Une expédition canadienne utilise une solution fondée sur ArcGIS pour suivre les icebergs

August 11, 2015

Au printemps dernier, une équipe de scientifiques de l’Université Carleton s’est rendue au large de la côte de Terre-Neuve-et-Labrador afin d’étudier la dérive des icebergs. Découvrez comment la technologie SIG contribuera à leur fournir de précieux renseignements qui réduiront les risques attribuables à la glace et les effets des changements climatiques.

Au printemps dernier, une équipe de scientifiques de l’Université Carleton, accompagnée de l’équipage du brise-glace Amundsen de la Garde côtière canadienne, s’est rendue pendant deux semaines au large de la côte de Terre-Neuve-et-Labrador afin de mieux comprendre la dérive des icebergs.

Le projet permettra de recueillir de précieux renseignements sur la façon de réduire les risques attribuables à la glace et les effets des changements climatiques. On pourra également établir les exigences technologiques propres à la région polaire. Aux fins de son étude, l’équipe a eu recours à la technologie SIG d’Esri, aux services de GeoDecisions, un partenaire d’Esri, ainsi qu’aux appareils de suivi de Solara Remote Data Delivery.

La dérive d’un iceberg vue de l’Amundsen (image avec la permission de Greg McCullough, Université du Manitoba)

Des appareils de suivi Solara ont été fixés aux icebergs afin de collecter les données sur leur dérive. Ils ont transmis notamment leur position GPS au serveur GeoILS de localisation intelligente de GeoDecisions.

Des appareils de suivi comme celui de gauche ont été fixés dans deux icebergs au moyen d’un pieu. Chaque iceberg comptait deux appareils afin d’assurer la redondance, de mesurer sa rotation et de servir de points de référence au sol pour la photogrammétrie.

GeoILS utilise les puissantes fonctions de cartographie et de visualisation propre à la plateforme ArcGIS d’Esri. Munie de cette solution SIG, l’équipe n’a eu aucune difficulté à visualiser le mouvement des icebergs sur une carte. Elle a été en mesure de gérer, d’exploiter et d’analyser efficacement les données du projet au cours de l’expédition. La solution leur a également permis de créer des cartes personnalisées affichant des renseignements sur les icebergs pour certaines régions géographiques et selon des critères déterminés.

Les données collectées par les appareils de suivi ont été enregistrées, cartographiées et analysées au moyen de la solution GeoILS, fondée sur ArcGIS.

L’équipe peut maintenant compter sur cette technologie efficace d’outils SIG évolués pour examiner l’ensemble des données. L’analyse des données et la publication des résultats de l’étude prendront du temps parce qu’elles représentent beaucoup de travail. Les données collectées seront quant à elles publiées dans le Polar Data Catalogue.

Vous souhaitez en apprendre davantage à propos de l’utilisation d’ArcGIS dans l’étude de la dérive des icebergs? Consultez cet article dans ArcWatch.

Article précédent
Quatre raisons qui rendent les conférences des utilisateurs d’Esri Canada essentielles pour les #GeoCanucks
Quatre raisons qui rendent les conférences des utilisateurs d’Esri Canada essentielles pour les #GeoCanucks

Les conférences des utilisateurs d’Esri Canada pour cet automne approchent à grands pas.

Article suivant
La Conférence des utilisateurs d’Esri selon #GeoCanucks – reprise
La Conférence des utilisateurs d’Esri selon #GeoCanucks – reprise

Vous n’avez pas pu assister à la Conférence des utilisateurs d’Esri 2015 à San Diego?