Information sur les terres de l’Ontario : initiative d’accès aux données ouvertes

October 25, 2019

Information sur les terres de l’Ontario (ITO) fait partie du ministère des Richesses naturelles et des Forêts (MRNF) de l’Ontario. L’organisation aide les organismes et les particuliers à trouver, à consulter et à partager des données géographiques. L’information géographique diffusée par ITO sur son portail CarrefourGéo comprend de l’information sur les routes et les réseaux de transport de l’Ontario, les terres humides, les limites et plus encore. Le portail est accessible à l’adresse https://geohub-fr.lio.gov.on.ca/?locale=fr.  Le MRNF utilise la technologie d’Esri depuis les années 1980 et a lancé le nouveau site CarrefourGéo au printemps 2019. Dans ce billet de blogue, je discute avec Mike Dunkley, gestionnaire du projet CarrefourGéo au MRNF, au sujet de l’initiative de simplification et de modernisation de l’accès aux données géospatiales de l’Ontario faisant autorité à l’aide d’ArcGIS Hub.

Ontario Forest

CN : Ce n’est pas la première fois qu’Information sur les terres de l’Ontario (ITO) déploie un portail de données ouvertes. Pouvez-vous donner l’historique d’ITO avec les données ouvertes et nous indiquer pourquoi vous avez décidé de migrer vers cette nouvelle plateforme? 

MD : Information sur les terres de l’Ontario (ITO) met des données géospatiales à la disposition des Ontariens en vertu d’une licence de données ouvertes depuis plus de deux décennies. Un examen d’ArcGIS Hub réalisé en 2018 nous a permis d’entrevoir les améliorations possibles à notre solution actuelle de découverte et de téléchargement, en permettant aux utilisateurs d’accéder plus efficacement aux données. La possibilité d’intégrer notre infrastructure existante comme source de données a grandement influencé notre décision de migrer vers ArcGIS Hub. 

CN : Pouvez-vous me parler un peu de l’équipe qui a mis sur pied le portail CarrefourGéo Ontario? Quel a été votre rôle dans la mise en œuvre? 

MD : L’équipe réunit des agents de soutien, des spécialistes techniques et un administrateur des données cartographiques et géomatiques. En tant que gestionnaire de projet, j’ai coordonné les efforts de l’équipe et mis à contribution nos intervenants. La configuration du produit ArcGIS Hub a été la partie la plus simple. Nos plus grands défis consistaient à nous conformer à la législation et à traiter les licences de données, les politiques et les processus opérationnels préexistants. 

CN : Quel type de données peut-on s’attendre à trouver sur la plateforme, et qui les utilisera? 

MD : Notre objectif est de faciliter la recherche et l’utilisation de données géospatiales faisant autorité. Nous comptons actuellement plus de 500 éléments fournis par 17 ministères de l’Ontario. Nous avons des données matricielles et vectorielles, des services de données, des trousses d’imageries, et plus encore. Plus de 200 de ces catégories de données ont des API, ce qui permet aux spécialistes des SIG d’accéder directement aux données les plus récentes possible. Le nombre total d’éléments disponibles augmente chaque jour. Dans le cadre de l’engagement de l’Ontario en matière de données ouvertes, CarrefourGéo Ontario fournira des services à tous les Ontariens. 

CN : Outre les données, quels autres types de contenu les utilisateurs peuvent-ils s’attendre à trouver sur CarrefourGéo Ontario? 

MD : En plus des données, CarrefourGéo Ontario permet aux utilisateurs de découvrir et d’utiliser des métadonnées, de la documentation, des applications de cartographie web, des accords de licence de données et plus encore. Dans le cas des catégories de données sensibles ou à diffusion restreinte, CarrefourGéo Ontario fournit des renseignements sur les processus d’approbation permettant d’y avoir accès. 

Accessibilité 

CN : La Loi sur les services en français exige que le gouvernement de l’Ontario fournisse du contenu en français et en anglais. Comment créer (ou concevoir) un portail de données ouvertes répondant à cette exigence? 

MD : Pour nous conformer à la Loi sur les services en français, nous avons exigé une expérience utilisateur entièrement bilingue. Pour ce faire, nous avons créé deux sites ArcGIS Hub distincts. Les deux sites font référence aux mêmes données sources, mais les propriétaires des données doivent conserver séparément les métadonnées des éléments en français et en anglais. Les éléments en anglais sont partagés sur Ontario GeoHub, tandis que les éléments en français sont partagés sur CarrefourGéo Ontario

CN : La Loi sur l’accessibilité pour les personnes handicapées de l’Ontario (LAPHO) vise à relever, à éliminer et à prévenir les obstacles pour les personnes handicapées. Les WCAG 2.0 sont des normes en matière d’accessibilité web élaborées par le Consortium World Wide Web (W3C) et reconnues à l’échelle internationale. Pouvez-vous expliquer les mesures que vous avez prises pour faire en sorte que CarrefourGéo Ontario soit accessible et sans obstacle? 

MD : Information sur les terres de l’Ontario s’engage à offrir un service à la clientèle accessible. Au sein de la fonction publique de l’Ontario, nous avons invité le centre d’excellence en SIG du Groupement pour les terres et les ressources ainsi que le Centre d’excellence en accessibilité à l’information et à la technologie de l’information afin qu’ils mettent à l’essai la version bêta de notre site CarrefourGéo Ontario. Ensuite, nous avons fourni le site à Esri Canada à des fins d’examen. Les commentaires des trois parties ont été mis en commun et utilisés pour améliorer la version bêta du site. Enfin, nous avons fait appel à l’Institut national canadien pour les aveugles (INCA). Travailler avec l’INCA a été très bénéfique pour tous ceux qui ont participé à ce projet. Notre équipe a appris comment une personne non voyante naviguerait sur le site pour découvrir et télécharger des données spatiales. L’apport de l’INCA a joué un rôle essentiel non seulement dans la modification du site pour le rendre conforme à la loi, mais aussi dans la création d’une expérience améliorée pour les utilisateurs handicapés. Cet exercice influera sur la façon dont ITO offrira des services accessibles à l’avenir. 

