Application du mois d’avril : Bulletins des OPN sur les bassins versants

April 3, 2018

Les bassins versants peuvent avoir des répercussions sur la santé humaine et peuvent contribuer à bâtir une économie durable et à préserver la santé écologique des communautés environnantes. Karissa Reischke, coordonnatrice des données SIG environnementales à Conservation Ontario, souhaitait créer une ressource qui présenterait, pour la première fois, un portrait global de l’état des bassins versants de l’Ontario. Elle a utilisé les données locales des offices de protection de la nature pour créer une nouvelle carte récit, « Une histoire provinciale tirée des bulletins de santé des bassins versants des offices de protection de la nature », qui est notre application du mois d’avril.

Dans les petites communautés, la collecte de données peut être difficile. Le manque de ressources et de personnel peut avoir une incidence sur la capacité d’une organisation à produire et à partager des rapports. Chaque office de protection de la nature connaît bien le défi que représente le partage d’information et de données complexes avec la population, car chacun d’entre eux publie son propre bulletin de santé.

C’est ainsi qu’en 2016, Karissa a pris l’initiative de créer une application qui réunit les données de tous les offices de conservation de la nature de la province sous une forme permettant de raconter une histoire. Elle a utilisé les données de Conservation Ontario de 2013 ainsi que les données ouvertes du portail Environment Connections dans ArcGIS Online pour lancer la première mouture de son application « Une histoire provinciale tirée des bulletins de santé des bassins versants des offices de protection de la nature » en septembre 2017.

Karissa explique que le choix d’ArcGIS Online a été une décision facile, car elle trouvait que les modèles et les galeries disponibles sur le site web permettaient de visualiser rapidement les données.

Pour ce faire, elle a collaboré avec les 36 offices de conservation de la nature en Ontario, avec le personnel de Conservation Ontario et avec les différents comités responsables des bulletins de santé des bassins versants.

Karissa explique que le choix d’ArcGIS Online a été une décision facile, car elle trouvait que les modèles et les galeries disponibles sur le site web permettaient de visualiser rapidement les données. Selon elle, le fond de carte gris et les motifs de couleur sont utiles pour relever ou mettre en valeur des zones importantes.

« L’aspect global et le fonctionnement d’ArcGIS Online m’ont paru très conviviaux, affirme Karissa. J’utilisais les modèles de cartes récits en cascade pour la première fois, mais je me suis sentie en confiance grâce au lot de ressources disponibles en ligne. »

Karissa a profité de la journée mondiale de la surveillance de l’eau (tenue à l’époque le 18 septembre 2017) pour promouvoir l’application en faisant un envoi massif de courriels aux différents intervenants et partenaires ainsi qu’au ministère de l’Environnement et de l’Action en matière de changement climatique. La carte récit est également présente sur le site web de Conservation Ontario et sur le site web de leurs bulletins, « Watershed Check-up ». Karissa souhaite que le public utilise l’application pour s’informer de la qualité de l’eau de surface et de l’eau souterraine et en apprendre davantage sur l’état des forêts.

« La carte récit est une plateforme centrale permettant d’accéder facilement et de manière interactive aux renseignements des bulletins de l’ensemble des 36 offices de conservation de la nature. Elle représente également un support visuel convivial permettant de comprendre l’état des bassins versants en Ontario, tant du point de vue de la qualité de l’eau que de l’évolution des forêts », ajoute Karissa.

Une telle disponibilité des données rassemblées d’une manière aussi simple permet de gagner du temps et facilite les communications entre les offices de protection. Les organisations qui étaient réticentes au départ à partager leurs données se prêtent maintenant au jeu dans la foulée de succès de la carte récit.

L’application a été une merveilleuse façon pour Conservation Ontario de partager de l’information et de mettre en valeur ses activités auprès d’autres organisations. À ce jour, l’aspect le plus apprécié est le volet interactif de l’application. Celle-ci a été visionnée 1 225 fois au cours de la dernière année, et Conservation Ontario souhaite voir ce nombre augmenter, surtout depuis le lancement récent d’un deuxième ensemble de bulletins des bureaux de conservation de la nature pour 2018. Les nouvelles données ont donné lieu à une mise à jour de la carte récit publiée à l’occasion de la journée mondiale de l’eau (le 22 mars).

Pour l’avenir, Karissa prévoit de nouveaux ajouts à l’application, y compris une section intégrée présentant les améliorations et les dégradations de la qualité de l’eau et de l’état des forêts en Ontario.

N’hésitez pas à nous faire part des réflexions et impressions que vous inspire l’application « Une histoire provinciale tirée des bulletins de santé des bassins versants des offices de protection de la nature ». Laissez un commentaire ci-dessous.

Si vous souhaitez apprendre comment créer une carte récit, visitez storymaps.arcgis.com.

Ce billet a été écrit en anglais par Marvin Latortue et peut être consulté ici.

Article précédent
Application du mois de mai : Carte de potentiel solaire de la Ville de Calgary
Application du mois de mai : Carte de potentiel solaire de la Ville de Calgary

Vous voulez en savoir plus sur le potentiel de l’énergie solaire pour votre maison ou votre entreprise? Si ...

Article suivant
La carte récit du COBAMIL contribue à la sensibilisation sur la protection des bassins versants
La carte récit du COBAMIL contribue à la sensibilisation sur la protection des bassins versants

Découvrez une organisation du Québec qui utilise les cartes récits d’Esri pour sensibiliser le public à la ...