Skip to main content

Ajouté, mis à jour ou supprimé? Suivez les modifications apportées à vos données dans ArcGIS Online

ArcGIS Online offre une fonctionnalité de suivi des modifications apportées aux données, qui permet aux utilisateurs de surveiller et de gérer les modifications apportées à leurs attributs spatiaux et non spatiaux hébergés sur la plateforme. Cette fonction est particulièrement utile dans les scénarios où plusieurs utilisateurs ou équipes travaillent en collaboration sur un ensemble de données. Dans ce billet de blogue, je vous montrerai comment vous pouvez accéder aux opérations récentes (sur une période remontant jusqu’à 180 jours) effectuées dans votre service d’entités hébergées.

Vous est-il déjà arrivé, à vous ou à un collègue, de supprimer accidentellement une entité ou de modifier un attribut par erreur? Si vous êtes spécialiste de l’assurance et du contrôle de la qualité, vous avez peut-être déjà constaté des incohérences dans votre modèle de données, et vous vous êtes demandé pourquoi une certaine entité avait disparu ou pourquoi des valeurs d’attributs interdépendantes n’étaient pas mises en correspondance. Les géodatabases d’entreprise gérées par les utilisateurs sont habituellement dotées d’une fonction de versionnement, ce qui signifie que de nombreuses personnes peuvent modifier les données simultanément sans créer de conflits entre les versions, étant donné que toutes les opérations doivent être acceptées par un administrateur de base de données. Mais dans le cas d’un magasin de données ArcGIS Online, c’est la dernière modification qui l’emporte sur toutes les autres. Même si les règles de conception des données sont extrêmement rigoureuses, les utilisateurs peuvent toujours faire des erreurs. J’ai parlé à plusieurs clients, et très peu d’entre eux connaissaient l’option de suivi des modifications apportées aux données (ajout, mise à jour et suppression d’entités) ou, s’ils la connaissaient, peu d’entre eux savaient comment accéder à l’information sur ces changements. Tout d’abord, les paramètres Enable editing (activer les modifications) et Keep track of changes to the data (conserver un suivi des modifications des données) doivent être activés dans les propriétés des couches d’entités hébergées.

Image présentant les propriétés des couches d’entités hébergées dans ArcGIS Online

Dans les prochaines sections, je vous montrerai comment vous pouvez accéder aux opérations récentes (sur une période remontant jusqu’à 180 jours) effectuées dans votre service d’entités hébergées.

Veuillez noter : appliquer les principes de conception des données dans une géodatabase fichier et publier dans ArcGIS Online à partir d’ArcGIS Pro demeurent les meilleurs moyens de réduire les erreurs de saisie commises par les utilisateurs et de maintenir l’intégrité de votre modèle de données. ArcGIS Online devient de plus en plus compatible avec les règles de conception de données publiées à partir d’ArcGIS Pro et peut grandement profiter aux flux de travaux d’édition de votre organisation. Pour de plus amples renseignements sur les principes de conception des données dans ArcGIS Pro, parcourez cette carte narrative.

Une fois que le suivi des modifications apportées aux données a été activé, accédez au répertoire des services ArcGIS REST de votre service d’entités hébergé.

Image montrant comment accéder au répertoire des services ArcGIS REST de vos services d’entités hébergées.

Une fois que vous êtes dans le répertoire des services ArcGIS Rest, cliquez sur l’hyperlien JSON situé au coin supérieur gauche :

Image montrant l’emplacement de l’hyperlien JSON dans le répertoire des services ArcGIS Rest. 

Après avoir cliqué sur l’hyperlien JSON, appuyez sur les touches Ctrl + F pour trouver l’élément changeTrackingInfo dans le texte au format JSON. Vous devrez copier les informations suivantes pour chacune des couches de votre service d’entités hébergées pour lesquelles vous souhaitez recueillir des données de suivi des modifications. Dans mon exemple, mon service ne contient qu’une seule couche ([0]) :

[{"id":0, "minServerGen":3524436, "ServerGen" :352446}]  

Image montrant comment trouver l’élément changeTrackingInfo dans le texte JSON des couches d’entités hébergées.

