« Amusez-vous avec les SIG » : John Potter, lauréat du prix Roger F. Tomlinson, offre quelques conseils

November 25, 2015

Lors de notre Conférence des utilisateurs, qui s’est déroulée à Regina le 3 novembre, Esri Canada a remis à John Potter le prix d’excellence Roger F. Tomlinson pour souligner l’ensemble de ses réalisations et sa contribution à la progression des SIG en Saskatchewan. Dans le présent billet de blogue, M. Potter explique ce que représente ce prix et offre quelques conseils pour bâtir une carrière réussie et durable dans le domaine des SIG.

Lors de notre Conférence des utilisateurs, qui s’est déroulée à Regina le 3 novembre, Esri Canada a remis à John Potter le prix d’excellence Roger F. Tomlinson pour souligner l’ensemble de ses réalisations et sa contribution à la progression des SIG en Saskatchewan. Dans le présent billet de blogue, M. Potter explique ce que représente ce prix et offre quelques conseils pour bâtir une carrière réussie et durable dans le domaine des SIG.

Que signifie le prix d’excellence en SIG pour vous?

J’étais très surpris et certainement honoré qu’Esri Canada choisisse de me remettre ce prix. Le fait que le prix porte le nom de Roger Tomlinson, le « père des SIG », est une grande source d’inspiration. C’était un géant à l’époque de l’élaboration des SIG. J’ai eu le privilège de discuter longuement avec lui il y a quelques années alors qu’il était à Regina en tant que conférencier principal à notre SaskGIS Conference.

Ce prix récompense le travail que j’ai accompli dans le domaine des SIG pendant de nombreuses années; mais, encore plus important selon moi, il souligne le travail des nombreuses autres personnes et organisations qui contribuent aux SIG en Saskatchewan. Il témoigne du fait que, collectivement, nous sommes sur la bonne voie et que notre travail est très utile à la communauté en Saskatchewan. L’évolution continue des données géographiques et des applications utilisant les SIG dans les principaux champs d’activités du gouvernement et des entreprises, comme la gestion des urgences, la gestion des terres de l’État, l’administration des ressources minières, la planification du transport et la gestion de la ligne de partage des eaux, pour n’en nommer que quelques-uns, est essentielle pour acquérir de l’efficacité dans le monde complexe et axé sur les données dans lequel nous vivons aujourd’hui.

John Potter avec Alex Miller, le président d’Esri Canada, à la Conférence des utilisateurs de Regina.

Au cours des 40 dernières années, vous avez mené une carrière enviable dans le domaine des SIG. Quelle est, selon vous, votre plus grande réussite?

Le plan de géomatique stratégique de la Saskatchewan de 2011-2016 a été, pour moi, une réussite importante, car il détaillait de nombreux éléments à long terme en matière de SIG pour la province. Il permettait également à plusieurs ministères et organismes d’appuyer le plan et de collaborer par l’entremise du Executive Geomatics Council.

Il a conduit en grande partie à la création du Saskatchewan Geospatial Imagery Collaborative (SGIC), un partenariat entre 30 organisations qui partagent des connaissances et des ressources financières dans le dessein d’acquérir et de tenir à jour des images aériennes et des images satellitaires de la province dont dépendent de nombreuses organisations dans leur prise de décisions quotidienne. Le programme a démontré que de tels partenariats sont très efficaces et rentables, et il a ouvert la voie à de futurs programmes semblables.

M. Potter a dirigé la création du Saskatchewan Geospatial Imagery Collaborative, qui administre FlySask, un site Web donnant un accès public aux photos aériennes et aux images satellitaires de la Saskatchewan.

Selon vous, quelles compétences et formations ont été utiles à votre carrière?

Mon expérience en gestion de projet, en analyse de rentabilité, en planification stratégique, en création et en maintien de partenariats, en négociation de contrats et en marketing m’a été très utile tout au long de ma carrière. De plus, mes études en génie de l’arpentage m’ont certainement donné une formation technique appliquée étendue dans divers domaines, comme l’arpentage, la photogrammétrie, la cartographie, la cartographie numérique, les systèmes d’information géographique et la télédétection, qui m’ont tous bien servi. Je suis également un ingénieur professionnel agréé (aujourd’hui membre à vie retraité) de l’Association of Professional Engineers and Geoscientists of Saskatchewan.

Enfin, quel conseil donneriez-vous aux spécialistes actuels des SIG qui souhaitent réussir dans le domaine?

Commencez par une bonne formation et saisissez chaque occasion de perfectionnement. Assistez à des ateliers et à des conférences. Inscrivez-vous à des cours pour actualiser vos compétences.

Développez votre réseau de relations de façon à appuyer vos ambitions professionnelles et à favoriser votre avancement. Avoir un réseau avec qui vous pouvez partager vos réussites et vos échecs professionnels peut faciliter votre vie, en plus de la rendre plus agréable.

Tentez toujours de voir le côté positif de votre travail et ne laissez pas les revers occasionnels vous abattre.

Amusez-vous. Je travaille avec les SIG et la géomatique depuis de nombreuses années. Ça m’a toujours plu énormément et j’ai rarement eu l’impression de travailler. C’était ce que j’aimais faire, un peu comme la pêche ou le ski, mais quelqu’un me payait pour m’amuser. Que peut-on demander de mieux?

***

M. Potter a pris sa retraite du gouvernement de la Saskatchewan en mai 2014. Bien qu’il soit toujours actif dans la communauté SIG et qu’il agisse à titre de conseiller sur des projets, il passe maintenant la majorité de son temps avec sa famille à voyager et à pratiquer des activités en plein air.

Article précédent
Les données ouvertes stimulent l’innovation à Waterloo
Les données ouvertes stimulent l’innovation à Waterloo

Les 24 et 25 octobre derniers, plus de 150 programmeurs se sont installés au Centre pour l’innovation dans ...

Article suivant
Retour à la lumière grâce aux SIG et aux tableaux de bord opérationnels
Retour à la lumière grâce aux SIG et aux tableaux de bord opérationnels

Les réseaux publics de distribution d’électricité ne peuvent jamais garantir un service sans interruption.