Conseils pour établir votre carte électorale municipale

February 5, 2016 Éric Lacoursière

Ce billet de blogue traite d’une méthode permettant aux organisations municipales de réviser leur carte électorale en vue du prochain scrutin étant prévu pour le 5 novembre 2017. Bien qu’il soit adressé aux géomaticiens œuvrant dans le domaine municipal, tout spécialiste du géospatial est invité à le consulter de façon à aider à positionner dans vos organisations la géomatique comme outil d’aide à la prise de décision.

Depuis 2005, l’ensemble des municipalités québécoises ont l’obligation de tenir une élection municipale tous les 4 ans. Ce processus est réglementé, et c’est généralement au greffier ou au secrétaire-trésorier d’assurer le rôle de président d’élection pour sa municipalité, tel qu’expliqué dans ce vidéo mis en ligne par le MAMOT. Le prochain scrutin étant prévu pour le 5 novembre 2017, quelques étapes devront être exécutées en 2016,dont l’établissement de la carte électorale. Selon le directeur des élections du Québec, plus de 260 municipalités québécoises se trouvent devant le choix de reconduire la carte de 2013 ou d’en créer une nouvelle afin de mieux refléter l’évolution du tissu urbain. Ce deuxième groupe devra ainsi respecter la date butoir du 31 mai pour le dépôt de leur nouvelle division du territoire pour les fins électorales assurant une représentation uniforme des citoyens au conseil municipal.

Cette carte doit respecter certaines conditions, par exemple le nombre de districts électoraux qui est déterminé en fonction de la taille de la population des municipalités. Les caractéristiques sociodémographiques des milieux doivent de plus être prises en considération, tout comme les barrières physiques, les limites des arrondissements, les superficies, etc. Pour ce qui est du nombre d’électeurs par districts, celui-ci doit respecter un certain ratio spécifié par la loi afin d’assurer une représentativité uniforme des citoyens au conseil municipal. Il est donc nécessaire de penser géographiquement tout au long de ce processus en se basant le plus possible sur des données validées et mises à jour par le personnel de la municipalité ou du gouvernement provincial. Pour faciliter la tâche aux organisations municipales, le Directeur général des élections du Québec rend notamment disponibles des listes comprenant le nombre d’électeurs par adresses. La géolocalisation des données contenues dans ces documents s’avère être un excellent point de départ.

La collaboration entre les spécialistes de la géomatique et l’administration de la ville m’apparaît tout à fait appropriée afin de réaliser ces tâches de façon simple et efficace. Les technologies étant déjà présentes dans plusieurs villes et municipalités québécoises, il ne reste qu’à déterminer le processus.

Si je devais créer ce type de carte moi-même, je fonctionnerais en trois étapes. Premièrement, je convertirais les milliers d’adresses des électeurs en éléments cartographiques à l’aide des données de la municipalité ou d’un engin de géocodage créé à l’aide des données d’Adresses Québec. Je validerais par la suite si les ratios d’électeurs par districts sont respectés en effectuant une analyse basée sur la localisation des points d’électeurs et des districts électoraux de 2013.

Si la modification des districts était nécessaire, j’utiliserais une extension gratuite d’ArcMap appelée Districting for ArcGIS. Celle-ci renferme les outils nécessaires pour effectuer les tâches de division du territoire en secteurs équilibrés par rapport au nombre d’électeurs. L’extension permet de plus d’ajouter des couches d’informations afin d’aider à délimiter les districts. J’opterais ainsi pour des données sociodémographiques afin de respecter les normes relatives à l’homogénéité des secteurs. J’utiliserais finalement le service d’enrichissement de données d’ArcGIS Online nuage afin de compléter les informations existantes si nécessaire.

Ce vidéo traite d’une méthode permettant aux organisations municipales québécoises de réviser leur carte électorale en vue du prochain scrutin étant prévu pour le 5 novembre 2017.

Comme vous pouvez le constater, il est ainsi facile de procéder à la mise à jour des districts électoraux à l’aide d’ArcGIS. Je vous invite ainsi à effectuer ce processus d’analyse si le temps et les ressources vous le permettent. Si vous avez des questions ou commentaires, je vous invite à commenter directement ce billet. De plus, si vous désirez savoir de quelle façon nous pouvons vous accompagner dans cette démarche, contactez Frédéric Blouin-Michaud au 514-375-2897.

Article précédent
Lorsque les lumières s’éteignent : tirer parti des cartes Web pour améliorer les communications sur les coupures de courant
Lorsque les lumières s’éteignent : tirer parti des cartes Web pour améliorer les communications sur les coupures de courant

Brian Bell examine les facteurs que les services publics doivent considérer avant de moderniser leurs façon...

Article suivant
SIG : abolir les barrières pour stimuler la collaboration au sein des entreprises de services publics
SIG : abolir les barrières pour stimuler la collaboration au sein des entreprises de services publics

Dans le présent billet de blogue, Brian Bell, responsable du secteur des services publics à Esri Canada, no...