Retournez à la page principale du répertoire des services ArcGIS Rest et faites défiler l’écran jusqu’à l’endroit où vous voyez « Extract Changes » (extraire les modifications) :

Image montrant l’emplacement de l’opération d’extraction des modifications.

Une fois que vous êtes dans la page Extract Changes (extraire les modifications) du répertoire de services ArcGIS Rest, vous devez saisir les couches dont vous souhaitez suivre les modifications (0,1,2,3… etc.) et coller l’information sur la propriété layerServerGens dans la case appropriée. Pour plus de détails sur l’importance des valeurs minServerGen et serverGen, lisez cet article de l’assistance technique d’Esri. N’hésitez pas à tester les différents paramètres ci-dessous pour ne retenir que les renseignements que vous souhaitez conserver.

Image présentant les paramètres que l’utilisateur doit saisir pour obtenir des données de suivi. 

Une fois que vous avez terminé de remplir les champs nécessaires, cliquez sur le bouton Extract Changes (extraire les modifications) au bas de votre page. Cela vous conduira à une nouvelle page indiquant que la demande est en cours de traitement. Une fois le processus terminé, vous recevrez un hyperlien vers un fichier JSON contenant toutes les opérations qui ont été effectuées dans les couches d’entités hébergées que vous avez demandé de suivre.

Remarque : le fichier JSON renvoyé n’est pas au format Esri JSON et nécessite donc une certaine forme de processus d’extraction, de transformation et de chargement (ETC) si vous souhaitez le convertir en une classe d’entités ou en une entité hébergée. 

Image montrant l’état de l’extraction des modifications dans le répertoire de services ArcGIS Rest.

Le traitement peut prendre un certain temps, mais une fois que vous avez téléchargé votre fichier JSON, ouvrez-le dans un éditeur de code comme Notepad++ ou Visual Studio Code. (Astuce : dans Visual Studio Code, appuyez sur les touches Ctrl + Maj +L et tapez « Format JSON » pour formater votre fichier JSON.) En fonction des paramètres sélectionnés pour l’extraction des modifications, vous pourrez voir les ajouts, les mises à jour et les suppressions qui ont eu lieu dans les couches d’entités hébergées demandées.

Image montrant le fichier JSON formaté ouvert dans Visual Studio Code.

Remarques finales

Comme indiqué précédemment, un modèle de données robuste (incorporant les principes de conception des données tels que les sous-types, les domaines, les valeurs interdépendantes et les règles d’attributs) vous donne la meilleure chance de limiter les erreurs de saisie de l’utilisateur. La gouvernance des données, comme l’explique le billet de blogue de mon collègue Matthew Lewin, renforce la capacité d’une organisation à faire confiance à ses données en limitant la capacité de chaque utilisateur à modifier indûment ou à interagir avec des données sensibles, parce que cette gouvernance régit leur accès aux éléments essentiels nécessaires à l’accomplissement des tâches qui leur incombent. Néanmoins, des erreurs peuvent se produire, et l’établissement d’un système d’information indiquant chaque opération effectuée dans votre ensemble de données peut être l’un des outils utilisés par votre organisation pour garantir l’intégrité des données. Veuillez noter que le suivi des modifications consomme des crédits de stockage et que la gestion de la taille du journal des modifications peut aider à réduire la consommation de crédits. Donc, qui a fait quoi, où et quand? Maintenant vous savez!

Ce billet a été écrit par Tristan Gingras-Hill et la version anglaise peut être consultée ici.

À propos de l’auteur(e)

Tristan Gingras-Hill est spécialiste en solutions technologiques à Esri Canada. Il fournit de l’assistance technique liée aux plus récentes technologies d’Esri. Tristan se passionne pour tout ce qui est géospatial depuis qu’il a entamé une carrière en sciences de l’environnement, qui lui a permis de comprendre le pouvoir de la cartographie et de la visualisation spatiale comme outils d’évaluation et d’atténuation des impacts environnementaux. Diplômé du programme d’études supérieures en SIG du Collège Fleming, Tristan a travaillé et résidé partout au Canada, notamment dans les Territoires du Nord-Ouest, où il a cartographié le dégel du pergélisol.

Profile Photo of Tristan Gingras-Hill