Application du mois : Service de police de Toronto : application sur la criminalité

January 2, 2019

Bonne et heureuse année à tous! J’espère que vous vous êtes bien reposés pendant les vacances et que vous nous revenez pleinement énergisés pour découvrir la toute première application du mois de 2019! En janvier, ouvrons le bal avec une application consacrée aux données massives. Qu’est-ce que cela implique de disposer d’une quantité massive de données? Quelle application peut exploiter et traiter un tel volume de données?

Dans le cadre de son projet de modernisation Action Plan « The Way Forward », le Service de police de Toronto a conçu un portail de données qui vise à donner une meilleure idée de ce que les agents accomplissent, à accroître la transparence du service et à renforcer la confiance du public envers la police au moyen de données ouvertes sur la sécurité publique à Toronto.

Le Service de police de Toronto a élaboré une application sur la criminalité (version de fin d’année) afin de publier des données ouvertes du milieu policier et d’offrir au public une plateforme centralisée permettant d’accéder facilement à des données utiles et récentes sur la criminalité. Voici notre application du mois de janvier!

L’application regroupe de vastes groupes de données sur la criminalité, notamment sur les homicides, les fusillades et les indicateurs de crimes majeurs (MCI; major crime indicators). L’application propose aux utilisateurs plusieurs fonctionnalités pour interagir avec les données, comme des gadgets pour activer et désactiver les couches, filtrer les données par période ou par quartier et même interroger les données en fonction de certains critères d’analyse des emplacements des utilisateurs.

L’application sur la criminalité a été configurée au moyen de Web AppBuilder for ArcGIS. Web AppBuilder est facile à configurer et comprend une sélection de thèmes variés. Il intègre de puissants gadgets que vous pouvez régler et ajouter à votre application. À mon avis, les gadgets améliorent grandement la fonctionnalité d’une application, comme le démontre l’application sur la criminalité du Service de police de Toronto.

L’équipe consacrée à l’analyse des données et à la veille stratégique a su tirer parti d’un gadget de requête pour exploiter le vaste ensemble de données dans l’application. Les utilisateurs peuvent filtrer les données sur la criminalité par plage de dates, par type de crime et par quartier. Ils peuvent ensuite imprimer ces résultats à l’aide du gadget de carte.

Voyez ci-dessus la fenêtre de recherche permettant aux utilisateurs de cibler un ensemble précis de données sur la criminalité en fonction des critères choisis.

J’ai découvert un gadget particulièrement intéressant qui permet de voir les homicides au fil du temps. Cette fonction d’animation aide à visualiser les principales zones où se sont produits les homicides de 2004 à 2017. En utilisant le gadget de couche, les utilisateurs peuvent activer cette couche ainsi que le gadget temporel pour lancer la visualisation. Les réglages temporels sur la couche de service doivent être activés pour voir les données évoluer sur la carte au fil du temps.

Voyez ci-dessus la transformation des cartes de densité des homicides relevés entre 2004 et 2017.

Le Service de police de Toronto a utilisé les solutions ArcGIS Online et Web AppBuilder d’Esri pour concevoir cette application et fournir des données sur la criminalité au grand public. Debbie Verduga, analyste de la criminalité au sein de l’équipe consacrée à l’analyse des données et à la veille stratégique, explique que leur flux de travail commence par la préparation et l’extraction des données sur la criminalité des bases de données policières. Les crimes sont localisés selon l’intersection la plus près, afin de fournir aux utilisateurs l’emplacement approximatif des incidents tout en protégeant l’identité et la vie privée des personnes concernées.

L’ensemble de données est ensuite publié dans ArcGIS Online en tant que données ouvertes, lesquelles peuvent être téléchargées en divers formats de fichiers. Elles sont également accessibles dans l’application sur la criminalité, où les utilisateurs peuvent interagir avec elles. Les données sont mises à jour annuellement. Cependant, le Service de police de Toronto a également élaboré une image miroir de l’application sur la criminalité dans le but d’offrir aux utilisateurs des renseignements à jour tout au long de l’année. Vous pouvez consulter l’autre application sur la criminalité (version depuis le début de l’année) pour obtenir les dernières statistiques, mises à jour quotidiennement.

L’application sur la criminalité du Service de police de Toronto est consultée par un large bassin d’utilisateurs, comme les médias, des chercheurs, des professeurs d’université et des étudiants, ainsi que par de nombreux résidents préoccupés par la sécurité dans leur quartier. Debbie explique que : « Bien que les données soient utilisées à différentes fins, l’application constitue une ressource centralisée de renseignements récents sur la criminalité et grâce à sa formule libre-service, notre personnel passe moins de temps à répondre aux nombreuses demandes de données sur la criminalité. »

Désormais, le Service de police de Toronto peut communiquer toute l’information au moyen de cette application, ce qui en fait la source la plus à jour et la plus fiable pour obtenir des statistiques sur la criminalité à Toronto. Pas étonnant que Debbie et son équipe aient reçu des commentaires positifs des utilisateurs. Et les utilisateurs sont la clé.

Au cours de ce processus, Debbie et son équipe ont vite constaté qu’une conception réfléchie était essentielle à la création de l’application web. Pour être efficace, l’application devait inclure différentes fonctionnalités qui seraient utiles aux utilisateurs. Debbie et son équipe ont été à l’écoute des besoins des utilisateurs, faisant de ce projet une réussite.

Ils prévoient inclure encore plus de données sur la criminalité et de fonctionnalités dans l’application. Grâce à l’amélioration continue et aux mises à jour de Web AppBuilder, le Service de police de Toronto espère pouvoir fournir davantage de renseignements précieux et opportuns au grand public et contribuer à améliorer la sécurité publique à Toronto.

Ce billet a été écrit en anglais par Mingsze Ho et peut être consulté ici.

Aucun article précédent

Article suivant
Quand il s’agit de sécurité publique, Oshawa ne laisse rien au hasard
Quand il s’agit de sécurité publique, Oshawa ne laisse rien au hasard

La Ville d’Oshawa utilise les SIG pour gérer les urgences. Grâce à son application cartographique de centre...