ACEPU : Garantir la sécurité et la continuité des activités des services d’eau

April 24, 2020

L’approvisionnement en eau potable salubre et la gestion efficace des eaux usées sont des opérations essentielles à tout moment, mais surtout pendant une pandémie. Nous nous sommes entretenus avec Robert Haller, directeur général de l’Association canadienne des eaux potables et usées (ACEPU) à propos de la manière dont les organisations responsables de la gestion des eaux potables et usées peuvent protéger leur personnel et gérer leurs effectifs pour assurer la continuité des activités.

Comment les gouvernements fédéral et provinciaux peuvent-ils appuyer les organisations responsables de la gestion des eaux potables et usées?

Haller : Les organisations responsables de l’eau et leur personnel devraient être classés comme service essentiel, bénéficier d’un niveau de priorité similaire à celui des premiers répondants et profiter des ressources allouées en conséquence. En outre, les gouvernements devraient veiller à ce que les opérateurs de station de traitement des eaux aient accès à des équipements de protection individuelle (EPI) et puissent bénéficier de services comme la garde d’enfants afin de leur permettre de poursuivre leurs activités avec un minimum de stress.

Comment les organisations responsables de la gestion des eaux potables et usées peuvent-elles protéger leur personnel?

Haller : Même si les opérateurs de station sont au travail, des méthodes de distanciation sociale peuvent être déployées. Par exemple, nous pouvons regrouper les équipes en rotations séparées qui n’ont pas d’interaction physique entre elles et donner comme directive aux employés de rester à la maison quand ils ne travaillent pas. Bien entendu, le personnel qui peut travailler à domicile doit le faire et le fait. Nous pouvons également apporter une aide supplémentaire en mettant en place des services d’assistance (par exemple, la livraison d’épicerie) pour les employés qui pourraient avoir besoin de s’isoler. Dans un contexte extrême, des remorques pourraient être fournies aux membres du personnel pour qu’ils puissent vivre sur place afin de réduire davantage leur exposition.

Quels sont les moyens dont disposent les organisations responsables de la gestion des eaux potables et usées pour assurer la continuité des activités?

Haller : Comme l’indique le plan d’action de l’ACEPU en cas de pandémie, on peut citer comme mesures cruciales la détermination des compétences essentielles et la formation polyvalente.

Les compétences essentielles doivent être classées selon trois catégories de services : critiques, vitaux, nécessaires et souhaités. À une extrémité de ce spectre se trouvent les services critiques, c’est-à-dire ceux qui doivent être rétablis immédiatement pour éviter, entre autres conséquences, les pertes de vies humaines et la destruction des infrastructures. À l’autre extrémité du spectre se trouvent les services souhaités, qui sont ceux qui pourraient être retardés de quelques semaines ou plus, mais qui devront éventuellement être rétablis pour revenir à des conditions de fonctionnement normales. Les services vitaux et nécessaires se situent entre les deux. La classification des compétences et des services dans ces catégories aide les organisations à hiérarchiser leurs activités et leurs effectifs en conséquence.

La formation polyvalente est une autre mesure efficace que les services d’eau peuvent employer et emploient. La formation polyvalente du personnel sur les compétences essentielles vous permet de répartir ces compétences dans toute l’organisation. Résultat : vous atténuez les effets des réductions de la main-d’œuvre si elles se produisent. En bref, chaque membre de l’organisation peut aider à combler les lacunes si certaines personnes doivent rester à la maison.

Quels renseignements essentiels les services d’eau doivent-ils communiquer au public?

Haller : Le public doit savoir trois choses importantes :

  1. Que l’eau potable est saine, que les stations de traitement fonctionnent comme prévu et que l’approvisionnement en eau n’est pas menacé.

  2. Que les réseaux d’égouts ne peuvent pas traiter des produits comme les serviettes en papier, les produits d’hygiène ou les lingettes (même si les étiquettes indiquent qu’ils peuvent être jetés dans les toilettes). Veuillez ne pas jeter ces produits dans les toilettes. Ils obstruent les canalisations, ce qui est déjà désagréable en temps normal, mais devient carrément dangereux pendant la crise du COVID-19, tant pour le personnel dans les stations de traitement que pour le public.

  3. Qu’une fois que nous serons entrés dans la phase de rétablissement, les gens réintégreront des bâtiments qui ont été essentiellement inoccupés pendant des semaines ou des mois. Les personnes se trouvant dans de petits bâtiments devront faire couler l’eau des robinets pendant une période suffisante pour garantir que toute eau stagnante est chassée. Il pourrait également y avoir des problèmes avec les réservoirs d’eau chaude. Les personnes se trouvant dans de grands bâtiments devront s’occuper des réservoirs de rétention et s’assurer que l’eau y est toujours salubre.

Quelles sont certaines des mesures prises par les services de traitement des eaux usées pour assurer le suivi lié à la COVID-19?

Haller : Des travaux antérieurs ont permis de suivre l’utilisation de drogues comme la cocaïne ou la marijuana en vue d’appuyer le travail des organismes de santé publique. Cette même méthodologie est envisagée pour suivre la COVID-19 dans les communautés, et cette information pourra ensuite servir à articuler une stratégie de réponse. Les outils SIG peuvent aider à cartographier les débits d’eaux usées et à suivre la présence de COVID-19 dans ces eaux, en cernant peut-être des communautés ou même des quartiers plus vulnérables.

Où les lecteurs peuvent-ils trouver des conseils supplémentaires sur la pandémie de COVID-19 auprès de l’ACEPU?

Haller : Nous invitons les lecteurs à visiter notre site web et à lire notre plan d’action en cas de pandémie.

Ce billet a été écrit en anglais par Josh Triantafilou et peut être consulté ici


Explorez les ressources sur la COVID-19 à la page https://ressouces-fr-covid19canada.hub.arcgis.com/?locale=fr d’Esri Canada. Pour aider à consolider la continuité des activités, Esri fournit gratuitement des solutions de continuité des activités pendant la crise du coronavirus. Contactez votre responsable de compte Esri Canada si vous avez un compte ArcGIS. Pour les nouveaux utilisateurs, veuillez demander de l’aide par l’intermédiaire du programme d’intervention en cas de sinistre d’Esri.

Article précédent
Continuité des activités – Services publics, eau et télécommunications
Continuité des activités – Services publics, eau et télécommunications

La solution de continuité des activités pendant la crise du coronavirus aide les organisations à se prépare...

Article suivant
Continuité des activités pour les services publics
Continuité des activités pour les services publics

Nous nous sommes entretenus avec Brigitte Roth, consultante principale à Acclaims Environmental, sur les pr...