Transmission de données ouvertes 

CN : Mike, comment comptez-vous promouvoir ce nouveau portail auprès de vos utilisateurs, nouveaux et anciens? Quels types de processus de gestion des changements avez-vous envisagés pour vos utilisateurs actuels? 

MD : En mai dernier, ITO a annoncé le lancement de CarrefourGéo Ontario aux 3 000 utilisateurs de SIG de la fonction publique de l’Ontario et aux 700 organisations partenaires d’ITO en vertu de l’entente Échange de données géospatiales en Ontario. En plus des bulletins électroniques, ITO a présenté CarrefourGéo Ontario aux groupes d’utilisateurs du ministère, aux offices de protection de la nature, au Conseil des bibliothèques universitaires de l’Ontario et à d’autres organismes. La rétroaction a été positive. L’un des principaux attraits du portail est son interface facile à utiliser et, par conséquent, ses exigences minimes en matière de formation ou de soutien. 

CN : Pouvez-vous expliquer la licence de données personnalisée sous laquelle vous publiez vos données? 

MD : Les données disponibles dans CarrefourGéo Ontario sont publiées sous la Licence du gouvernement ouvert – Ontario. En vertu de cette licence de données ouvertes, les utilisateurs peuvent copier, modifier, publier, traduire, adapter, distribuer ou autrement utiliser l’information sur tout support, mode ou format à des fins autorisées par la loi. 

CN : Comment votre nouveau portail de données ouvertes a-t-il facilité la publication des données et l’utilisation des données par votre public? 

MD : Nos processus internes de gestion des métadonnées et de publication des données dans CarrefourGéo Ontario sont simples. La valeur fondamentale de la solution ArcGIS Hub réside dans la facilité avec laquelle un utilisateur peut découvrir et utiliser les données de l’Ontario. Tous les éléments mis à la disposition de CarrefourGéo Ontario ont été publiés dans la communauté des données ouvertes d’Esri. Les utilisateurs peuvent faire des recherches directement à partir d’ArcGIS Desktop ou d’ArcGIS Online pour trouver et utiliser les données géospatiales de l’Ontario qui font autorité. Les administrateurs d’autres sites ArcGIS Hub peuvent rendre les données de l’Ontario accessibles par l’intermédiaire de leur propre portail. Les portes de la collaboration se sont largement ouvertes. Nous sommes ravis de voir comment nos utilisateurs tirent profit de ce service d’ITO. 

Partenariats 

CN : Qu’est-ce que l’Échange de données géospatiales en Ontario? Comment une organisation peut-elle y prendre part? 

MD : Les organisations publiques peuvent facilement partager des données avec d’autres organisations en devenant membre de l’Échange de données géospatiales en Ontario. L’Échange de données géospatiales permet aux organisations de partager des données géospatiales sur l’Ontario dans le cadre d’une entente unique administrée par Information sur les terres de l’Ontario. Il n’y a pas de frais d’adhésion. Pour en savoir plus, communiquez avec Information sur les terres de l’Ontario à l’adresse lio@ontario.ca

CN : Pouvez-vous nous parler de quelques-uns de vos principaux partenaires et des types de programmes sur lesquels vous avez travaillé? 

MD : Information sur les terres de l’Ontario est composé de 17 ministères ontariens. Ces ministères partenaires sont responsables de la création d’une vaste gamme de produits de données spatiales. Ces données sont utilisées pour soutenir la lutte contre les feux de forêt, la planification urbaine, le tourisme, la durabilité des ressources, l’analyse des plaines inondables, la gestion des écosystèmes, l’agriculture, la géologie et plus encore. Nous contribuons même à faire en sorte que les espèces en péril de l’Ontario soient moins en péril, ni plus ni moins. 

CN : Quels sont les publics que vous espérez atteindre grâce à l’accès à vos données qui font autorité? 

MD : Information sur les terres de l’Ontario aide les organismes publics et privés et les particuliers à trouver, à consulter et à partager des données géospatiales. Ainsi, notre objectif est de faciliter l’accès aux données géospatiales faisant autorité pour tous les Ontariens, qu’il s’agisse d’un enfant d’âge préscolaire qui explore des cartes pour la première fois, d’un travailleur des services d’urgence, d’un planificateur, d’un environnementaliste, d’un enseignant ou d’un citoyen ordinaire. 

CN : Quelle est la prochaine étape pour CarrefourGéo Ontario? 

MD : Plus de données. ITO encourage les propriétaires de données à passer en revue 150 catégories de données supplémentaires, afin de les rendre accessibles sous forme de données ouvertes dans CarrefourGéo Ontario. À l’avenir, Information sur les terres de l’Ontario collaborera avec le Secrétariat du Conseil du Trésor de l’Ontario pour établir un processus de synchronisation entre CarrefourGéo Ontario et le Catalogue de données de l’Ontario, afin de permettre aux utilisateurs de rechercher et de découvrir des données ouvertes, à diffusion restreinte, sensibles, spatiales et non spatiales. 

Ce billet a été écrit en anglais par Chris North et peut être consulté ici.

Aucun article précédent

Vidéo suivante
Optimisation de vos données ouvertes avec ArcGIS Hub
Optimisation de vos données ouvertes avec ArcGIS Hub

La capacité de publier les données est un sujet d’actualité au sein de la communauté SIG. Le fait de pouvoi...