ordinateurs, drones, imprimantes 3D, technologies d’imagerie laser et jeux parce que tout cela m’anime beaucoup! »

Ce billet a été écrit en anglais par Krista Amolins et peut être consulté ici.

Article précédent
Conférence des utilisateurs d’Esri : l’expérience d’une lauréate du prix Jeunes étudiants d’Esri
Conférence des utilisateurs d’Esri : l’expérience d’une lauréate du prix Jeunes étudiants d’Esri

Emily Acheson se joint à d’autres étudiants à la Conférence des utilisateurs et à la Conférence des utilisa...

Article suivant
Cinq activités SIG à essayer avant septembre
Cinq activités SIG à essayer avant septembre

Stimulez la participation de vos élèves en classe et à l’extérieur avec Snap2Map, Web AppBuilder et plus en...

Demeurez à jour grâce au blogue d’Esri Canada.

Abonnez-vous