Faites passer votre portail SIG au niveau supérieur : partie 2

June 29, 2016

Dans la deuxième partie de cette entrevue, Nathan Enge, spécialiste des solutions techniques d’Esri Canada, approfondit la question des pratiques exemplaires en matière de conception de portail SIG. Il nous fait part de son expérience de création d’un tel portail web dans une entreprise canadienne de produits forestiers, souligne les avantages du processus de développement itératif et indique quel serait le message principal à retenir de cet entretien.

Dans la première partie de cette entrevue, Nathan Enge, spécialiste des solutions techniques, livre ses observations sur les pratiques exemplaires en ce qui a trait aux portails. Il décrit les caractéristiques principales d’un portail efficace et les fausses idées que l’on peut avoir à ce sujet. Dans la deuxième partie, Nathan raconte comment son collègue Dan Mallet, développeur en chef, et lui ont conçu un nouveau portail SIG web pour Tolko Industries.

AB : L’essentiel du projet consistait à revoir la conception du portail SIG web de Tolko Industries, créé à l’aide de Portal for ArcGIS, en s’appuyant sur les idées et les principes abordés dans cette entrevue. Comment avez-vous procédé pour planifier la refonte du portail et mettre votre plan à exécution? Avez-vous abordé Tolko Industries pour leur présenter l’idée?

NE : Oui, nous avons expliqué aux gens de Tolko que nous pensions pouvoir améliorer le portail qu’ils avaient créé. Je crois qu’ils ont consacré tant d’efforts à concevoir des applications et à les déployer qu’ils ont manqué de temps pour concevoir un portail convivial pour les utilisateurs de l’organisation qui ne connaissent pas les SIG. Il s’agit d’une situation courante et tout à fait compréhensible.

Nathan et Dan ont relevé plusieurs points à améliorer sur le premier portail SIG web de Tolko Industries. Ils suggéraient entre autres d’y intégrer de manière plus efficace le style et l’image de marque de l’organisation.

Ils ont aimé nos idées et ils étaient d’accord. Dan et moi avons donc rencontré l’équipe responsable des terres boisées pour évaluer le portail original et dresser la liste des points à corriger. Deux problèmes majeurs ont été soulevés. Premièrement, il fallait intégrer pleinement les « groupes » au portail, parce que c’est grâce à eux que nous pouvons autoriser l’accès des utilisateurs au contenu pertinent et au moment opportun. À l’origine, le portail comportait trop de groupes et les descriptions laissaient à désirer. Nous avons donc décidé de travailler de concert avec les divers intervenants de ces groupes pour en fusionner quelques-uns et rédiger des descriptions concises et intéressantes qui correspondent mieux aux attentes des utilisateurs.

La nouvelle mouture de la page des groupes du portail SIG web de Tolko, une fois le nombre de groupes réduit et les descriptions reformulées.

Deuxièmement, nous devions collaborer avec l’équipe des communications de Tolko pour nous assurer que le nouveau portail adopte les couleurs de l’entreprise et que son aspect général corresponde à l’image de la marque. Il fallait prêter attention aux détails, par exemple les miniatures, pour que les gens sachent, en regardant une icône, s’il s’agit d’un document PDF ou d’une carte. Il fallait aussi mettre l’accent sur les applications les plus utilisées et présenter celles nouvellement créées par l’équipe des SIG. Faire la promotion d’une application dans la galerie suscite la curiosité : on favorise la collaboration dans la mesure où on généralise l’utilisation de nouveaux outils d’un groupe à l’autre.

AB : Comment avez-vous procédé pour créer et tester les nouvelles versions du portail?

NE : Nous avons adopté un processus itératif, car l’équipe des communications n’a accès au portail de Tolko qu’en lecture seule. Nous devions donc créer une version d’essai, la publier et présenter les résultats chaque fois. Cette approche nous a permis de recevoir des commentaires au fur et à mesure et de peaufiner sans cesse le portail. Nous nous assurions donc d’être conformes aux attentes du client tout au long du processus.

AB : Quelles leçons avez-vous tirées de ce projet?

NE : Les spécialistes des SIG ne sont pas des experts en conception. Nous privilégions la fonctionnalité par rapport à la forme. Pour ce projet, nous avons dû assimiler de nombreux principes en matière d’interface utilisateur et d’expérience utilisateur. Un billet de blogue publié par Esri l’an dernier nous a servi d’outil de référence. On y explique clairement les concepts d’application spécialisée et d’accessibilité pour les utilisateurs. Le processus de développement itératif est également un élément clé. La rétroaction continue du client est primordiale pour bien faire les choses. Pour finir, à titre de consultant SIG et d’expert des cartes et des applications, nous représentons pour les clients une source de conseils en ce qui a trait aux groupes et à la sécurité. Nous devons donc être préparés et être en mesure de fournir les bonnes réponses.

Article précédent
Application du mois de juillet : Old Ottawa: A Capital Uncovered (vieil Ottawa : une capitale à découvrir)
Application du mois de juillet : Old Ottawa: A Capital Uncovered (vieil Ottawa : une capitale à découvrir)

Découvrez cette carte récit et apprenez ce qui motive M. Gallant à créer une collection grandissante d’appl...

Article suivant
Les systèmes de référencement des emplacements : selon vos préférences
Les systèmes de référencement des emplacements : selon vos préférences

Dans l’industrie des transports, des débats animés ont cours afin de déterminer quel système de référenceme...