Moderniser les services aux citoyens : à la portée des petites et des grandes organisations municipales

July 5, 2016 Éric Lacoursière

Les municipalités doivent effectuer des choix afin de déterminer de quelle façon elles améliorent la qualité de leurs services aux citoyens. Nous observons depuis quelques années que les nouvelles versions des sites Internet comportent de plus en plus de fonctionnalités interactives, dont la cartographie dynamique. Ce billet expose notamment le cas de la Ville de Repentigny qui a récemment reçu un prix OCTAS pour son application « Mes services municipaux », créée à l’aide de gabarits compatibles avec ArcGIS Online.

Nous avons tous, en tant que citoyens plus ou moins impliqués, une opinion concernant la gestion de notre municipalité. Il y a généralement consensus quant au rôle des organisations, qui consiste à favoriser un milieu de vie agréable et sécuritaire. Il suffit toutefois de discuter entre voisins pour constater que les priorités, sur le plan des investissements, varient passablement. Certaines personnes croient au verdissement des espaces publics, afin d’améliorer la qualité de l’air et de fournir un environnement agréable où leurs enfants pourront jouer avec le voisinage. D’autres préconisent l’ajout de trottoirs ou la réparation de la chaussée en vue d’améliorer la sécurité des résidents tout en favorisant un mode de vie actif. Enfin, certains préfèrent faciliter l’accès aux différents services municipaux, de façon à simplifier la vie des résidents en diminuant les déplacements vers l’hôtel de ville. Ces éléments ont en commun d’être sous la responsabilité de votre municipalité, et celle-ci doit effectuer des choix afin de mobiliser ses ressources pour les réaliser.

La géomatique peut jouer un rôle de près ou de loin dans l’ensemble des points mentionnés ci-dessus. Je vous propose, dans le cadre du présent billet, de nous concentrer sur le volet de la diffusion d’information vers les citoyens à l’aide du web.

Vous vous demandez peut-être ce qu’il en est de la situation au Québec? Nous observons depuis quelques années que les instances municipales modernisent leur site Internet. Les nouvelles versions sont bien entendu esthétiquement plus intéressantes, mais il y a encore plus. La tendance actuelle est d’impliquer les différents intervenants afin de produire du contenu de meilleure qualité, voire d’offrir certains services municipaux en mode virtuel. Souvent, la géomatique joue un rôle d’intégrateur en regroupant une quantité importante d’informations et en assurant la navigation à l’aide de la cartographie numérique. Voici un exemple concret : la Ville de Repentigny s’est vu décerner en juin dernier un prix Octas pour son application Mes services municipaux par le Réseau ACTION TI. En un clic, les citoyens accèdent à une foule d’informations à propos des services qui leur sont offerts, comme les dates de collecte des matières résiduelles et les heures d’ouverture des bibliothèques. Cet outil de consultation est utilisé tant par les citoyens que par les employés de la Ville.

La Ville de Repentigny s’est vue décernée en juin dernier un prix Octas pour son application ‘Mes services municipaux’ par le Réseau ACTION TI.

Source : Réseau ACTION TI

Le processus de centralisation de l’information et la facilité d’accès à l’aide de la carte ne sont pas de nouveaux concepts pour les spécialistes en géomatique. Ils le sont cependant pour une grande partie des professionnels avec qui nous interagissons. Les efforts nécessaires au déploiement des applications sont bien moindres que ceux qu’il fallait déployer par le passé, et la tendance lourde est à la configuration plutôt qu’au développement. Vous n’avez donc plus à créer de comité afin de déterminer vos besoins pour ensuite produire l’application. De nombreux gabarits, créés et entretenus par Esri, sont maintenant inclus avec votre abonnement à ArcGIS Online. Les données peuvent très bien être hébergées dans le nuage afin d’alimenter une application citoyenne comme celle de Repentigny.

Tout cela fait en sorte qu’une organisation de taille modeste peut maintenant facilement déployer des applications web à un rythme que les grandes organisations ne peuvent imaginer. La proximité des intervenants fait en sorte de simplifier le processus de décision. Quant au géomaticien, sa maîtrise de l’outil de diffusion et de communication constitue un facteur de succès de première importance. Vous devez ainsi connaître les gabarits qui s’offrent à vous de même que l’effort nécessaire pour les configurer, afin d’évaluer le temps nécessaire à la réalisation du projet. Comme dans bien des cas, la pratique est un moyen de formation hors pair, mais elle nécessite tout de même un investissement en temps. Si vous êtes limités de ce côté, nous vous offrons un service d’accompagnement sous la forme d’une banque d’heures, ce qui bien souvent accélère grandement le processus tout en vous rendant autonome dans la création subséquente de cartes. Une visite sur le portail de cartes québécoises vous permettra d’interagir avec les applications cartographiques qui ont été mises en ligne par d’autres utilisateurs et assurément de visualiser les possibilités qui s’offrent à vous.

Qui sera la prochaine organisation à se démarquer par son utilisation de la géomatique?

Article précédent
Résumé des événements et de la formation – juillet 2016
Résumé des événements et de la formation – juillet 2016

Conférences des utilisateurs à l’automne, webinaire sur ce qu’on peut faire avec Survey123 for ArcGIS, cour...

Article suivant
Application du mois de juillet : Old Ottawa: A Capital Uncovered (vieil Ottawa : une capitale à découvrir)
Application du mois de juillet : Old Ottawa: A Capital Uncovered (vieil Ottawa : une capitale à découvrir)

Découvrez cette carte récit et apprenez ce qui motive M. Gallant à créer une collection grandissante d’appl...