Joana Zyberaj : Une étudiante partage sa découverte des SIG

March 6, 2019

Joana Zyberaj, étudiante à l’Université Ryerson, a une histoire de SIG à nous raconter. Découvrez ce qui l’a poussée à étudier les SIG après l’école secondaire et quels sont ses plans pour l’avenir.

Joana Zyberaj, une ancienne élève de l’East York Collegiate Institute (EYCI) à Toronto, en Ontario, s’est intéressée aux systèmes d’information géographique (SIG) à l’école secondaire pendant des cours de géographie « passionnants ». Elle termine actuellement sa dernière année dans le programme en environnement et durabilité urbaine et sa mineure en analyse géographique à l’Université Ryerson.

J’ai rencontré Joana il y a quelques mois, quand Ralph Hepperle, l’enseignant de géographie de l’école secondaire de Joana, m’a transféré le courriel très encourageant qu’elle lui avait envoyé pour le remercier de l’avoir initiée aux SIG. Les cours de Ralph étaient si intéressants qu’ils ont inspiré Joana à poursuivre ses études postsecondaires en SIG. Voici une partie du courriel que Joana a écrit à Ralph.

L’intérêt de Joana pour les SIG a commencé à l’école secondaire grâce à son enseignant de géographie, M. Ralph Hepperle.

« Bonjour M. Hepperle,

Je suis récemment tombée sur un billet de blogue à votre sujet d’Esri Canada et je n’ai pas pu m’empêcher de me souvenir du temps que j’ai passé dans vos cours. Je vous écris pour vous remercier de l’expérience et des connaissances que vous m’avez transmises dans vos cours de géographie, particulièrement en géomatique de douzième année. La participation continue et les projets pratiques comptent parmi les meilleurs souvenirs de mes années au secondaire, et j’en parle encore des années après avoir obtenu mon diplôme.

Votre cours de géomatique est la raison pour laquelle je fais maintenant une mineure en analyse géographique à l’Université Ryerson. Avec ma majeure en environnement et durabilité urbaine, les connaissances en SIG sont très précieuses, et je ne les aurais jamais acquises si vous ne nous aviez pas dit, en neuvième, de nous inscrire en géomatique de douzième année. Votre enseignement m’a fait voir des problèmes de la vie réelle qui passent sous la loupe des géographes urbains, comme la cartographie des améliorations nécessaires dans un secteur, un sujet que nous avons couvert lorsque nous avons examiné les zones à réparer sur les terrains scolaires. Enregistrer des données d’observation, noter les coordonnées GPS et créer des cartes analytiques sont des compétences que j’ai apprises dans votre classe, et qui ont servi de bon point de départ dans la transition de l’école secondaire à l’université.

Merci d’enseigner à vos élèves que la géographie est amusante, diversifiée, sans borne et qu’elle est importante dans notre vie quotidienne! Merci aussi d’avoir organisé des cours si incroyables et transmis ces connaissances de vie. »

Les enseignants peuvent influencer la vie des élèves de façon très positive, et c’est merveilleux de voir à quel point Joana a profité de l’un de ses cours du secondaire. Ralph continue d’inspirer ses élèves. Il était fier de nous faire savoir qu’en moyenne, trois diplômés de l’EYCI s’inscrivent chaque année aux programmes géospatiaux postsecondaires offerts au Canada. L’école continue de donner des cours de géographie après le cours obligatoire de neuvième année. L’établissement offre actuellement quatre cours de niveau supérieur, et ArcGIS Desktop sert régulièrement dans les cours sur les enjeux mondiaux et la géographie du monde pour explorer et analyser des sujets comme les modèles d’espérance de vie, l’emplacement des mégalopoles et la disponibilité de l’eau. 

  • Géographie mondiale, onzième année : Tendances urbaines et enjeux démographiques
  • Voyages et tourisme, onzième année
  • Géographie physique, onzième année
  • Enjeux mondiaux, douzième année

« Joana était une élève très enthousiaste dans mon cours de géomatique. Ses compétences en SIG, en création de cartes et en analyse de données étaient excellentes. » Ralph et Joana durant la cérémonie de remise des diplômes de l’EYCI en 2015.

Lors d’une récente conversation avec Joana, elle m’a fait part des raisons pour lesquelles elle considère les SIG comme un excellent outil éducatif, compte tenu de son expérience dans le cours de géomatique de Ralph :

Joana travaille actuellement avec un groupe d’étudiants sur son projet phare, qui consiste à analyser le secteur riverain de Toronto en relation avec la connectivité des espèces et la façon dont l’augmentation des espaces verts peut prévenir les inondations dans le centre-ville.

Après l’obtention de son diplôme, elle souhaiterait trouver du travail dans le cadre de projets de restauration dans la région du Grand Toronto et le domaine de la gestion des risques d’inondations. Elle explore également la possibilité de faire une maîtrise en analyse spatiale ou en aménagement du territoire.

Nous souhaitons bonne chance à Joana pour sa dernière année et nous espérons qu’elle deviendra bientôt ambassadrice des SIG.

Êtes-vous enseignant au primaire ou au secondaire et à la recherche de bonnes raisons pour démarrer vos projets? Eh bien, nous espérons que ce billet de blogue vous encouragera à intégrer sans tarder les SIG dans votre enseignement et l’apprentissage des élèves. Demandez ArcGIS à l’adresse k12.esri.ca/#accès.

Ce billet a été écrit en anglais par Angela Alexander et peut être consulté ici.

Article précédent
Pourquoi devriez-vous assister au Séminaire 2019 sur la sécurité nationale d’Esri Canada?
Pourquoi devriez-vous assister au Séminaire 2019 sur la sécurité nationale d’Esri Canada?

Au Séminaire sur la sécurité nationale d’Esri Canada, découvrez comment ArcGIS appuie les opérations de séc...

Article suivant
Rappels web, Microsoft Flow et API REST d’ArcGIS – automatiser votre SIG web
Rappels web, Microsoft Flow et API REST d’ArcGIS – automatiser votre SIG web

Avez-vous déjà voulu modifier un autre service hébergé lorsqu’un sondage était soumis automatiquement? Eh b...