À la recherche des soldats canadiens tombés au champ d’honneur de la crête de Vimy

Sur le Mémorial national du Canada à Vimy sont gravés les noms de milliers de Canadiens qui ont servi en France durant la Première Guerre mondiale, notamment les soldats sans sépulture connue, et sont morts au champ de bataille de la crête de Vimy. Et s’il était possible de récupérer les dépouilles? Accompagné de bénévoles, l’historien Norm Christie a conduit une mission à cette fin.

Le 9 avril 2017 marquait le centenaire de la bataille de la crête de Vimy. Pour les Canadiennes et les Canadiens, ce moment de l’histoire est certainement synonyme de fierté et de victoire nationales, alors que pour l’historien Norm Christie, il s’agit d’une occasion de se pencher sur les militaires ayant perdu la vie pour leur pays. Il croit être en mesure de localiser les sépultures de 44 soldats du régiment écossais de l’Armée canadienne dont les dépouilles sont restées enfouies.

« Nous devons les traiter comme il se doit, c’est-à-dire en héros. C’est notre devoir de retrouver leur corps », affirme Christie.

Selon les prévisions de l’historien, les soldats sont enterrés à l’ouest de la crête de Vimy, sous le futur site d’un parc industriel où s’étend actuellement le champ de pommes de terre d’un agriculteur. Des documents publiés après la guerre indiquent que la fosse commune, appelée « CA40 », est située près d’un vieux trou de mine allemand où gisent des bombes potentiellement actives, des obus explosifs et des armes chimiques. Voilà qui promet une expédition des plus périlleuses. Une fois l’emplacement approximatif du cimetière déterminé, Christie a demandé l’appui de bénévoles afin de localiser les restes à exhumer. 

Des bénévoles canadiens et français ont collaboré au projet, notamment en effectuant un travail géophysique et archéologique, ainsi qu’en offrant des services de SIG. En outre, certaines organisations ont fait don de matériel, d’équipement d’expédition et de ressources commerciales.

Afin de circonscrire le périmètre de fouille, il a fallu consulter, consolider et superposer des cartes historiques, des plans de bataille, des cartes de densité et des photographies aériennes. En peu de temps, une carte web interactive a été mise au point au moyen des technologies d’Esri (ArcGIS Server et l’API pour JavaScript) dans le but de rendre toute l’information accessible pour l’équipe responsable du projet, et ainsi faciliter la collaboration. Devant un intérêt grandissant s’est fait sentir le besoin de renseignements supplémentaires. C’est à ce moment qu’a vu le jour l’idée de présenter le projet sous forme de carte récit.

À la recherche des soldats disparus de Vimy vous raconte les découvertes de Norm Christie dans sa recherche pour récupérer les restes de 44 soldats canadiens portés disparus lors de la bataille de la crête de Vimy.

L’un des bénévoles, Robert Murdoch, nous fait part de son opinion sur la création de la carte et les avantages du processus, ainsi que sur les projets à venir.

Comment en êtes-vous venu à participer au projet?

On m’a confié le mandat de recueillir les données d’imagerie du territoire en date d’avril 1917. À l’aide d’ArcGIS Online, j’ai rapidement trouvé de nombreux ensembles de données en libre accès, dont une mosaïque d’images qui remonte à cette période. Des outils de superposition, comme la transparence et les couches déplaçables, ont permis de configurer un visualiseur de carte interactive. Ensuite, notre équipe a superposé des photographies aériennes historiques et des cartes militaires préalablement compilées pour être en mesure de pousser les recherches et de délimiter les cimetières potentiels.

Pourquoi avoir créé une carte récit?

Norm et l’équipe ont recueilli une quantité considérable de données dans différents formats. Nous avons constaté qu’une carte web interactive ne suffirait pas à faire comprendre notre projet. Nous avons plutôt lancé une carte récit d’Esri pour reconstituer la trame des évènements.

Le concept de la carte récit avait pour objectif de rendre le projet accessible à tout le monde. En offrant un niveau de détail qui permet au public de naviguer sur le fil du récit de façon autonome, la carte amène à comprendre nos recherches.

En quoi la carte récit diffère-t-elle du visualiseur de carte web?

L’intention derrière la carte récit et le visualiseur de carte web interactive n’est pas la même. L’outil de carte web vise à appuyer les recherches pour localiser le site potentiel de la fosse commune, tandis que la carte récit mise sur la documentation, les images et la cartographie interactive pour étayer la trame historique de la bataille de la crête de Vimy.

Avez-vous éprouvé des difficultés pendant le développement de la carte récit? Si oui, comment les avez-vous surmontées?

Nous voulions intégrer beaucoup de photos à l’application. Pour ce faire, nous avons utilisé un logiciel d’animation au format GIF pour créer un ensemble d’images en boucle. Nous nous sommes aussi servis de la librairie turn.js pour mettre au point une page web distincte comprenant un magazine en ligne qui permet d’apporter un support visuel aux nombreuses pages du journal de bord.

Sans compter que nous devions valider les faits pour être en mesure de publier la carte récit en accès libre. Avant de divulguer certains résultats cartographiques et géotechniques, il fallait donc pousser nos recherches. À ce stade, la carte récit est en constante évolution; on y trouve des renseignements sur la bataille et quelques-unes de nos récentes recherches.

Quels sont vos projets à l’égard de la carte récit?

Dès que nous obtenons l’approbation, nous approfondirons les recherches sur le terrain. Nous mettrons la carte récit à jour en y ajoutant les données recueillies que nous pouvons publier en accès libre.

***

Norm Christie et son équipe de bénévoles, qui compte des spécialistes en géophysique, en archéologie, en gestion de données, en neutralisation des bombes et en médecine légale, ainsi que des membres de la famille des soldats disparus, ont tenté de localiser et de récupérer les dépouilles du site CA40. Leur documentaire, « Searching for Vimy’s Lost Soldiers », tourné par Breakthrough Entertainment, a été diffusé sur History Channel le 9 avril 2017. 

Apprenez-en davantage sur les cartes récits d’Esri. Explorez la carte récit À la recherche des soldats disparus de Vimy et laissez un commentaire ci-dessous.

Ce billet a été écrit en anglais par Anneliese Sanghara et peut être consulté ici.

Article précédent
Mississauga connecte et engage sa communauté au moyen des données ouvertes
Mississauga connecte et engage sa communauté au moyen des données ouvertes

Découvrez comment Mississauga encourage ses citoyens à s’impliquer dans la conception d’applications innova...

Article suivant
Ce qu’un code de deux lignes peut faire à votre carte web
Ce qu’un code de deux lignes peut faire à votre carte web

Découvrez comment analyser l’interaction des utilisateurs avec votre carte web grâce à Maptiks, la solution...