Des IDS pour les communautés intelligentes : offrir de l’information communautaire aux résidents

October 30, 2019

Les administrations municipales sont traditionnellement responsables de la prestation de services locaux, comme la sécurité, le transport en commun, l’infrastructure, l’environnement et les loisirs. Souvent, les résidents ne sont pas au fait des services disponibles ou des changements apportés aux services; il incombe donc à l’administration municipale de leur fournir des renseignements sur les services de façon pratique dans un format visuel, comme des cartes et des applications web. Ce billet de blogue traite de l’importance de fournir des renseignements aux personnes et de la façon de rendre ces renseignements accessibles ainsi que d’utiliser la technologie des IDS pour élaborer des solutions. Il présente également des exemples de villes et de communautés canadiennes qui partagent de l’information au moyen d’applications géospatiales web.

Récemment, j’ai fait une présentation lors du 4e Sommet IDS, qui s’est tenu à Québec et qui a été organisé par le Conseil canadien de géomatique (COCG), l’Open Geospatial Consortium (OGC) et le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles du Québec (MERN). Le COCG œuvre à faire progresser les activités géomatiques au sein du gouvernement fédéral et des gouvernements provinciaux et territoriaux en réduisant le dédoublement des efforts de ces derniers et en facilitant l’accès à l’information géospatiale au profit des Canadiens. Nous aimerions remercier tout particulièrement le gouvernement du Québec pour l’organisation et la tenue de l’événement. Le Sommet IDS de 2019 avait pour thème les IDS pour les villes intelligentes.

Lors de ma présentation, j’ai expliqué comment le terme « intelligent » pouvait être défini dans le contexte actuel :

  • des villes et des communautés qui améliorent la vie de leurs résidents;
  • des communautés qui contribuent à accroître l’efficacité du transport des personnes, des biens et des services;
  • des gouvernements et des communautés de toutes tailles qui offrent des services « intelligents »;
  • le terme « intelligent » désigne un parcours, et non une destination, et nécessite de modifier les mentalités du « statu quo »;
  • ce parcours requiert une transformation numérique des processus opérationnels.

J’ai ensuite présenté le défi des villes intelligentes d’Industrie Canada et les villes et communautés gagnantes. J’ai surtout souligné le message que la Ville de Montréal présente dans sa vidéo de proposition pour le défi, qui va comme suit : « Les données constituent un puissant outil pour prendre de meilleures décisions. Actuellement, les données [...] ont tendance à être fragmentées... C’est pourquoi notre proposition inclut le développement de deux pôles de données, où les sources de données pertinentes fournies seront mises en commun, rendues accessibles et prêtes à être analysées... Si les données permettent de prendre de meilleures décisions... »

Puis, j’ai expliqué pourquoi les villes et les communautés devaient mettre en œuvre une IDS dans leurs processus opérationnels et leur infrastructure technique pour partager leurs données spatiales à l’interne et avec le monde extérieur. Une IDS facilite la saisie, la gestion, la maintenance, l’intégration, la diffusion et l’utilisation de l’information spatiale. La mise en œuvre d’une IDS permet de prendre des décisions et d’élaborer des politiques de façon plus efficace et pratique. Elle peut également contribuer à améliorer la prise de décisions fondées sur des données probantes.

Une ville intelligente tire parti des données spatiales de diverses façons, notamment en les analysant et en favorisant l’engagement des résidents. Voici quelques-uns des « modèles d’utilisation » des données de l’IDS dans une ville intelligente.

Le reste de ma présentation au Sommet IDS était axé sur le modèle d’engagement des résidents. L’engagement des résidents consiste : 1) à faire participer les résidents à l’élaboration des politiques; 2) à obtenir leurs commentaires; 3) à leur transmettre l’information.

Ensuite, j’ai donné un exemple d’une ville ou d’une communauté de chaque province qui offre des services d’engagement des résidents d’une façon spéciale ou unique. Ces exemples présentaient des éléments communs, notamment le fait que les organisations utilisaient des cartes et des applications web, et que leurs sites étaient intuitifs, efficaces et qu’ils offraient un accès n’importe où, sur n’importe quel appareil.

Il s’agit de quatre exemples vraiment uniques d’engagement communautaire dans des villes intelligentes de partout au pays.

Le site de la Ville de Saint-Albert reçoit des rapports de problèmes ou de préoccupations (comme les nids-de-poule ou les espaces de stationnement), y compris en soumettant des photos par l’intermédiaire de l’application web, puis en indiquant l’état du problème (ouvert, reconnu ou fermé), qui peut être consulté par le public. La Ville de Brampton, gagnante d’un prix, fournit des applications, des cartes, des cartes récits, des données ouvertes, des tableaux de bord, des budgets, des services en ligne et des capacités de rétroaction à ses résidents. Le site de la Ville de Repentigny est particulièrement unique, car son application permet aux résidents de saisir un emplacement et de trouver les services et les commodités de la ville à proximité de leur résidence ou de l’endroit où ils se trouvent. Le site de la municipalité régionale d’Halifax, appelé ExploreHRM, fournit une carte interactive conviviale pour trouver des adresses, des rues, des arrêts d’autobus, des renseignements sur les propriétés et bien plus encore, y compris le téléchargement de données ouvertes.

J’ai terminé ma présentation en expliquant que les données géospatiales pouvaient être exploitées dans une IDS pour fournir des fonctionnalités à la communauté intelligente dans des applications comme la planification, l’ingénierie, la prestation de services, les communications avec la communauté et l’utilisation de données et d’analyses pour prendre des décisions concernant l’administration municipale et les résidents. Consultez quelques sites de villes intelligentes pour recueillir des idées afin de mettre en œuvre votre propre carte web interactive de ville ou de communauté intelligente.

Ce billet a été écrit en anglais par Gordon Plunkett et peut être consulté ici.

Article précédent
Application du mois : Cimetières de la Ville de Calgary
Application du mois : Cimetières de la Ville de Calgary

Une application de cartographie web permet aux employés municipaux et au grand public de trouver facilement...

Article suivant
Veille géographique : s’adapter à la nouvelle norme en gestion des urgences
Veille géographique : s’adapter à la nouvelle norme en gestion des urgences

La veille géographique aide le personnel de gestion des urgences à prendre connaissance de la situation, à ...

Demeurez à jour grâce au blogue d’Esri Canada.

Abonnez-vous